Quoi de neuf docteur?

Pilule oh pilule, dis moi qui est la plus belle?

IMG_4547
Paris, France, Janvier 2019

NB: Cet article ne va parler que des pilules oestroprogestatives et pas des pilules progestatives.

Quand je parle de gammas, je fais référence au taux d’oestrogènes contenu dans la pilule. Les générations de pilule sont déterminées en fonction du progestatif contenu dans la pilule

Des pilules il y en a plein, on peut t’en trouver une qui t’aille et sinon il y a d’autres moyens de contraception

Il y a des pilules qu’on arrête (sans placebo) et d’autres qu’on n’arrête pas (avec placebo) – le but étant d’avoir des fausses règles apparemment pour arranger le pape de je ne sais plus quelle époque, des pilules remboursées et d’autres qui ne le sont pas.


 

J’ai repris la pilule. Hip Hip Hip Houra!

Et du coup je me suis dit que je pouvais t’en parler de cette bonne vieille copine.

Tout d’abord, je vais te raconter mon histoire de contraception (à force tu vas connaître toute ma vie)

J’ai commencé la pilule à 19 ans, je ne sais pas trop pour quelle raison, mais je trouvais que c’était chouette. Je n’avais pas de copain à l’époque, pas de règles compliquées, juste des cycles je crois un peu long, pas besoin de réel moyen de contraception mais bon je ne sais pas j’avais trouvé que c’était une bonne idée.

La gynécologue que j’avais vue (une pas très cool, qui m’avait dit de ne pas faire ma chochotte au moment de l’échographie pelvienne par voie vaginale, pour quelle raison? je ne sais pas, j’imagine qu’elle voulait voir si j’avais des kystes aux ovaires, pourquoi? on ne sait toujours pas…) à l’époque avait décidé de me mettre sous Mélodia, une pilule oestro-progestative de 3e génération, à 15 gammas non remboursée par la sécurité sociale, qui coûtait une trentaine d’euros pour 3 mois. Elle comprenait 24 comprimés actifs + 4 placebos. Idéale pour mes migraines cataméniales (les migraines que tu as au moment de tes règles parce que tes hormones chutent brutalement, là avec une pilule sous ce schéma là, la chute dure moins longtemps donc normalement moins de migraine, il y a Mélodia/Minesse/Edenelle, Zoely et Yaz sous ce schéma  donc si tu as une autre pilule et que tu as des migraines cataméniales, tu peux en réalité diminuer ta semaine d’arrêt de pilule/de placebo – Recommencer ta pilule en avance –  voire même la supprimer totalement si tu n’as pas de pb de santé particulier) et pour mon acné, non idéale pour mon porte monnaie d’étudiante à l’époque.

J’ai donc arrêté et puis je l’ai reprise quand j’ai eu un copain qq mois plus tard.

Puis, étant donné que je savais pertinemment que je ne voudrais pas d’enfant à ce moment là, je suis passé sous Nexplanon (implant contraceptif progestatif) pendant 3 ans. Idéal pour mon porte monnaie et ma tranquillité, non idéal pour les spottings (petites pertes marrons/rouges, fausses règles, ton endomètre qui part en miettes un peu tout le temps, c’est pas du tout dangereux pour la santé mais tu dis adieu à tes culottes blanches), mes seins qui ont disparu (bonnet E à bonnet A-B) et mon acné a flambé. J’ai été voir un dermatologue qui a failli me mettre sous Roaccutane, finalement nous avons convenu de changer de contraception.

Après mes 3 ans, j’ai pris la décision de repasser sous pilule. Vu mon acné, ma gynécologue (une autre géniale celle là, qui n’exerce plus à présent) m’a alors proposé Diane (pilule oestroprogestative à progestatif spécial anti-acnéique controversé). J’étais contente, mon acné avait disparu.

Et puis patatra, retrait de Diane du marché quasiment du jour au lendemain à cause des effets secondaires d’accidents thrombo-emboliques. (ça a du coup mis dans la merde pas mal de femmes, parce que bon il ne faut pas se mentir, à l’époque il n’y avait pas doctolib et les rdv chez le/la gynéco ben fallait se lever tôt pour en avoir un) et déremboursement de toutes les pilules de 3e et 4e génération (nouvellement appelées « nouveau progestatifs » ou « autres »)

Cette annonce tombait pile poil au moment d’un déménagement et de mon début d’internat. Je n’avais alors absolument pas le temps d’aller voir mon ancienne gynécologue ni d’en trouver une autre. J’ai donc pris Leeloo de moi-même (pilule oestroprogestative de 2e génération à 20 gammas, 21 comprimés actifs + 7 jours d’arrêt) comme tout le monde (lol). Et là j’ai commencé à avoir de l’acné et…des mycoses à répétition, je ne comprenais absolument pas ce qui se passait. J’en ai parlé à l’interne de gynéco du coin (Merci Pauline d’amour) qui m’a alors dit que je faisais probablement une carence oestrogénique et de passer à un dosage plus fort. Moi bien sûr j’ai décidé d’en faire qu’à ma tête et j’ai voulu reprendre Mélodia qui m’allait bien avant (qui pour rappel est une 15 gammas donc moins dosée).

J’ai passé 3 mois horribles avec des mycoses ET des règles à me mettre en PLS dont une qui m’a quand même valu un passage aux urgences avec écho pelvienne par voie vaginale faite par mon chef (oui oui oui…je peux t’assurer que je ne l’ai plus jamais regardé dans les yeux). J’ai donc pris RDV chez ma gynécologue, à qui j’ai expliqué tout ça. Effectivement j’étais en carence oestrogénique selon elle, elle m’a donc mise sous Varnoline continue (pilule oestroprogestative de 3e génération, à 30 gammas ENFIN, 21 cp actifs + 7 placebos) pour mon acné. Mes règles allaient du coup beaucoup mieux, mon porte feuille n’aimait pas trop mais visiblement il fallait faire un choix.

Et puis je suis passée en stage au Planning familial et je me suis mise toute seule sous Optidril (pilule oestroprogestative de 2e génération mais à 30 gammas donc plus dosée que Leeloo, même taux d’oestro que Varnoline mais 2e génération donc REMBOURSÉE PAR LA SECU 21 cp actifs+ 7 placebos). Et ça allait bien, niveau acné yavait eu pire donc bon j’étais plutôt satisfaite. J’ai hésité plusieurs fois à changer de pilule à cause de ma baisse de libido à ce moment là. Finalement je ne l’ai pas fait.

Et puis ma vie sentimentale a changé et 3 mois après une rupture devant mon miroir de salle de bain, je me suis demandée pourquoi je mettais des hormones dans mon corps pour rien. J’ai donc arrêté. J’ai appris à écouter mon corps, j’ai senti mes ovulations, j’ai découvert mon syndrome pré-menstruel, j’ai su être attentive à mes changements corporels, à mes changements d’humeur, à mes changements de libido. Ça m’allait bien, cycle de 29 jours, règles de 2 jours sans douleur, pas d’acné sauf en phase menstruelle mais je m’en fichais un peu. Par contre retour des migraines cataméniales que je réglais grâce à la réflexologie plantaire.

Et puis il a fallu réfléchir de nouveau à un moyen de contraception, j’ai eu peur de perdre ma libido (qui en réalité n’était pas du tout liée aux hormones dans mon cas mais au mec d’avant mais bon ça je ne pouvais pas le savoir), d’avoir de l’acné donc je suis passée sous Trinordiol une pilule triphasique (c’est à dire à 3 dosages hormonaux différents sur 21 jours qui commençaient à 30 gammas, 21 cp actifs+ 7 jours d’arrêt) oestroprogestative de 2e génération adaptée pour l’acné, niveau acné c’était bien, niveau libido c’était bien, niveau porte feuille c’était bien. Le seul problème a été que vu que j’avais une libido au top, j’ai eu envie de squizzer mes règles (ce que tu peux faire sans aucun pb si tu n’as pas pb de santé particulier lié aux hormones) donc j’ai enchaîné les plaquettes sans arrêter pour ne pas avoir mes règles et pouvoir faire du sexe sans contrainte (alors je reviens sur ce point! le sexe pendant les règles c’est ok si tout le monde a fait ses dépistages, c’est ok si tout le monde est ok et pour le savoir il suffit d’en parler. Personnellement, j’avais pas envie d’aborder ce sujet avec mon partenaire de l’époque comme beaucoup de thèmes d’ailleurs maintenant que j’y pense donc j’ai préféré enchainer les plaquettes plutôt que d’en parler, c’était déjà peut-être signe que ça allait se casser la gueule, le manque de communication tout ça tout ça…bref) . Sauf qu’en bonne triphasique, ça ne fonctionne pas bien car la dernière ligne est le plus fort dosage progestatif et la première ligne le moins fort donc forcément tu chutes en hormones tout de même si tu enchaines sans pause. Résultat: SPOTTING.

La rupture est apparue peu de temps après et j’ai arrêté ma pilule du jour au lendemain, de colère, de tristesse, de mal-être. Depuis ça a été la merde avec mes règles, qui venaient, ne venaient pas, qui duraient pas, qui faisaient mal ou pas…Tu peux lire ça là bas, Le syndrome du « Mec d’après » .

Depuis, c’était devenu une obsession, quand est-ce que mes règles allaient redevenir normales? quand est-ce que ça voudrait dire que dans ma tête ça va? Une obsession quotidienne, à essayer d’interpréter tout ce qui se passait dans mon ventre, à essayer de capter si ça collait avec un quelconque cycle lunaire. Bref l’enfer!

Et puis j’ai décidé de me FOUTRE LA PAIX et de me remettre sous pilule parce que j’en avais marre de compter, d’observer, de m’inquiéter donc j’ai attendu mes règles pour la commencer (Alors pour commencer une pilule tu as 2 options, soit tu la commences le 1er jour des règles et elle est efficace tout de suite, soit tu la commences quand tu veux « Quick Start » mais elle ne sera efficace qu’après le 7e comprimé ingéré, donc en attendant continue les préservatifs, j’en profite pour redire que les préservatifs sont les seuls moyens de contraception qui protègent de la grossesse et des IST donc si VOUS – OUI IL FAUT QUE TOUT LE MONDE FASSE LE DEPISTAGE, UN.E SEUL.E NE SUFFIT PAS – n’avez pas fait les dépistages QUOI QU’IL ARRIVE ON CONTINUE LE PRESERVATIF #injonction je sais je sais)

Mon dernier cycle sans pilule a été catastrophique, j’ai eu de l’acné, j’ai eu une mycose, j’ai eu des seins douloureux et mes règles sont arrivées…

Un mardi à 10h alors que je ne les attendais plus ce jour là, je n’avais donc pas anticipé les antalgiques et après une consultation, ma collègue m’a trouvée contre le poteau du bureau à souffrir le martyr. Je me suis excusée auprès de la patiente suivante, je suis montée à l’étage, je me suis enfermée dans les toilettes. Ça allait mieux, j’ai décidé de retourner aux toilettes et là black out. À mon réveil, je me vois par terre, mes collègues autour de moi inquiètes, moi vaseuse, nauséeuse, douloureuse. Bref je te passe les détails.

En rentrant chez moi, je suis passée à la pharmacie et j’ai avalé mon 1e comprimé de Triafemi, pilule triphasique, à 35 gammas, 3e génération en France, 2e génération partout ailleurs, non remboursée mais mon acné me dit merci, mes seins ont l’air de vouloir exploser. Mon porte feuille s’en fout vu que maintenant j’ai un travail (mais bon hein…). En réalité j’aurai pu repasser sous Trinordiol qui allait bien juste avant la rupture mais psychologiquement j’avais envie d’un nouveau départ! Donc nous verrons bien!


La pilule c’est COMPLIQUÉ. Rien que par cette histoire, tu peux voir que même pou moi, doc et qui en plus parle de contraception toute la journée, ben ça n’a pas été facile. J’en ai testé un paquet, avec des effets secondaires divers et variés, plus ou moins chiants.

C’est pour ça que quand on me demande ce que je pense de la pilule, j’ai du mal à répondre de façon rapide.

La pilule ce n’est pas des bonbons. Ce ne sont pas des tic tac. Ce sont des médicaments avec des hormones, donc forcément ça a plus d’effets que si tu n’en prends pas.

Elle a des effets attendus : la contraception. Si tu ne l’oublies pas (tu as 12 heures pour la prendre si c’est une pilule oestroprogestative en théorie, en pratique ça dépend des femmes), ça fonctionne assez bien (pas à 100%, d’ailleurs RIEN NE FONCTIONNE À 100% à part si tu es une femme sans testicule qui a des relations sexuelles uniquement avec des femmes sans testicule, on peut tomber enceinte rien qu’avec des frottis frottas si si si ça arrive, je l’ai vu de mes yeux! enfin j’y étais pas hein mais je crois les dames, je ne suis pas Dr HOUSE ou le CNGOF #blaguepasmarrante).

Elle a des effets secondaires comme tout MEDICAMENT, oui c’est un MEDICAMENT la pilule, donc si on te demande si tu prends des médicaments il faut dire « OUI JE PRENDS TELLE PILULE »:

  • Non graves (c’est à dire que tu n’en meures pas mais ça ne veut pas dire que ça fait pas chier tout de même) : acné, prise de seins, baisse de la libido, migraines, augmentation de l’appétit, variation de l’humeur, mycoses etc…
  • Grave (c’est à dire que tu peux en mourir) : AUGMENTATION (c’est très très important ce mot AUGMENTATION) du risque d’accidents thromboemboliques veineux (phlébite, embolie pulmonaire), AUGMENTATION de risques vasculaires artériels (accidents vasculaires cérébraux, thromboses artériels, infarctus du myocarde), AUGMENTATION du risque de cancer du sein, AUGMENTION DE RISQUE METABOLIQUE (diabète, hypertriglycéridémie…) etc

Je précise que je n’ai pas tout cité, je ne m’appelle pas VIDAL

Cela dépendant bien sûr du type de pilule, de la personne qui la prend et du moment dans sa vie où elle la prend histoire de rendre l’histoire un peu plus marrante et le choix plus hasardeux (cf Mélodia qui m’allait puis qui ne m’allait plus, cf une pilule si tu fumes et que tu es jeune puis tu vieillis…)

Je vois plein de raccourcis genre la pilule donne le cancer…NON! La pilule rajoute un élément dans une balance qui effectivement peut donner un cancer.

Prescrire une pilule n’est cependant pas anodin, cela nécessite une vraie consultation, un vrai interrogatoire et d’en discuter. Et non de faire comme beaucoup de docs qui prescrivent sur un coin de table à tout le monde la bonne vieille Leeloo qui est une bonne base, remboursée, avec en plus peu d’effets secondaires mais pas forcément adaptée à toutes.

La meilleure contraception est celle qu’on choisit, celle qui est adaptée à notre mode de vie, à ce qu’on est d’accord de supporter. Ça peut être la pilule ou un autre moyen de contraception, ça peut être cette pilule ou une autre. Il faut tester, on ne peut savoir à l’avance comment tu vas réagir avec exactitude (sinon ce serait trop beau voyons).

Pour ma part, je n’ai pas envie d’un moyen de contraception de longue durée d’action :

  • Je ne veux plus de l’acné ou des spottings de l’implant (j’ai une peau à tendance acnéique, ce n’est pas forcément ton cas, la pilule ne donne pas toujours de l’acné, l’implant ne donne pas d’acné à tout le monde. J’ai un endomètre fin c’est comme ça, pareil ce n’est pas forcément ton cas)
  • Je n’ai pas envie de prendre le risque de l’acné et des spottings du dispositif intra-utérin progestatif
  • J’ai peur d’avoir des règles trop douloureuses sous dispositif intra-utérin au cuivre (parce que je suis déjà de temps en temps en PLS et que je m’obstine à ne pas faire d’IRM pour éviter de faire face à une possible endométriose qui n’apporterait que des questions dans ma tête et aucune réponse, le DIU peut donner des règles plus douloureuses que d’hab, j’insiste sur le PEUT et pas VA, ça dépend des gens, moi j’ai pas envie de prendre le risque de faire un malaise pendant la pause, malaise pendant les règles et malaise pendant le retrait, mais ça c’est MOI, J’en pose et retire tous les jours et j’ai très peu de pb en pratique)
  • Et en réalité, les gars, j’ai pas de gars…donc dans 3-5 ans je sais pas ce que j’aurai envie de faire avec mon utérus, mes ovaires, j’ai pas envie de me faire poser un truc alors que là tout de suite, j’assure ma contraception à coup d’emploi du temps chargé et de non inscription sur des sites de rencontre (lol, ne t’inquiète pas pour ma vie sexuelle, occupe toi de la faim dans le monde ou du continent de plastique, ça ce sont de VRAIS PROBLÈMES)

Je suis cependant très ambivalente sur les hormones parce que je suis soucieuse de l’écologie et ça me fait réfléchir toutes ces hormones qui passent dans mon corps puis dans mon urine et qui arrivent à l’intérieur de poissons que je peux manger après et qui potentiellement vont me faire pousser un 3e sein ou me donner un boule d’enfer…

Mais je ne veux plus être en PLS au travail à cause de mes règles, je ne veux plus être obnubilée par mon cycle, je ne veux plus avoir de l’acné et des tâches d’hyperpigmentation qui restent encore sur mon corps 18 mois après mon bouton donc j’ai décidé de reprendre la pilule.

Tu me diras que je pourrais très bien faire mon IRM pour éliminer une endométriose, prendre des antalgiques, lâcher prise sur mes cycles et mettre des crèmes dermato pour mon acné. Mais en fait en 1 comprimé, je peux régler 3 problèmes et puis one day j’aurai besoin d’un moyen de contraception, tout de même. C’est mon gynéco qui me l’a dit! je le crois! D’ailleurs ma collègue me l’a dit aussi…

Il n’y a pas de contraception « parfaite », il y a toujours des avantages et des inconvénients, à toi de trouver TON juste milieu qui ne sera pas forcément le même que ta voisine, ta copine, ta cousine, parce que tu es TOI et c’est TANT MIEUX!

Peace

PS: La première consultation contraception ne nécessite pas d’examen gynécologique mais un interrogatoire « policier » comme on nous disait à la faculté (avec tout plein de questions sur la tante que tu ne connais pas, des détails  sur la ménopause de ta maman lol)

PS2: Normalement on te demandera de faire une prise de sang au bout de 3 mois avec la glycémie, les triglycérides et le cholestérol (cf les effets secondaires graves) normalement à chaque changement de pilule puis tous les 5 ans si pas de problème particulier. (Cette pratique est actuellement controversée, les médecins français seraient obsédé.e.s par le cholestérol, tu peux lire cet article de Martin Winckler  mais ce sont toujours les recommandations de l’HAS donc bon ça dépend du taux de rébellion de ton/ta doc)

PS3: Ton médecin doit te faire une ordonnance d’un an, souvent en pratique iels font d’abord 3 mois comme ça tu reviens avec les résultats de ta prise de sang (parce qu’on le cherche encore), si c’est ok là tu repars avec l’ordonnance d’un an. Moi je fais comme ça parce que mes consultations ne sont pas payantes et que je fais faire une prise de sang, comme ça j’en ai une dans le dossier après je suis rassurée. Si je devais faire payer, je ne sais pas trop comment je ferais…

PS4: On doit prendre ta tension artérielle et regarder ton poids (pour établir ton IMC). Normalement c’est pour évaluer la balance pour les risques métaboliques, artériels et veineux…mais je me pose de plus en plus de question concernant la réelle utilité de la prise du poids (c’est une réflexion personnelle hein vu qu’on fait une prise de sang…)

PS5: Concernant l’examen…alors selon l’HAS, pas nécessaire pour la 1e consultation mais à expliquer pour une consultation ultérieure Recommandation HAS Contraception chez l’adolescente, par contre à effectuer à partir de 25 ans Recommandation HAS contraception -prescriptions et conseils aux femmes Donc si tu veux un examen gynéco pour en profiter pour faire ton frottis et ne pas revenir X fois, tu peux si tu as plus de 25 ans et que ton dernier frottis date. Ou parce que tu as un autre problème ou parce que tu en as envie, tu peux (oui ça existe les femmes qui veulent être examinées). Après j’ai vu passer un article sur une gynéco qui expliquait qu’en gros un doc avait mal fait son travail et qu’elle avait découvert une tumeur du sein volumineuse chez une patiente de 20 ans sous pilule depuis 5 ans avec un herpès pris pour une mycose…ça arrive mais ce n’est pas fréquent. Personnellement je fais confiance aux femmes pour me dire ce qu’elles ont ou pas, si elles veulent que je regarde ou pas et j’explique toujours le pourquoi du comment. Je pense qu’il y a un juste milieu à trouver entre palper des seins chez une femme de moins de 25 ans tous les 3 mois et ne jamais le faire. Examen gynéco = examen des seins + examen au spéculum + toucher vaginal.

PS6: Ton/ta médecin généraliste peut te prescrire voire poser tous les moyens de contraception. Ta/ton sage-femme également!

PS7: Seules les pilules de 1e et 2e générations sont remboursées par la sécurité sociale. Les recommandations de la Haute Autorité de Santé sont de les prescrire en 1e intention ayant la même efficacité (en terme de contraception, indice de Pearl) et un moindre risque d’accidents thromboemboliques que les 3e générations. Selon l’HAS, aucune étude n’a montré que les 3e générations apportaient un bénéfice supplémentaire aux 1et 2e générations sur les effets indésirables « non graves ». En pratique, on voit une différence chez beaucoup de femmes mais bon…

PS8 : Pour la question de la fertilité…ça mériterait un article à elle toute seule mais la pilule ne rend pas stérile, aucune étude ne l’a montré de façon significative. Par contre, certaines femmes ont eu une pilule très tôt pour des règles douloureuses, des années plus tard en l’arrêtant elles n’arrivaient pas à faire des enfants, c’est parce qu’en réalité la pilule avait été prescrite pour « soulager masquer » une endométriose méconnue, maladie qui elle, oui entraîne des problèmes de fertilité. Autre cas, pareil pilule prescrite très tôt pour de l’acné chez une patiente qui en réalité était dû à un syndrome des ovaires poly kystiques donc à l’arrêt de la pilule, toujours pas de bébé, c’était pas la faute de la pilule mais des ovaires polykystiques qu’on avait mis au repos pendant des années et qui là ben se réveillaient et bloquaient une ovulation efficace. Autre cas, les femmes arrêtent leurs pilules après des années de pilule et ont du mal à tomber enceinte, 1/leur partenaire peut être responsable , genre s’il fume et c’est valable pour le tabac ET LE CANNABIS 2/forcément après des années de pilule on n’a plus le même âge et la fertilité diminue avec l’âge, moyen de contraception ou pas, it’s the life, 3/avec le temps, certains couples ont de moins en moins de rapports sexuels, je suis toujours assez étonnée quand je leur demande le rythme des RS quand elles viennent pour hypofertilité, tu mets dans une balance 1-2 rapports par mois + un partenaire tabagique + une dame de 35 ans ben…ouais ça peut déconner. Après il y a des réels cas d’hypofertilité liés aux perturbateurs endocriniens qui malheureusement englobent un peu tout ce qui fait partie de nos quotidiens : tupperware, crème de jour, shampooing, savon, micro onde, vernis à ongles, textiles pollués, lessive en dose unique, pollution  etc etc etc…Et puis pareil, le stress, la fatigue, les déménagements, les horaires pourris, les disputes, les ruptures, les burn out, la charge mentale : TOUT ÇA PEUT FAIRE DÉCONNER TES OVULATIONS! Je ne cherche pas à invisibiliser les problèmes de fertilité, loin de là, si tu as moins de 35 ans et qu’après 1 an de rapports sexuels vaginaux sans moyen de contraception, tu n’es toujours pas tombée enceinte (les fausses couches, IVG ou grossesse arrêtée comptent): va consulter, si tu as + 35 ans, c’est au bout de 6 mois que tu peux t’alerter. Attention la PMA est remboursée en France pour les femmes en couple hétérosexuel (on espère que ça changera rapidement ça), âgées de moins de 42 ans révolus.

PS9 : Diane a été remise sur le marché mais personnellement…j’en prescris pas. Mes collègues avec de l’ancienneté le font, moi j’ai peur. Je sais, c’est con.

Quoi de neuf docteur?

Mon corps, mes règles…

IMG_3217.jpg
Paris, France, Novembre 2018

Dans mon article « Ces choses que je mets dans mon vagin » je t’avais parlé de la cup et dans « Ça va pas de lire des choses dégoûtantes dans le RER de bon matin »  je t’avais parlé des autres options.

Tu sais que je suis très investie donc je suis partie en mission (c’est pas vrai) et j’ai testé d’autres trucs (c’est vrai).

Début novembre, je suis allée à un très chouette festival : Sang Rancune sur Paris qui parlait des règles and co.

Bref, tu sais que je suis extra faible quand il s’agit des règles alors j’ai acheté des petites nouveautés (en plus de tote bag of course)

Tout d’abord, j’ai acheté une nouvelle CUP!

La cup sans tige de la marque Lunéale

img_4703

Kesako : Bon alors, je t’avais déjà fait un topo sur la CUP et de la tige. Mon ancienne Cup avait une tige, que j’avais un peu coupé sinon merci le frottement. En réalité la tige sert à guider tes doigts pour trouver ta cup, tu ne dois pas tirer dessus (lol ouais mais en fait on fait toutes souvent ça quand on y arrive pas).

Les + : Du coup celle là, pas de tige, donc rien à couper, pas de frottement et du coup tu évites de l’enfoncer mega loin (histoire que la tige ne dépasse pas).

Elle est méga méga souple et est pincée à son extrémité pour que tu puisses appuyer avec tes doigts pour la retirer.

img_4705

Les – : Bon par contre toujours le même pb de : je ne veux l’utiliser que chez moi. J’ai quand même réussi à l’utiliser chez mes parents. Mais ça c’est perso et puis un peu psy je crois…

La mienne : Côté pliage toujours pareil pour moi, je la plie en fleur, une fois positionnée, je fais une petite danse de la joie genre pour qu’elle se déploie en moi (en réalité je ne pense pas que ça fonctionne mais bon toutes les occaz sont bonnes pour la danse de la joie), en place pour 8h max et voilà. J’ai pris une taille S, la plus petite, vu que bon j’ai jamais accouché, que mon périnée va bien (je crois, en réalité je n’en sais rien), que mon vagin est tonique et que mon flux est assez misérable (nous sommes actuellement sur des cycles de 36-40 jours avec 22h de règles dont 1h de PLS + vomissements voire malaise vagal, tout va bien si si je te jure, non non je n’ai pas envie de consulter qui que ce soit, je sais mon gynéco est super cool mais quand même j’ai pas envie, oui oui l’autruche ça me va bien et PUIS DE TOUTE FAÇON HEIN FOUTUE POUR FOUTUE, #nefaispascommemoi).

img_4707

La blague : Alors la 1ere fois…instant de panique parce que j’avais été à la danse, bref ma cup s’est retrouvée avec mon histoire d’utérus retroversé, dans mon cul de sac de Douglas, bref assez inaccessible, je me suis alors demandée à quel.le ami.e dévoué.e je pourrais bien demander de m’aider, si je pouvais contacter la dernière personne avec qui j’avais fait du sexe pour lui demander et si des gens allaient aux urgences pour des cups coincées (après tout j’ai déjà vu des tampons coincés aux urgences gynéco). Bref j’ai respiré, j’ai poussé, j’ai attendu et c’était bon.

Entretien : Pareil, à faire bouillir avant et après tes règles et pendant, on rince et nettoie au savon clair. À la fin tu la ranges dans son petit sac de protection.

Durée de vie : On m’a dit 5 ans

Prix : 24,90 (je ne sais pas s’il y a des frais de port vu que je l’ai achetée sur place)

Note : 4/5 (j’en suis ravie et mon ancienne a été rangée définitivement)

https://www.lacupluneale.com

La culotte menstruelle FEMPO

J’avais très très très envie de tester mais je ne trouvais pas de boutique pour tester, toucher (Marie Kondo sors de ce corps) et tt! Donc là autant te dire que je suis RAVIE!

img_4712
Elle a l’air grande mais en fait absolutely not, après c’est un shorty, j’aurais pu te mettre une photo de mes fesses dedans mais today j’ai pas envie de montrer mes fesses sur internet! Peut-être une prochaine, allez promis la prochaine fois je te montre

Kesako : En gros c’est une culotte normale, un tout petit peu plus épaisse à l’entrejambe, que tu enfiles et t’es tranquille. Promis, on ne voit AUCUNE DIFFERENCE!

Les + : C’est absorbant, donc tu n’as pas le côté « je baigne dans mon sang« , elle est noire donc c’est classique, il n’y a pas d’odeur et pas de sensation humide.

Les – : Peut-être le manque de diversité, choix entre culotte ou shorty, une seule couleur noire. Mais perso ça ne me dérange pas, j’ai une tonne de culottes noires (à cause de mon trauma spotting sous Nexplanon). Il y aura en 2019 une FEMPO FLUX++

Utilisation : Pour ma part, vu tjr mon flux misérable (une cup et demi max sur toute la durée de mes règles), je peux la porter toute la journée sans problème de fuite! (normalement 12h et tu peux tester d’abord la nuit ou le 1e ou dernier jour de tes règles pour voir si tu as peur)

La mienne : J’ai pris le shorty taille 36 alors que je fais une taille 34 normalement. J’étais plutôt partante pour prendre une taille 34 mais la madame était sûre d’elle en me disant de prendre une taille supérieure et elle avait raison. (ça ne serre pas, ça ne flotte pas)

Entretien : Tu rinces ta culotte à l’eau froide pour enlever le sang et tu peux la passer à la machine.

Durée de vie : similaire à une culotte classique.

Prix : 32 pour le shorty, 30 pour la culotte

Note : 5/5 On est sur une frenchy production. J’en suis pluuuuuus que ravie et je m’en vais m’en commander 3 autres. Je pense que j’ai trouvé LE PRODUIT IDEAL POUR MES REGLES! C’est facile d’utilisation, tu mets une culotte qui ressemble à une culotte normale, si tu ne le sais pas, tu ne vois aucune différence.

https://fempo.co

Les serviettes lavables, Les Serviettes Se Mettent Au Vert

Au festival, il y avait un atelier pour t’apprendre à confectionner ta serviette lavable. Bon moi je ne suis pas très douée mais ce n’est vraiment pas difficile, il te faut un peu de patience, une machine à coudre et des chutes de tissus. Bref j’en ai acheté.

C’est Les Serviettes Se Mettent Au Vert qui organisaient, nous apprenaient et vendaient.

img_4711

Kesako : Une serviette hygiénique en tissu, lavable, réutilisable, écologique!

Les + : C’est écologique, économique, tu peux la faire toi même ou en choisir une jolie

img_4710img_4709

Les – : J’ai testé, je n’ai pas apprécié comme les autres moyens décrits plus haut. Le stock était limité, apparemment il y a eu une razzia (vu le prix et l’engouement je comprends pourquoi). Comme elles sont faites mains et uniques, elles n’avaient pas toutes la même épaisseur, j’en ai pris avec des tissus que je trouvais jolis et pas forcément les plus absorbantes (pourquoi, grand mystère) sauf que le côté sang était toujours clair donc personnellement ça me gêne (en gros j’ai pris celles qui restaient donc peut-être pas les meilleures). Ensuite, ce n’est pas méga absorbant pour ma part et les attaches étaient en scratch donc ma serviette se baladait un peu dans ma culotte donc FUITE. Mais à voir…

Sur le site, il y a d’autres types d’accroches : boutons pressions, scratch, fils. D’autres tailles, d’autres couleurs. Et Dara, la créatrice est adorable!

Entretien : Tu rinces à l’eau froide et après tu peux passer à la machine

Durée de vie : Bonne question…

Prix : prix libre à partir de 10 centimes (non ce n’est pas une blague), à récupérer en mains propres (sur Lyon) ou par envoi postal, tu peux envoyer un mail pour les commander, choisir les couleurs et l’épaisseur.

Note : 1/5 mais je pense qu’il faut bien choisir sa serviette lavable, pas à l’arrache comme moi. Après il y a d’autres sites qui en proposent d’autres plus élaborées à des prix plus onéreux. Je vous donnerai mon avis si je teste un jour.

https://serviettes-au-vert.frama.site elle a FB aussi https://www.facebook.com/pages/category/Environmental-Conservation-Organization/Les-serviettes-se-mettent-au-vert-183431255678442/


Entre la rédaction et la publication, je suis allée au salon Vivez Nature à la Villette et j’ai acheté une autre serviette lavable de la marque PLIM (17€). Je ne l’ai pas encore testée mais elle est juste CANOOOOON et je te laisse checker le site internet!

https://www.plim.fr/fr/

Je te mets aussi le site internet d’une autre marque pretty cool : Dans Ma Culotte https://dansmaculotte.com/fr/

Sur ce, Bonnes mentruations! Et la suite au prochain épisode

Peace

PS: C’est pas un partenariat hein, j’ai tout acheté et testé parce que j’en avais envie. Je ne suis payée par personne pour vous donner ces informations! 

PS2: Euh blague à part, ne tkt pas pour mon utérus. Je fais le choix très personnel de ne pas consulter pour des raisons qui me sont propres et parce que je sais que je somatise énormément (tout le tps en réalité). Mais toi, va consulter stp!

Quoi de neuf docteur?

On va prendre le bébé de Mme D

7524899200_img_4786
Paris, France, Janvier 2019

Bon, l’historique est là Madame D Euh t’es bien gentille mais tu fais pleurer quand même! et J’ai disparu…

Mais pour faire un rapide résumé, Mme D a été mon premier fil rouge, mon premier rdv hebdomadaire du jeudi à 12h pour son suivi de grossesse, 7e bébé, placement des autres, suivi psychiatrique, psychotraumatique etc…Finalement on avait laissé Mme D avec son bébé avec un gros gros gros suivi et une grosse grosse grosse prise en charge.

Moi j’avais revu Mme D l’année dernière où elle m’avait donné du beurre de karité parce que mes cheveux étaient secs et elle m’avait donné une photo de sa fille.

Mme D est revenue me voir en fin d’année parce qu’elle voulait un autre bébé et donc voulait que je lui retire son implant (posé donc depuis 2 ans).

J’étais pas chaude…j’ai reporté plein de fois le rendez-vous, c’était pas cool du tout.

Et puis on a organisé un rendez-vous avec plein des gens pour parler de Bébé D. Et ça a été la descente aux enfers.

J’ai appris le dispositif impressionnant mis en place autour de cet enfant, crèche, personnel dédié, CMP, consultation de parentalité, suivi neuro, passage de la puéricultrice, assistante maternelle…6 jours/7 et j’ai entendu le glas sonner :

Bébé D régressait, Bébé D n’avait plus d’interaction, Bébé D se renfermait, Bébé D avait des comportements inadaptés, Bébé D n’allait pas bien, Bébé D faisait des crises à se jeter de tout son corps, Bébé D avait besoin de contention, qu’on la serre fort dans les bras, Bébé D cherchait le contact physique.

Et puis cette maman, Mme D qui ne comprenait pas pourquoi sa fille pleurait alors qu’elle avait mangé et dormi, Mme D qui ne comprenait pas pourquoi sa fille lui tendait les bras, Mme D qui ne comprenait pas pourquoi sa fille voulait lui faire des bisous dans le cou, Mme D qui ne comprenait pas quand sa fille voulait communiquer.

Mme D, elle a déjà eu des enfants mais pour elle, s’occuper d’enfants c’est les nourrir, les coucher, leur mettre des vêtements propres et les emmener aux RDV.

À Mme D, il lui manque la case : AFFECTION. Elle ne sait pas donner d’affection, elle ne sait recevoir d’affection, elle ne sait pas ce que c’est. Du coup elle ne comprend pas sa fille et il y a 0 interaction entre elles, résultat la petite dépérit malgré toutes les stimulations qu’on lui lui donne autour, elle regarde dans le vide et parle peu.

Bébé D ne mange plus beaucoup, elle a perdu du poids, elle fait des cauchemars pendant la sieste, elle a besoin de quelqu’un.e pour dormir avec elle. Bébé D réclame des câlins, Mme D n’a jamais fait de câlins parce qu’elle ne pense pas à en faire, parce qu’elle ne sait pas faire, parce qu’on ne lui en a jamais fait à elle.

Alors on a décidé de placer Bébé D parce qu’on ne peut pas laisser Bébé D être abîmée à cause du comportement de sa maman qui ne peut pas faire autrement vu qu’elle n’a jamais reçu d’amour, elle-même.

Mme D veut donc un autre bébé pour remplacer Bébé D qui va être placée. Tout a déjà été réfléchi dans sa tête, moi j’ai pas vraiment d’autre choix que de lui retirer son implant, parce qu’elle est jugée responsable donc elle a le droit de choisir si elle veut des enfants ou non. Et puis si je ne le fais pas, elle trouvera quelqu’un.e d’autre pour le faire et puis elle ne reviendra plus jamais à mon travail parce qu’elle n’aura plus confiance et on a besoin qu’elle revienne, bébé ou pas.

Mme D est toujours avec son copain mais il  a une autre copine qui vit avec elleux…d’ailleurs, elle est enceinte elle et je vais suivre sa grossesse. Avec un peu de malchance, je suivrai peut-être les deux grossesses en même temps.

Ça me déprime d’avance et quand je vois ça, je me dis que franchement j’ai des bases quand même pour faire des enfants, je sais qu’il faut les aimer mais j’ai peur de les abîmer…mais après…personne n’est parfait et tout le monde est abîmé et je saurais au moins les orienter vers des solutions s’iels ne vont pas bien. Je ne sais pas, j’en sais rien…mais tout ce que je sais c’est que Mme D est abîmée et là elle là a déjà fait 7 enfants foutrement abîmés et que ce n’est pas prêt de s’arrêter.

Je prie pour que la nature fasse bien les choses ou qu’elle ait une ménopause précoce, c’est vraiment pas bien mais je reste persuadée d’une chose :

« On ne sacrifiera pas un enfant d’une mère déjà toute abîmée… »

Je la vois lundi prochain pour retirer son implant…

 

PS: Donc tu comprendras que quand on me dit qu’il faut une maman et un papa pour faire des enfants ben je réponds que pour moi il faut des parents qui aiment, peu importe leur nombre et leur genre.

Quoi de neuf docteur?

Comme j’ai peur de me faire censurer, on va appeler ça Chocolatine et Crustacés

IMG_0819.jpg
Paris, France, Juillet 2018

NB: J’avais envie d’appeler cet article: Sodomie et Hémorroïdes mais je sais que j’aurais eu un appel de ma mère pour me demander si j’ai perdu la tête…J’ai quand même beaucoup d’appréhension à l’idée de le publier (on sait jamais si je dis qqch de non politiquement correct merci de ne pas me jeter de tomates sur la tête mais on peut en discuter ensemble, c’est valable pour tous les sujets)

Cet article va parler de sexe anal. Si tu n’es pas à l’aise avec ça (tu as le droit) et que tu n’as pas envie de le lire, tu es en droit. On ne juge pas ici. Si tu es mineur.e, on ne te juge pas, par contre je ne sais pas si tu as le droit de lire ça.

En plus de 2 ans d’écoute attentive de femmes, j’étais assez étonnée que personne ne me parle de sexe anal (non parce que si tu savais tout ce qu’on me disait…) et puis elle est arrivée.

Mme L

Je l’avais déjà vue à plusieurs reprises. Une histoire de frottis puis une autre fois où elle m’avait demandé un dépistage IST pour son amant. Mme L m’avait alors confié avoir un mari et un amant. Que le mari n’était pas au courant mais que sexuellement avec lui, ça n’allait pas. Donc elle avait commencé à avoir un amant qu’elle avait rencontré via Gleeden. On avait souri, on avait parlé des sites de rencontres, des IST vu qu’elle venait pour ça.

Puis elle est revenue pour des hémorroïdes…A priori pas vraiment mon domaine mais bon tu sais, j’ai des femmes qui attendent pendant 3 semaines leur RDV avec moi pour me parler de leur infection urinaire, donc plus rien ne m’étonne. (pour rappel, il y a 3 orifices en bas chez une femme, moi je m’occupe de celui du milieu, celui d’en haut bof bof, celui de derrière pas trop mais ça m’arrive de déborder après tout, kiffons).

Bref, donc elle venait pour des hémorroïdes. J’ai regardé, bof pas grand chose mais ça la dérangeait vraiment vraiment d’un point de vue esthétique. J’ai donc fait une ordonnance et j’ai fait une lettre pour un.e confrère/soeur parce que bon en toute honnêteté les traitements…ça ne marche pas toujours.

Donc je lui explique grosso modo les techniques chirurgicales, vague souvenir de mon externat (la fusée ou le trèfle lol). Et là elle me sort :

« Et après combien de temps, on peut reprendre la sodomie?« 

En toute honnêteté, j’en savais rien. Donc je lui ai dit que je n’en savais rien.

Et elle a rajouté « Parce que mon amant, il n’aime que par là, il faut avouer que c’est plus serré donc il a plus de plaisir« 

Et du coup, nous avons enfin abordé le chapitre : sexe anal en consultation. Elle m’a alors expliqué qu’en fait c’était son amant qui se plaignait de la présence de la « minuscule » hémorroïdes externe, parce que « c’était moche« . J’avais envie de répondre que « c’était son amant qui était moche » mais j’ai rien dit…

RIEN N’EST MOCHE! Tu peux ne pas apprécier certains aspects mais il est INTERDIT DE COMPLEXER LES GENS. MERCI!

Bref, on a parlé des lubrifiants, de préservatifs, de consentement, de plaisir etc…c’était cool. J’ai recroisé Mme L un soir en arrivant à ma voiture, elle m’a dit « finalement j’ai pas été au rdv » J’étais assez contente.

Après cette consultation, j’ai voulu savoir si personne ne m’en parlait à moi ou si personne n’en parlait tout court, donc j’ai un peu sondé mes collègues.

  • Au fait A, il y a des filles qui te parlent de sodomie de temps en temps?
  • Rarement, c’est plutôt moi qui leur en parle quand on aborde la virginité
  • Ok et tu leur dis quoi?
  • Que par derrière, elles ne sont plus vierges non plus donc que ça sert à rien
  • Euuuuhhhh (malaise ambiant)
  • Et que c’est dangereux pour la santé
  • Hein? (malaise grandissant)
  • Ben oui, je connais qqn qui m’a dit qu’à force, ben on devait mettre des anneaux pour maintenir les sphincters en place sinon les gens devenaient incontinents.
  • Euuuhhh (malaise presqu’au summum)
  • Et puis c’est un peu contre nature aussi
  • KO TECHNIQUE

Voilà comment un jour, j’ai pris la décision d’organiser des ateliers pour mes collègues.

La sodomie : trucs et astuces (lol)

  • Bon déjà…kesako : Pratique du coït anal, c’est à dire pénétration anale par un pénis ou objet, dans une relation homosexuelle ou hétérosexuelle chez une femme/un homme , par une femme/un homme.
  • A propos du plaisir : Alors oui tu peux avoir du plaisir par voie anale, il n’y a rien d’honteux. Tu peux même avoir plus de plaisir par voie anale que par voie vaginale/buccale, tu fais ce que tu veux! L’anus peut être une zone érogène, les mouvements de va et vient peuvent procurer du plaisir et chez les hommes, la présence de la prostate aide beaucoup.
  • Instant lubrification : L’anus était assez dénué de lubrification : il est nécessaire d’utiliser du lubrifiant pour éviter toute pénétration traumatique/douloureuse. La salive ne suffit pas, ça sèche vite!
  • IST et Préservatifs : L’anus comportant de nombreux vaisseaux sanguins, le risque d’IST est présent (si l’un.e ou les 2 ont des IST, mais comme c’est pas marqué sur le front des gens…) donc si vous n’avez pas fait des dépistages en bonne et due forme, le préservatif est DE RIGUEUR! Un seul préservatif est nécessaire! (tu vérifies qu’il n’est pas périmé, tu le mets dès le début, tu ne l’ouvres ni avec les dents ni avec des ciseaux et tu vérifies qu’il y a le petit logo CE ah et s’il a trainé 30 ans dans ta boîte à gants ou dans ton porte-feuille TU JETTES) En principe un préservatif externe, mais certain.e.s préfèrent utiliser des préservatifs internes (en retirant l’anneau au préalable). N’associe pas externe + interne (dans aucun type de RS d’ailleurs)
  • Pour ne pas finir aux Urgences en prétextant être tombé.e sans faire exprès sur un objet en sortant de ta douche : Attention à l’effet ventouse en cas d’utilisation d’objets, pour éviter qu’ils ne se perdent (l’intestin c’est LONG en plus). Oui c’est à cause de ça que les gens terminent aux urgences avec des radiographies où on voit toute sorte d’objets. Dans ma courte expérience hospitalière, j’ai reçu un monsieur avec un pot de yaourt en verre et une madame avec une ampoule (tjr en verre, comme des imbéciles on a pris des photos des radios)
  • N’aies pas honte : C’est une pratique qui existe depuis la nuit des temps (au moins depuis le Grèce Antique). Bon après, comme c’était un rapport « non reproductif » bien sûr ça a été interdit. (ben oui voyons, du sexe juste pour du plaiz faudrait pas abuser quoi…#ironie) Donc du coup ça a été stigmatisé mais en fait, CE QUE TU FAIS DE TON CORPS AVEC AUTRUI NE REGARDE QUE TOI!  Personne n’a BESOIN de savoir et personne NE DOIT juger. Ça ne fait pas de toi qqn de moins respectable ok? Est-ce qu’on est BIEN OK?
  • Est-ce que c’est dangereux? : Concernant le risque oulala de devenir incontinent anal parce que tu pratiques le sexe anal…alors on va se calmer! Il n’y a a priori aucun risque pour ton petit sphincter si tout est lubrifié et fait avec délicatesse. Le risque si cela n’est pas fait avec un cadre aussi charmant déjà c’est la PRISON (parce qu’une sodomie sans consentement est un viol) ensuite il y a le risque de fissures anales (saignement, douleur etc). Le sphincter est un muscle, son but est de se tendre et de se détendre, a priori il se détend et se retend après tes défécations donc calmos. Et après tu n’es pas obligé.e de passer de rien à un diamètre de 20cm, tu peux faire par étapes si tu as peur etc (les dilatateurs, ça existe d’ailleurs).
  • Ouais mais c’est pas vraiment propre : Alors effectivement ton tube digestif  n’est jamais vraiment vide. Donc si tu as envie de déféquer avant, vas y, parce qu’avec l’effet ventouse, ça peut accélérer la descente dans le feu de l’action. Ensuite certaines personnes préfèrent utiliser des lavements par voie rectale. Tu peux, tu n’es pas obligé.e, il faut en discuter avec ton/ta partenaire. Ensuite oui du coup il peut y avoir des résidus de matières fécales, c’est la vie.
  • Est-ce que je vais rester vierge? : Bon ensuite, concernant la « virginité » (grr que j’aime pas ce mot, ce sujet et tout ce qui va avec), effectivement il n’y a pas d’hymen au niveau de l’anus. Et effectivement, techniquement « être vierge » c’est ne pas avoir eu de rapport sexuel tout court. Mais chacun.e sa vision des choses et d’ailleurs on s’en fout parce que ça ne regarde que toi et toi-seul.e (on en a déjà parlé dans J’ai merdé ou Hymen Sacré
  • Oui mais au moins par là je ne vais pas tomber enceinte : À une époque (qui je pense est encore actuelle), certaines femmes avaient recours à la sodomie pour « garder leur virginité » et ne pas tomber enceinte. C’EST FAUX! TU PEUX TOMBER ENCEINTE MÊME DANS UN RAPPORT EXCLU ANAL si tu n’utilises pas de moyen de contraception (Non je ne suis pas folle) Bien sur que l’anus et l’utérus ne communiquent pas par l’intérieur, par contre les orifices d’entrée sont vachement rapprochés et comme dit une de mes collègues, il suffit qu’une petite goutte de sperme soit juste à l’entrée pour que tes spermatozoïdes bien déter décident de taper un 100m dans ton vagin,  aidés par tes gentilles sécrétions (parce que tu seras excitée et tout) pour remonter dans ton utérus et bam ça fait un bébé (bon pas à tous les coups mais ça arrive) . Les fameux cas des « vierges enceintes »
  • Ouais mais je suis pas gay : Le dernier point que je vais aborder est la pénétration anale chez les hommes. Alors aimer une pénétration anale ne va te rendre gay, rien ne « peut » te rendre gay! Pareil si tu aimes ça et que du coup tu te poses des questions, tu peux aimer ça et ne pas aimer les hommes! (tout comme tu peux être une femme homosexuelle et aimer les pénétrations vaginales) Tu peux aimer ça parce qu’un peu au fond, il y a la prostate (que tu sois gay ou pas ok? c’est physio) qui une fois stimulée, peut te rendre fou de plaisir! Donc Messieurs, si une femme vous demande si vous voulez un doigt, c’est pas la peine de vous offusquer que vous n’êtes pas gay, par contre vous pouvez dire que vous n’aimez pas ça ou que ça ne vous tente pas ou juste non tout court sans explication. (Tu peux être bi aussi et ça te regarde, enfin ce que je veux dire c’est qu’il n’y a pas de pratique sexuelle réservée à un seul type d’orientation sexuelle, tout le monde a le droit de faire tout ce qu’iel veut, kiffons bordel)
  • Ouais mais c’est quand même un peu extrême comme pratique : Ben euh faire des bébés c’est un peu extrême aussi, c’est définitif (ok rien à voir). Ya rien d’extrême pour toi, si c’est ce que tu veux faire! Je me rappelle d’un cours à la fac où on nous avait raconté qu’un couple hétérosexuel n’avait que des rapports sexuels par voie anale. C’était leur normalité et c’était très bien. C’est à qui de juger ce qui est extrême, pas extrême, ok, pas ok. Tant que c’est légal et que tout le monde est consentant…tu sais déjà!
  • Fourre-tout (lol)  : Je ne vais pas m’étendre sur l’annulingus qui est une pratique sexuelle bucco-anale ni sur l’épilation du Sillon InterFessier ni sur la dépigmentation de l’anus (même s’il y a tellement de choses à dire dessus…)

 

En résumé, si tu as envie de tester (on ne t’oblige à rien, ya pas d’injonction), que tu sois un homme, une femme, homosexuel.le ou hétérosexuel.le, protège toi pour les IST, pour une éventuelle grossesse (tout pareil que d’hab quoi) et lubrifie un max (ce qui n’est pas interdit dans les autres rapports)

Sur ces bonnes paroles : HAVE FUN!

 

PS: Cet article est uniquement dédié à dédiaboliser le sexe anal et à répondre à tes questions en t’évitant de passer par la case doctissimo. Si tu as envie que je fasse un article dédié à un sujet en particulier, tu m’envoies un mail à nousaussionvoyage@gmail.com

PS2: Pour le débat pain au choco/chocolatine, ben pour ma part j’ai vécu dans des endroits où on disait les deux donc je m’adapte 😁

Quoi de neuf docteur?

Je fais des crises d’angoisse

IMG_3801.JPG
Sainte-Luce, Martinique, Décembre 2018

Depuis des années…maintenant comme ça, d’une seconde à une autre, avec ou sans facteur déclenchant, je n’arrive plus à respirer, j’ai l’impression que je tombe, que je tombe, que tout tourne autour de moi, que je ne vais pas m’en sortir.

Avant je prenais des beta bloquants (automédication of course) quand vraiment c’était compliqué et un jour ça n’allait tellement pas que j’en ai pris plusieurs et j’ai eu peur pour mon rythme cardiaque (de finir aux urgences, qu’on pense que j’avais fait une tentative de suicide, que je meure…) alors j’ai décidé de faire autrement…

Après j’appelais ma mère au téléphone parce que sa voix m’apaisait, ça marche toujours mais j’avais envie de prendre le problème autrement et puis j’avais aussi envie d’arrêter d’emmerder les gens.

Elles avaient disparu pendant plus d’un an, quand tout allait à peu près bien, que je faisais de la méditation, que je voyais ma coach régulièrement, que j’étais légère et puis elles sont revenues.

Comme un fantôme sombre dessus de ma tête, il glisse des mots dans mes oreilles, il réveille mes peurs profondes et après ça tourne en boucle.

C’est compliqué à vivre au quotidien, parce que ça peut me prendre comme ça, en promenant mon chien, en recevant un texto, en allant sur internet, en regardant un film.

Je n’arrive plus à respirer, je suis prise de vertiges, mon coeur s’accélère et palpite, j’ai des bouffées de chaleur et j’ai l’impression de ne plus faire partie de mon corps, ça tourne, ça tourne, ça tourne, je tombe, je tombe, je tombe.

Ça dure plus ou moins longtemps et quand ça m’arrive maintenant, je fais de la respiration abdominale et je m’allonge au sol.

La respiration abdominale fonctionne assez bien, il faut se concentrer uniquement sur le souffle.

EXERCICE DE RESPIRATION ABDOMINALE : 5 À 10 MINUTES PAR JOUR
Choisis un endroit calme où personne ne puisse te déranger. Allonge-toi sur le dos (sur ton lit si tu veux), prends une couverture pour te réchauffer si besoin et mets un coussin sous ta tête.
Ferme les yeux pour tourner ton regard vers l’intérieur. Détends-toi le plus possible et prends conscience des points de contact de ton corps avec le support (dos, tête, mains…).
1/Bouche fermée, inspire par le nez en gonflant le ventre
L’air pénètre dans tes poumons, puis ton diaphragme s’abaisse pour laisser à la cage thoracique la place de s’ouvrir au maximum. Ne force pas.
Ne gonfle pas la poitrine en inspirant. La respiration doit être naturelle. Mets ta main sur ton ventre pour t’assurer que ton ventre se soulève bien.
2/ Bouche fermée, gardez l’air pendant quelque secondes
3 à 10 secondes suffisent. Avec la pratique, tu arriveras progressivement à augmenter cette durée et éprouver davantage de plaisir à le faire.
3/Expire par la bouche en rentrant le ventre
Vide l’air qu’il contient. Lorsque tes poumons sont pleins, tes muscles abdominaux poussent ton diaphragme vers le haut, l’air est alors expulsé. L’air doit sortir tout seul, comme un ballon de baudruche qui se dégonfle.
4/ Bouche fermée, reste les poumons vides pendant quelque secondes
3 à 10 secondes suffisent. Avec la pratique, tu arriveras progressivement à augmenter cette durée et éprouver davantage de plaisir à le faire. Attends calmement d’avoir envie d’inspirer.

Techniquement, c’est quelque chose que tu peux faire quotidiennement, moi je ne le fais qu’en cas de crise parce que le reste du temps, je n’y pense pas.

Je m’allonge au sol ou sur mon lit (ce n’est pas toujours possible), je ferme les yeux, j’entre ouvre toujours la bouche (parce que sinon mes mâchoires se serrent), j’ouvre les mains (sinon mes poings se ferment), je mets mes orteils en éventail (sinon mes orteils se crispent) et j’attends que ça passe.

Avant, mon corps tout entier pouvait se crisper, c’était assez impressionnant. Des gens ont essayé de m’ouvrir les mains sans jamais y arriver. Maintenant, ça n’arrive plus vraiment, je ne sais pas pourquoi mais tant mieux.

Ce n’est absolument pas rationnel, c’est bien ça le problème et c’est pour cela que je n’appelle pas grand monde quand ça arrive parce que tout le monde ne comprend pas et essayer de me raisonner n’a pas vraiment de sens ni d’impact. Je sais que ce n’est pas réel mais il n’empêche que ça arrive et qu’à ce moment là c’est ma réalite.

Pendant mes crises d’angoisse, je peux pleurer ou pas, ça dépend mais c’est toujours en silence. Un silence écrasant, un silence étouffant, un silence glaçant. Peu importe, le bruit autour, il règne toujours un grand silence à l’intérieur de moi et de ma tête.

Pendant mes crises d’angoisse, j’ai peur, j’ai peur de finir seule, j’ai peur de ne pas être aimée, j’ai peur de ne pas aimer, j’ai peur de rater, j’ai peur de perdre, j’ai peur de mourir tout de suite, j’ai peur que tu meures tout de suite…

Mes insécurités misent à nue, mes insécurités qui me foutent en l’air et ça tourne en boucle, ça tourne en rond…

Une fois que c’est passé en général, je suis très fatiguée physiquement parce que ça demande beaucoup à mon corps, j’ai une migraine et j’ai un poids au niveau des cervicales et de mes mâchoires. Il peut aussi arriver que j’aie mal au ventre ou que ma hanche droite se bloque de nouveau.

En général, quand ça arrive, j’essaie de prévenir certaines personnes. Des gens qui ne sont pas forcément là et qui ne peuvent pas débarquer mais juste pour qu’iels sachent au cas où je ne réponds plus pendant des heures. (ça dure entre 30 minutes et 2h chez moi environ)

Cette année, j’en ai fait beaucoup et je l’ai vécu comme une faiblesse. J’ai eu peur de dire que ça n’allait pas, parce que je le vivais comme un échec. Parce que j’avais l’impression de reculer, parce que j’avais peur du jugement que certain.e.s pourraient avoir envers moi, parce que ce qui fonctionnait avant, ne fonctionnait plus maintenant, parce que je n’y arrivais plus toute seule. Il a fallu que je réapprenne à vivre avec ce fantôme qui me pourrit l’existence. Il a fallu que je réapprenne avec cette partie de moi. Il a fallu que j’accepte de nouveau cet aspect de mon quotidien.

Alors en 2019, j’ai décidé de reprendre soin de moi, de reprendre mon suivi, de tester de nouvelles choses parce que les anciennes ne fonctionnent plus forcément.

Je t’écris tout ça pendant justement une crise d’angoisse (on est vendredi, je suis en vacances et il est 19h20) et je me rends compte que l’écriture vient de m’aider et que peut-être ça pourra t’aider aussi.

Take Care

PS: Ne reste pas seul.e 

Quoi de neuf docteur?

« On ne peut pas plaire à tout le monde »

IMG_4923 2.jpg
San Francisco, California, USA, Décembre 2017

Et d’ailleurs il ne faut pas…

J’étais absente pendant qq temps…suffisamment pour que je m’en rende compte et que vous en rendiez compte aussi.

J’ai écrit une dizaine de brouillons pour expliquer le pourquoi du comment, parce que sinon je n’arrivais pas à écrire d’autres articles. Mais même ceux là, je n’y arrivais pas parce que c’était dur.

Octobre c’est pas mon mois, tous les ans j’y vis des trucs + ou – désagréables qui nécessitent des aménagements dans ma vie.

Cette année, j’ai eu un problème au travail. Quelqu’un (un mec…donc même pas une patiente) n’a pas été content de mon travail, a menacé de porter plainte etc etc. Je ne vais pas raconter ici le pourquoi etc parce que ça n’a rien d’intéressant ni d’utile pour la suite.

Bon tu me connais un minimum, tu sais que j’adore mon travail et que j’y mets vraiment du mien.

Dans la situation problématique, j’ai fait mon maximum compte tenu des éléments et ça n’a pas suffi. (J’ai tendance à dire que tout le monde a raison parce que la vérité est subjective en fait tout dépend avec quelle lunette tu regardes une situation anyway)

ÇA M’A TUÉ LE MORAL

Pour diverses raisons que je vais t’exposer…

1/ J’ai eu peur de perdre mon travail. En réalité, il n’en a JAMAIS été question. Mais bon ma tête a fait des petites réflexions en toile d’araignée.

Ça a commencé comme ça : « Ok donc je suis inconfortable. Pour être confortable, peut-être faut-il que je change d’endroits de travail? Ouais mais j’adore mon lieu de travail, en plus c’est pas loin, j’ai un salaire convenable, des horaires cool. Ok donc peut-être qu’il faut que tu changes de mode d’exercice? Ok donc ailleurs, il faudra que je travaille plus, je vais être fatiguée et de mauvaise humeur mais je vais gagner de l’argent. Ok mais si tu travailles comme maintenant, tu gagneras moins d’argent, peut-être faudra-t-il changer d’appartement. Ok donc changer d’appartement, merde j’aurais du accepter ma titularisation, comment je vais faire pour trouver un appartement cool? Encore des visites? Mais bordel pourquoi tu n’as pas acheté en janvier? Ouais mais d’un autre côté comment j’aurais fait pour payer mes mensualités là? Bordel on est dans la merde? On est dans la merde. Peut-être faudrait-il que je change carrément de métier? mais qu’est-ce que je pourrais bien faire comme autre métier? Ok c’est la merde!« 

2/J’avais vraiment l’impression de ne rien maîtriser. Parce que je recevais des mails tout le temps, on m’appelait sur mes jours de repos, mes congés. J’étais vraiment épuisée mentalement et physiquement

3/Comme d’habitude, quand je perds mon équilibre, le reste se fout la gueule. J’ai commencé à ne vraiment plus aimer aller aux cours de danse, j’ai vraiment commencé à en avoir marre de toutes les actions que je faisais à côté qui se rapportaient au même champ d’action que mon travail : aider des gens, aider des femmes, parler sexe, parler femme.

Donc…J’AI PÉTÉ LES PLOMBS 😀 ET…J’AI DÉCIDÉ DE DIRE STOP!

Ça a commencé tout bêtement…j’ai envoyé un mail à ma hiérarchie pour dire que NON, je ne viendrai pas à une énième rencontre qui ne servirait à rien. (Ce à quoi on m’a répondu « que le dossier était clôturé »)

J’ai ensuite décrété que j’étais beaucoup trop fatiguée pour travailler dans de bonnes conditions, j’ai donc pris une semaine supplémentaire de congés (Ce à quoi on m’a répondu « Mais on va devoir déplacer des rdv » j’ai répondu « que tout le monde était utile mais que personne n’était indispensable » puis « que peut-être était-ce mieux de prévenir les dames 1 mois en avance pour mes congés que le matin si finalement j’étais en arrêt maladie », la personne qui s’occupe de mes congés m’a répondu « qu’il était temps que je prenne des congés parce que j’avais encore 20 jours à prendre et que ce n’était pas légal »)

J’ai ensuite décidé d’arrêter d’aider (temporairement ou pas) : j’ai donc envoyé des mails aux asso, aux groupes dans lesquels j’étais pour dire que j’arrêtais. (Ce à quoi on ne m’a pas vraiment demandé d’explications)

Je me suis ensuite concentrée sur ce qui me faisait du bien et j’ai décidé de rejoindre un « collectif » qui fait du jardinage, de choisir de nouveaux cours de danse, activités. J’ai donc repris le yoga et j’ai commencé le stretching postural.

Et pour finir, j’ai repris mon coaching. Je pense l’avoir dit qq part mais depuis avril 2016, je suis suivie par une coach (pour ma tête). Au début parce que j’allais mal et puis après pour continuer d’aller bien. J’avais arrêté depuis bientôt 1 an de la voir régulièrement en me disant que ça allait et que je gérais…sauf que je me suis rendue compte lors de ce truc, que quand il m’arrive un truc pas cool, j’essaie de le garder pour moi. Résultat, il a fallu attendre 1 mois pour que j’en parle à tous les gens de ma sphère donc bien sûr ça me rongeait mais personne ne comprenait pourquoi.

Depuis, ça va beaucoup mieux! J’ai repris le travail avec amour et sérénité, j’ai quand même demandé des aménagements qu’on a accepté. Je suis donc actuellement en vacances, j’ai pris le large pour respirer loin de l’agitation parisienne. Je peux de nouveau parler boulot et écrire sans que j’ai envie de crier et que ma mâchoire ne se crispe.

Octobre 2018 m’a donc montré que ouais octobre n’était pas mon mois et qu’encore une fois je me relevais.

Que la vie n’est pas lisse et que même si tu fais de ton mieux pour éviter les pépins, ça peut arriver.

Que tu peux/dois dire NON quand qqch ne te plait pas parce qu’on ne peut pas plaire à tout le monde mais par contre il est important de se plaire à soi et de faire ce qui te fait du bien.

Que tu peux prendre en main le destin dans certains cas pour être plus confortable.

Que c’est bien d’aider les autres mais si tu n’en a pas la force mentale ou physique, que ce n’est pas grave. On ne peut pas aider les autres si on n’est pas bien soi-même.

Voilà! Maintenant que ça c’est dit, on peut repasser à des articles plus intéressants 😀

 

 

Take Care

PS: L’année prochaine, je me barre en vacances une bonne partie d’Octobre et j’ai un peu envie de dire que tant pis, j’ai pas envie d’essayer de conjurer le sort, quoi qu’il arrive c’est toujours pour une bonne raison pour moi.

Quoi de neuf docteur?

Je ne suis pas mon métier

 

IMG_3803
Roma, Italy, Octobre 2018

Ces dernières semaines, j’ai été un peu exaspérée…J’ai été très fatiguée…et puis du coup j’avais pas le moral…et du coup je me suis énervée.

Ces dernières semaines, on m’a demandé beaucoup d’avis, beaucoup d’ordonnances, beaucoup de services.

Pas des patientes non des meufs, des amies, des copines, des tantes…

Et ça m’a gonflée

Alors j’ai fait un post FB :

Pensée du jour 💭 : Des fois j’ai pas envie de parler de travail…j’ai juste envie d’être moi et pas mon métier.
Donc si un jour, je ne te réponds pas sur ta question de gynéco, de sexo, c’est pas que je ne t’aime pas ou que je m’en fous de toi, c’est juste que je prends soin de moi et de mon équilibre 😌😌
Alors stp, accepte mes silences…

PS: Je ne vise absolument personne et si récemment tu m’as demandé qqch et que je t’ai rep c’est que ça ne me dérangeait pas. Mais tout comme toi, j’ai droit à des jours de congés 🙂

J’adore mon métier (vraiment) et ce que j’adore tout spécialement dans mon mode d’exercice c’est que quand je ferme la porte du travail, cela ne me poursuit pas chez moi (en général).

J’aime parler gynéco mais quand j’en ai envie. Pour l’écriture de ce blog, je ne me force pas. Des fois j’écris 3 articles d’un coup, des fois je prends 1 mois pour en pondre un. Mais j’en parle quand j’en ai envie et des fois…J’AI PAS ENVIE!

Du coup, quand je suis en vacances, quand je suis en week end, quand je suis avec des gens, quand je suis dans mes autres activités, j’ai pas forcément envie que tu m’exposes tes problèmes, ta santé ou ton vagin.

Je déteste qu’on me demande mon avis comme ça, sans prévenir. Est-ce que toi, ça te fait plaisir de parler de ton travail quand tu n’es pas au travail et que tu n’as pas envie d’en parler? A priori non, ben moi c’est pareil.

En début d’année, j’ai été vécu une scène un peu désagréable. Lors d’un évènement familial, un mec, un lointain oncle m’a apporté son bilan biologique « EXPRÈS » pour que je lui dise « SI TOUT ALLAIT BIEN« . Alors déjà c’était ni le moment ni l’endroit, entre le plat et le dessert no way. Et mec…imaginons

1/ Qu’il y ait un problème, je t’annonce ça comment? « Ah ben merde t’as du sang dans tes selles? est ce que c’est grave? ben euh ça peut etre des hémorroïdes comme ça peut etre un cancer? Qu’est ce qu’il faut faire? Euh ben une coloscopie, ah tu sais pas ce que c’est? Ben une caméra par ton trou de fesses. Euh sous anesthésie? Oui je crois. Ah avec ton kardegic, j’en sais rien » MERDE JE NE SUIS PAS TON DOCTEUR!

2/ Je n’ai pas ton dossier médical en tête ni dans mes archives

3/ Je suis peut-être là pour un bon moment, pour déconnecter mon cerveau en fait…

En règle général, je ne réponds pas aux sollicitations parce que ça me gonfle et que ça nécessite une consultation. C’est pas pour les sous (encore moins avec moi vu qu’on ne paye pas pour me voir) c’est pour faire les choses correctement. Pour discuter, pour avoir toutes les informations et étudier la meilleure option.

Dans ma famille, je ne regarde pas les résultats bio, je fais quasiment pas d’ordonnance sauf quand j’en ai envie ou quand vraiment vraiment c’est la merde (genre t’as droit à un joker MAIS UN SEUL). Bon j’ai quand même fait des trucs de gygy aux femmes de ma famille, pas parce que j’en avais follement envie mais parce qu’à ce moment là je préférais le faire plutôt que de les confier à des gens en qui j’avais pas confiance (mais je délègue facilement).

La dernière fois, j’ai emmené ma mère voir le cardiologue (elle va bien tkt), je voulais sagement attendre en salle d’attente. Elle m’a regardé avec des petits yeux en mode « tu ne viens pas? allez viens« . J’ai trainé mon pauvre corps dans le cabinet médical. Je suis restée dans mon coin, j’ai essayé d’être la plus petite possible…le cardiologue a examiné ma mère, il a demandé « vous n’avez jamais eu de problème à l’estomac? » Elle a répondu non, j’ai répondu « Si elle a eu un helicobacter pylori » Il a demandé si elle tolérait bien son problème, elle a répondu oui, j’ai répondu « elle a une dyspnée d’effort« . Il n’a pas capté ou il a fait semblant je ne sais pas. Il a répondu : « ah ben heureusement qu’elle est là » et là ma mère m’a balancé : « elle est du métier » et bam. Bon il a rigolé avec un « ça va j’ai pas dit trop de bêtises » J’ai sorti un rire totalement fake…Mais moi ça m’épuise. Parce que des fois j’aimerai juste être moi, moi la fille, moi la copine pas moi la doc. J’aimerai déconnecter mon cerveau. Parce que tout ce que je te dirais fera foi alors que non je peux dire de la merde, que mon domaine est très petit et que même dans ce petit domaine, je ne suis pas experte.

Le pire dans tout ça, c’est que bien souvent, quand les gens sont proches, iels te demandent un avis justement pour être rassuré.e.s…et si moi-même je ne suis pas rassurée devant ta situation, on fait comment?

Du coup, j’aime pas ces situations qui me mettent mal à l’aise.

J’en profite pour dire à toutes mes copines qui préfèrent montrer leurs cols de l’utérus à des gens qu’elles connaissent et en qui elles ont confiance et qui donc me demandent si je peux les examiner, que justement moi je préfère voir les cols des utérus de gens que je ne connais pas parce que sinon ça va être chelou entre nous…

Peace

PS: C’est pas un vrai coup de gueule, après le plus souvent ça me dérange pas mais la dernière fois, une nana que je ne connaissais même pas vraiment, m’a demandé si je pouvais lui faire une consultation à domicile alors qu’une vraie bonne copine a évité de me parler de ses VRAIS problèmes de santé justement pour ne pas que j’ai l’impression de devoir lui donner mon avis…

PS2 : Si tu veux me demander qqch, demande moi avant si tu peux…

Quoi de neuf docteur?

J’ai eu une cystose

7587784912_IMG_3700.jpg
Roma, Italy, Octobre 2018

C’est un mélange d’une cystite et une mycose…C’était horrible!

Quasiment 8 ans que je n’avais plus fait de cystite et plus de 2 ans sans mycose. Je te vois faire ta tête là…une mycose n’a rien de dégoutant, c’est pas sexuellement transmissible et même si je te disais que j’avais le VIH là, rien ne justifierait ton visage déformé (après tout c’est moi qui le vit, pas toi).

Bref j’ai eu une cystose. C’était pas à cause du sexe, ni à cause de ma mauvaise hydratation, ni à cause de mon oeuf de yoni (rangé depuis plusieurs semaines d’ailleurs), ni à cause de mon mode alimentaire.

Non, c’était à cause de mon changement de…SAVON!

Du coup, je me suis dit que c’était surement le bon moment pour reparler de « toilette intime« …

Par coup de hasard, ma cystose est arrivée juste après qu’une journaliste me demande de participer à une ITW sur ce même sujet. Les cordonniers sont les plus mal chaussés…bon mon frottis est à jour c’est déjà ça…

Je t’ai déjà quasiment tout dit dans cet article là  « Faut se laver la shnek »   donc voilà quoi…

Mais je reprends :

  • Le vagin c’est AUTO-WASH, c’est génial, ça s’auto-entretient DONC N’Y METS AUCUN SAVON
  • Ce qu’il faut laver, c’est la partie externe c’est à dire tes grandes lèvres, tes petites lèvres, ton clitoris, ton périnée et le reste de ta peau!
  • Le moins est le mieux

À la base, on m’a demandé mon avis parce que je ne sais plus quelle marque a sorti une gamme « enfant« , ouais ouais…allez paye ta vulve dès ton enfance! En mode « c’est une zone trop dangereuse » « oula faut faire attention c’est pas comme le reste de ton corps« 

Sauf qu’en fait…ben si…Alors ok il y a des muqueuses, ok ya une flore mais a priori tu n’utilises pas de savon « spécial anus » (Pareil merci de NE PAS METTRE DE SAVON DANS TON ANUS). L’anus aussi a des muqueuses et une flore…(comme ta bouche d’ailleurs et a priori tu ne te mets pas de gel douche dedans…ok ok tu mets du dentifrice, sois pas relou.e chui pas dentiste, j’y connais rien en hygiène buccale)

Techniquement, si on arrêtait de vouloir sentir le fruit de la passion en sortant de la douche et qu’on utilisait un bon gros savon sans savon, sans odeur, sans produit dégueu dedans ça irait : POUR TOUT LE CORPS!

Sauf que bon voilà, les parfums, les produits imprononçables, les colorants avec des lettres ont rempli nos salles de bain…

Dans ma pratique professionnelle, quand on me demande « Mais vous ne pouvez pas me prescrire un savon? » Je dis non. Je conseille ce que je viens de te dire :

Un pain dermatologique, sans savon, sans parfum, sans produit chimique, que tu peux utiliser pour tout le corps.

Tout le reste est assez marketing…

Pareil, une vulve ça se nettoie 2 fois par jour MAXIMUM sans gant NI FLEUR DE DOUCHE pitié (merci les nids à bactéries) et ça se sèche en TAMPONNANT! On ne se DÉCAPE PAS LA VULVE MERCI!

RESPECTE TA VULVE, SOIS GENTILLE AVEC ELLE STP

Donc maintenant, je vais te raconter la petite anecdote…

Personnellement, j’achète mon savon liquide « propre » à Naturalia parce que j’aime bien (je ne bosse pas pour elleux et d’ailleurs, iels ne m’ont rien demandé). Savon que j’utilise depuis maintenant plus d’un an. Et puis n’ayant plus de savon, je m’en vais gaiement en boutique et là oh drame, il n’y a pas mon fidèle savon. Inquiète, je demande de l’aide à Madame la vendeuse, qui me dit qu’elle n’en aura pas avant la semaine suivante.

Devant ce problème, je décide de me rabattre sur une autre marque « bio » et je fais mine d’ignorer le « PARFUM VERVEINE EXOTIQUE » inscrit en gros.

GENRE ÇA EXISTE DANS LA VRAIE VIE DE LA VERVEINE EXOTIQUE. QU’EST CE QUE ÇA VEUT DIRE VERVEINE EXOTIQUE? ET BORDEL ÇA DOIT SENTIR QUOI LA VERVEINE EXOTIQUE? 

Moi qui dit tous les jours « on oublie le tahiti douche fruit de la passion » j’ai pas eu l’air con quand 2 jours plus tard, les premiers signes sont apparus avec ma verveine exotique là…

D’abord une sensation que mon urine était chaude, puis un inconfort dans ma culotte, puis le feu, le feu, le feu. Où tu ne sais même plus si tu as vraiment envie de pisser, de t’essuyer, de mettre une culotte, de mettre un jean…

Comme je dis souvent, mon travail c’est le meilleur endroit pour avoir tes règles ou une mycose : ON A TOUT SUR PLACE!

Inutile de te dire que je me suis enfilée (lol) un sachet de Monuril et des ovules rapido presto.

Cette mésaventure a duré presqu’une semaine…si j’avais su j’aurais attendu tout simplement mon ancien savon. Mais maintenant, je sais que j’ai la vulve capricieuse lol!

Du coup cette mésaventure m’a donné envie de te donner mes…

TRUCS ET ASTUCES CONCERNANT LA MYCOSE :

  • Ta vieille culotte en coton, 3 tailles au dessus de mamie sera ta plus fidèle alliée
  • Fais tourner tes sous-vêt à la machine à laver 60° minimum, je sais je sais tu vas me dire « euh et mon string en dentelle là ça va le flinguer…« 
  • Oublie le string à ce moment là et de manière générale en fait. Bon ok ça passe si c’est 1h pour émoustiller ta meuf/ton mec
  • Ta jupe évasée sera ta plus grande amie
  • Si vraiment tu n’as rien rien rien sur toi : tu peux mettre des glaçons dans ta culotte (fais gaffe à ne pas te brûler avec le froid) ou du yaourt nature dans ton vagin MAIS DANS TOUS LES CAS IL FAUT CONSULTER QQN
  • Demande à ton doc un dosage de B12 et une glycémie à jeun (avec un bonjour, s’il vous plait et merci) si tu en fais beaucoup
  • Si tu en fais à répétition, il faudra peut-être revoir ton mode de contraception
  • Tu peux en avoir de façon cyclique genre avant ou après tes règles, on peut t’aider pour ça
  • La crème anti-mycosique peut te donner envie de t’arracher encore plus la vulve, don’t worry
  • Tu peux utiliser un sèche cheveux (à froid) pour sécher ta vulve en cas de crise
  • C’est pas honteux, ça arrive à quasiment tout le monde
  • Tu peux aller en pharmacie sans ordonnance pour récupérer des ovules, pas besoin d’attendre ton RDV la semaine prochaine chez ta/ton MG ou pire dans un mois avec ta/ton gynéco.
  • Ça n’a pas grand chose à voir avec une mauvaise hygiène sauf cas exceptionnels (à part si tu te laves trop ou si tu utilises des produits trop agressifs)
  • Bois de l’eau (c’est valable pour absolument tout en médecine)
  • Pour ce qui est de l’huile de coco et les HE genre Tree Tea, je ne sais absolument pas…J’aurais tendance à dire que les HE peuvent être agressives. L’huile de coco, j’ai des patientes qui ont testé, ça peut dépanner donc tendance à dire : Si vraiment tu es dans la jungle, que tu ne peux pas consulter et que ta vulve ressemble à un choux-fleur.
  • En période critique, je sais bien que tu n’auras ABSOLUMENT PAS ENVIE DE T’EPILER mais je préfère quand même le dire (il y a peut-être des psychorigides des poils pubiens) LAISSE TES POILS TRANQUILLE. Une fois l’épisode passé, si par souci esthétique, tu veux te débarrasser de tes poils pubiens innocents, OUBLIE LE RASOIR et PREFERE LA CIRE.
  • Cher.e.s partenaires, merci de comprendre qu’en crise, la libido s’approche de -1000 en général, donc respectez aussi nos vulves
  • Tous les « bio » ne se valent pas, lis les étiquettes et si tu vois marquer « VERVEINE EXOTIQUE » FUIIIIIIIS!

Peace

PS: J’aime pas le terme « toilette intime » ça donne un petit côté « spécial, secret, à part » du coup je dis plutôt toilette vulvaire. C’est comme pour l’histoire des « protections hygiéniques », mais bon tu sais que je n’aime pas faire comme tout le monde

 

.

Quoi de neuf docteur?

Ma première année

 

7524935152_IMG_3192.JPG
Paris, France, Septembre 2018

À mon anniversaire avec les potos, on a parlé d’un truc. Et puis en rentrant sur Paris, je suis allée au cinéma et j’ai vu une bande annonce me rappelant ce truc, du coup j’ai eu envie de vous parler de ce truc.

Ce truc c’est ma Première Année.

À mon époque ça s’appelait la PCEM1, c’était en 2006-2007 et j’étais à Bordeaux. J’avais 18 ans et un rêve : Passer en P2.

Mon rêve c’était même pas être médecin, mon rêve c’était de passer, tout simplement! Parce que sans ça…yavait rien! Parce qu’avec ça, tu avais le droit d’avoir d’autres rêves!

Le 1e jour, on a eu cours d’anatomie et le professeur a dessiné je ne sais plus quoi avec les 2 mains en même temps, dans un amphi déchainé divisé en 3 parties : les primants (les 1e première année), les doublants (les 2e première année) et les navalais (les élèves militaires).

En rentrant chez moi, j’ai vomi. J’habitais seule et ce jour là j’ai compris que tout cela ne dépendait que de ma force mentale.

Je ne connaissais qu’une seule personne sur Bordeaux et cette ville m’était étrangère.

La 1ere semaine, j’ai rencontré Svetlana, Nassim, Robin et Bertrand, grâce à une seule phrase « Tu ressembles à une fille de mon lycée, tu viens d’où? Martinique? Ah moi Mayotte » et voilà…

La 2e semaine, j’ai rencontré Jessica un soir de tutorat, dans un tramway à 22h : « Salut moi c’est Jessica, tu vas jusqu’où? »

Et puis d’autres dont je ne me souviens pas trop des noms.

Le 1er quadrimestre, j’ai bouffé des cours, je travaillais en amphi de nuit jusqu’à minuit et je rentrais chez moi pour dormir jusqu’aux cours du matin. La journée, j’allais à la bibliothèque, je mangeais des barres de céréales le midi sur place pour ne pas perdre de temps. C’étais la guerre à la bibliothèque, il fallait réserver ta place mais on pouvait te piquer tes notes…

Au tutorat c’était aussi un peu la guerre, il ne fallait pas trop montrer ton niveau, sur les résultats des sous colles, on t’insultait avec des « primant de merde » quand tu étais trop bien classé.e.

Les résultats du 1er quadrimestre sont tombés un mercredi. Je n’étais pas classée. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps et j’ai vomi toute la nuit. J’ai vomi tous ces cours, j’ai vomi toutes ces fiches.

Et puis il a fallu continuer…J’ai donc arrêté de manger tout court, j’ai changé de bibliothèque pour ne plus être en face d’autres P1 comme moi, je travaillais à la biblio jusqu’à 22h, je rentrais chez moi et je travaillais jusqu’à 4h du matin pour me lever à 8h. J’avais dans mon ventre un petit déjeuner et c’est tout.

Mon appartement de 20 m carré était rempli de fiches d’anatomie, de formules de biochimie, mes pauses c’était de l’histologie et mon seul moment de plaisir était mon shampooing hebdomadaire et les écritures de lettres à mes copines restées loin de moi. Le vendredi soir je m’accordais une pause aussi Sex And The City pendant que je faisais des annales.

J’ai tenu…Mais si on m’avait dit qu’il fallait continuer une semaine supplémentaire, mon corps aurait lâché.

J’ai eu envie de prendre des amphétamines, parce que certain.e.s en prenaient dans l’amphi et elleux étaient classé.es. Moi j’avais droit qu’au Guronsan et franchement c’était pas mal vu mon rythme cardiaque.

Je n’ai pas commencé le café ni le tabac mais par contre je suis devenue accro au Coca Cola et ça m’a pris presque 10 ans pour me sevrer.

Je n’avais pas internet, c’était un choix délibéré. J’ai pas pu surfer sur MSN, j’ai pas pu télécharger de musique, j’ai pas pu perdre de précieuses heures à rien faire. Mon père m’imprimait les cours qui étaient sur Internet et me les ramenait. (c’était faisable à l’époque, tout n’était sur la toile comme à présent)

J’avais un forfait téléphonique très limité pour ne pas perdre de temps à envoyer des sms et à appeler pendant des heures.

J’avais un fixe qui sonnait tous les soirs : ma mère

Je n’ai pas eu de petit copain parce que c’était un perte de temps.

Je n’ai pas eu le temps de pleurer parce que c’était une perte de temps.

Je n’ai pas vraiment fêté Noël, j’ai monté tous mes livres chez mes parents et j’ai révisé encore et encore.

Je n’ai pas eu le temps de me poser des questions parce que c’était une perte de temps et que pour tout ça, j’aurais le temps après le concours.

J’avais pas de plan B.

Ma seule préoccupation était comment encore gagner du temps pour pouvoir encore réviser plus.

J’ai fini à 36 kg cette année là.

Le dernier jour du concours, je suis rentrée chez moi, je n’ai pas fêté, j’ai décroché mes fiches sans les regarder pour ne pas regretter, j’ai effacé mes notes sur mon miroir de salle d’eau, j’ai débranché mon téléphone et j’ai dormi pendant presque 24h.

J’ai découvert que Bordeaux était une belle ville parce que jusque là je ne connaissais que La victoire, la bibliothèque Pey Berland, le centre commercial et la faculté.

Le jour des résultats, mes parents ont fait Paris-Bordeaux pour venir les voir avec moi (je crois qu’ils avaient peur que je me flingue). J’ai éteint mon téléphone à partir de l’heure d’affichage des résultats pour éviter les spoils.

On y est allés dans la nuit avec mon père. On a pris le tramway, j’avais les jambes qui ne tenaient pas, mon père m’a portée, on est allés devant ce fichu panneau d’affichage. La faculté était déserte, il faisait bon, mon coeur battait fort, j’ai cru que j’allais m’évanouir.

Ce panneau qui m’annonçait s’il me laissait continuer mon rêve ou pas…

J’étais reçue, j’ai crié, j’ai pleuré, j’ai passé des coups de fils…

Et puis j’ai regardé le reste du panneau, tous les rêves brisés…et j’ai été triste parce que ce concours était injuste. Une centaine de place pour presque 900 étudiants…

Il reflétait juste ta capacité à avaler des données et à les recracher, à identifier la faute dans la phrase, si le verbe était à l’indicatif ou au conditionnel, si c’était du singulier ou du pluriel…à griffonner des cases avec un stylo noir et pas bleu en faisant attention à ne pas te tromper de ligne. C’était con, fallait juste apprendre, apprendre, apprendre sans comprendre parce que tu n’avais pas le temps en fait. Tu maudissais les QCM 1/0, tu bénissais les QCM 1/0,5/0,25/0 et quand c’était du rédactionnel, tu ne faisais plus de phrases sujet-verbe-complément, c’était que des listes de mots clés.

À mon époque, on était encore en manuel, il y avait peu d’ordi sur les tables, on griffonnait à la vitesse grand V, aucun prof ne répétait, tu écrivais en abréviations, tu faisais des symboles, des lettres à l’envers, des gribouillis…ça ne prouve pas que tu seras un bon médecin ni même que tu es plus intelligent.e que ton voisin, ça montre juste que tu ne te poses pas de question…

En rentrant en P2, j’ai fait un équivalent de « baby blues » comme m’a dit mon médecin généraliste, parce que la P2 c’était dur encore, c’était différent mais ce n’était pas l’Eldorado qu’on nous avait promis et je me suis demandée si ça en avait vraiment valu la peine tout ça…

Et j’ai repensé à tous ceux qui n’avaient pas eu ma chance de faire un baby blues de P2…parce que sur tous mes potes on était que 4 à avoir réussi…

J’ai repensé aux yeux du P1 assis en face de moi à la bibliothèque, ses yeux qui pétillaient quand je sortais mes cours d’anglais médical qui montraient que moi j’étais en P2, que moi j’avais réussi, que moi j’étais son modèle…

Et j’ai continué…

Alors cette semaine quand j’ai appris la fin du numerus clausus, j’ai pleuré parce que j’ai repensé à tous ceux qui y ont eu droit et qui ont échoué…parce que ce concours était con…parce que je ne pourrais absolument rien te sortir de cette année et parce que la seule chose que j’ai retenu c’est que pour atteindre mon objectif…je suis prête à tout, même à mourir de faim…parce que je suis pleine d’espoir que les choses changent et que ce soit plus juste!


Merci à tous mes copains de P1: Svetlana, Nassim, Bertrand, Robin, Jessica, Leslie, Natacha, Laurence, Laure, Yves-Marie (même si je te détestais en P1), David, Prisca et les autres…

Merci à Jayson, mon ancien voisin, rencontré un jour de Carnaval et chez qui j’ai pleuré au début de ma P2.

Merci à tous mes profs du tutorat, malheureusement je ne me rappelle que de Thomas, Mister Embryo, qui m’a donné envie de devenir tutrice

Merci aux Navalais qui étaient très forts mais ne comptaient pas dans le classement donc me faisaient espérer.

Merci à mes professeurs de P1, notamment M.Merlio qui laissait le soleil entrer dans l’amphi et me faisait sourire quand il nous a annoncé en décembre que ça y est les journées allaient s’allonger, M.Caix (décédé en 2015) et M.Montaudon.

Merci à mes parents qui ont été présents pour moi, sont descendus me voir souvent, ont fait mes courses, mes lessives, sont venus pour les exams, les résultats, veillaient aux mêmes heures que moi.

Merci à ma Mamie Laure, qui est décédée cette année là pendant ma seule semaine de vacances sans quoi je n’aurais pas pu aller à son enterrement et qui savait qu’un jour je serais médecin.

Merci à mes copains d’avant pour toutes vos lettres.

Merci à toutes les personnes croisées pendant cette année.

PS: Peut-être que tu as vécu ta P1 différemment, peut-être même de façon très zen, peut-être même que tu as eu le temps de tout comprendre de ce que tu avais appris…peut-être que toi tu as tenté ce concours et que tu l’as raté, je suis assez partisante du « tout arrive toujours pour le mieux » et j’espère que tu es heureuxse dans ta vie et ton métier. Tu peux raconter tout ça en commentaire si tu le souhaites!

PS2: Malgré tout ça, j’ai adoré ma P1 parce qu’à ce moment là, j’ai su que j’étais capable de tout, que je n’avais aucune limite et que tout m’était possible.

PS3: Crois en tes rêves! 

PS4: J’ai pas aimé mes études de médecine globalement, ni le début ni l’externat ni l’internat. Par contre j’ai aimé passer ma thèse et j’adore mon métier actuel et ce que je fais n’a pas grand chose à voir avec ce que j’ai appris dans les bouquins en réalité…

Quoi de neuf docteur?

Elle a 22 ans

7594093024_IMG_3194
Paris, France, Septembre 2018

Et 2 enfants.

Elle s’appelle Mme L et je l’ai vue pour la première fois, la semaine dernière. Une des dernières patientes. Elle était pressée, elle devait chercher le 1er à l’école. Je l’ai faite rentrer.

Elle m’a d’abord parlé d’une mycose, un truc récidivant, qu’elle avait tapé sur internet, qu’elle avait suivi des recettes de Grand-Mère et ça passait pas.

Elle m’a parlé de ses antécédents, du tabac, de son ulcère d’estomac, de son père décédé d’une embolie pulmonaire.

On a parlé de son moyen de contraception, de ses règles qui durent 30 ans…

On a parlé du stress dans sa vie.

C’est la première fois qu’on se voyait et elle m’a dit à plusieurs reprises « il n’y a qu’à vous que je peux dire ça« 

Et puis elle a posé cette question :

« Est-ce qu’il y a ici des gens pour aider les femmes?« 

Je lui ai demandé de m’expliquer ce qu’elle voulait.

Elle a 22 ans et 2 enfants. Elle est avec son mec depuis 6 ans, un amour de lycée. Tout allait bien et puis à la première grossesse, comme bien souvent dans ces cas là, les coups ont commencé à pleuvoir. Les coups, les insultes, les menaces.

Elle travaillait et elle n’a plus eu le droit, elle se promenait et elle n’a plus eu le droit, elle avait des copines et elle n’a plus eu le droit.

Elle est partie avec son enfant sous les bras, elle a repris le travail, elle a rencontré qqn et puis un matin, il l’a retrouvée. Elle, son nouveau mec, leur fils dans une nouvelle maison. Il a alors agressé le nouveau mec avec une arme devant les yeux de son fils. Tout le monde est en vie mais par contre tout le monde n’en est pas sorti indemne dans sa tête.

C’est en sang, que Mme L s’est retrouvée dehors en pyjama avec la police et c’est en ruine, qu’on l’a mise dehors de l’appartement compte tenu du « scandale« .

J’ai pas tout compris concernant la plainte mais bon…personne n’est en prison

Mme L est restée 5 jours à la rue avec son fils et puis le mec a rappelé en disant « qu’il voulait bien la récupérer même si elle avait fait la pute« .

Ne voyant pas trop d’autres solutions, elle est retournée chez eux et une chose en amenant une autre, elle est tombée enceinte encore.

Elle n’a plus le droit de fumer par le balcon, elle n’a plus le droit de sortir à l’épicerie. Elle ne peut aller qu’à l’école et chez le médecin.

Elle a 22 ans et une vie de 60…Et moi je la revois la semaine prochaine…et toutes les autres probablement…

Peace

PS: Je ne veux pas te déprimer, il existe encore des hommes corrects, attentionnés et aimants…enfin c’est ce que j’essaie de faire rentrer dans ma tête.