Quoi de neuf docteur?

« Vous avez combien d’enfants »

IMG_2290.JPG
Rome, Italie, Aout 2019

Mme D est enceinte…

Je t’ai déjà raconté Mme D en long, en large en travers…Madame D On va prendre le bébé de Mme DMme D a déjà 8 enfants si mes comptes sont bons. Elle n’a que la dernière en charge (les autres sont avec d’autres papas ou placé.e.s à l’Aide Sociale à l’Enfance) et ça va pas super, on devait la placer elle aussi mais bon…en ce moment l’ASE est occupée je crois.

Bref Mme D fait des enfants pour exister. Elle sait leur donner à manger, les habiller, les emmener à l’école mais elle ne sait pas les aimer, elle ne sait pas communiquer…du coup on est en pleine carence affective.

Comme Mme D a senti qu’on allait lui prendre sa fille, elle a fait un autre bébé (bon à ma charge, je lui ai retiré son implant mais bon moi on me demande qqch, je le fais, ya pas d’injonction à la contraception et Mme D est jugée en capacité de prendre des décisions pour elle même si c’est discutable), du coup elle est enceinte et elle ne veut que moi pour suivre sa grossesse (alors que je déteste les grossesses d’ailleurs on peut faire péter le champagne, j’arrête en novembre). Mais comme Mme D a un gros suivi psy, une schizophrénie diagnostiquée et traitée ben j’ai accepté.

Pour le moment ça se passe bien, médicalement parlant. Bon on a une histoire de suspicion de trisomie comme d’hab, now je suis habituée.

Mme D me fait du chantage affective…enfin elle me drague…elle essaie de me mettre dans sa poche, d’être dans mes petits papiers (pour pas que je lui prenne son bébé…enfin qu’on lui prenne pas son bébé…en fait pour que j’oeuvre pour elle pour qu’on ne lui prenne pas son bébé). Je le vois, je le sais, je fais genre que je ne comprends pas son manège. Ça a commencé avec du jus de Bissap parce que j’adore ça et je ne sais pas comment elle l’a su. Bref du coup tous les lundis, j’ai mon jus de bissap qui m’attend.

Comme Mme D a besoin d’une attention particulière, je la vois souvent…tous les 15 jours. Il y a 1 mois, elle est venue avec une boîte à bijoux, elle voulait que je prenne une bague, j’ai dit non. Elle a laissé un bracelet, j’ai dit non…Elle m’a mis une bague au doigt, j’ai prétexté que c’était trop grand, elle a renoncé.

Et puis il y a 15 jours, en rentrant dans mon bureau, elle a eu cette phrase « Et toi, tu as combien d’enfants?« 

Je lui ai répondu : Zéro avec un grand sourire

Elle a paru horrifié et a fait « haaaaaannnn c’est pas bon ça« 

Je lui ai donc expliqué que je n’en voulais pas et donc que ça allait.

Elle m’a alors répondu « Je vais prier pour toi« 

Bon j’ai pas de problème avec les religions de mes patientes, je respecte tout! Mais bon…inutile de me mettre dans des prières.

J’ai alors répondu : « Euh non ça va aller« 

Elle a répondu « Si moi j’ai prié pour moi et j’ai 9 bébés, ça marche« 

Je suis dead…

On a fait l’examen et puis elle m’a dit « Tu sais je voulais des jumeaux. En fait je veux 15 bébés au total« 

J’ai demandé pourquoi 15

Réponse « Comme ça j’aurai le drapeau de la France, je travaille pour la France« 

J’ai pas compris…j’ai eu envie d’aller lui acheter un drapeau de la France pour qu’elle arrête de faire des enfants mais je ne l’ai pas fait.


À table, avec mes collègues on a donc encore eu une fois une discussion sur désir d’enfants ou pas. J’ai maintenu ma position de « Je ne vois pas trop l’intérêt, je suis flippée par la parentalité donc pour l’instant je n’en veux pas« 

Le « pour l’instant » les a rassurées…J’ai donc abordé le sujet de la contraception définitive féminine (Rappel : TU PEUX Y AVOIR DROIT PEU IMPORTE TON ÂGE, PEU IMPORTE SI TU AS DES ENFANTS OU NON ET SANS L’ACCORD DE QUICONQUE…bon à part de ton.a chirurgien.ne en pratique…c’est un peu le parcours de la combattante mais il existe des gens qui veulent bien le faire)

Et là de nouveau : « Ouais mais si tu changes d’avis » ça m’a blasée…j’ai alors répondu sèchement « La prochaine fois qu’une femme viendra pour un suivi de grossesse, pensez à lui demander si elle est sure de ne pas changer d’avis« 

Ça a eu le mérite d’être clair!

Quand une femme veut un enfant, on ne lui demande pas pourquoi, si elle est sure (à part les mineures…pareil pourquoi…quand je vois certaines personnes majeures ben euh ça ne les rend pas forcément plus responsables) alors que clairement quand on voit Mme D, je crois qu’on pourrait de temps en temps…

Par contre quand une femme ne veut pas d’enfants, on lui demande systématiquement pourquoi, si elle est sure, comment va faire son mec, et si elle change de mec, peut-être qu’avec le temps…

BORDEL VOUS FAITES CHIER! (enfin pas toi, toi, toi)


La semaine dernière j’ai fait une consultation ouverte avec des patientes et une m’a demandé quel moyen de contraception je prenais (ce sont des consultations où on discute toutes ensemble pour apporter chacun.e notre expérience, donc tout le monde participe à titre d’être humain). J’ai pas su quoi répondre honnêtement…

La version longue aurait été :  « Alors déjà j’ovule pas bcp, je sais même pas si je peux avoir des enfants, si j’ai un adénome à prolactine ou des ovaires polykystiques ou si c’est juste dans ma tête, ensuite je sais pas trop si j’en veux ou pas et puis surtout j’ai pas de relation sentimentale me permettant à l’heure actuelle d’envisager un moyen de contraception quotidien ou sur du long terme, donc préservatifs?« 

La version courte aurait été « Préservatifs mais je dois avouer que de temps en temps je prends la pilule pour décaler mes règles et que je me dis que si one day c’est sérieux, je poserai un DIU au cuivre« 

La version acceptable sociétalement aurait été « La pilule ou implant ou DIU » ou « Rien parce que Je veux un bébé« 

Du coup j’ai esquivé…

Ma collègue qui elle n’a pas forget est revenue à la charge pour bien me flinguer. J’ai donc répondu « Préservatifs externes » et là j’ai eu un « Tu ne veux pas d’enfants » de ma collègue, un « Vous n’êtes pas mariée » d’une patiente, un « Vous n’avez pas de mec » d’une autre patiente et un « Arrêtez, elle est peut-être lesbienne en fait » d’une autre…

Je ne savais plus où me mettre…


Et puis hier Mme D est revenue à son rdv, elle avait une petite boite de sachets de thé, elle m’a dit que c’était parce que j’avais l’air fatiguée et puis une bague, à ma taille cette fois (je ne sais même pas comment elle a fait pour en trouver une à ma taille). J’ai demandé si la bague aussi était contre la fatigue, elle m’a dit « Non c’est pour faire des bébés« .

J’ai regardé la bague, je l’ai mise à mon doigt, je me suis demandée ce que serait ma vie avec des enfants, si un jour mes angoisses de la parentalité n’allaient pas s’estomper, si un jour je ne croiserais pas la route de qqn qui me rassurera au point d’être ok pour en faire, si un jour j’en aurais pas envie en fait. (J’ai eu aucune réponse)

L’après-midi, pendant que j’attendais une patiente, une autre collègue m’a sorti comme ça « Tu ne veux pas te marier toi? » j’ai ri, je lui ai expliqué que le mariage oui mais les enfants non.

Elle m’a demandé pourquoi, j’ai répondu que je n’en voyais pas l’intérêt. Elle m’a répondu « Ben au moins tu auras qqn qui t’aimera toute ta vie » et là j’ai souri, parce que j’ai su que le jour où je ferais des enfants ce sera par envie et pas pour combler quoi que ce soit…et que ce sera la plus belle raison du monde…

Love

PS: Du coup j’ai pris RDV chez une gynéco histoire de faire le point encore sur mes ovulations…par contre j’ai pas d’endométriose! Amen!

PS2: J’en profite pour te dire d’aller te dépister, je ne sais pas trop pourquoi je te dis ça mais bon vas y qd même

PS3: Tu peux faire un AUTOPRELEVEMENT (tout.e seul.e donc) pour le Chlamydia et Gonocoque si tu as un vagin, dans les centres de planification et les centres de dépistage. 

PS4: On ne fait pas des enfants pour : réparer son couple, pour avoir qqn qui nous aimera, pour faire comme tout le monde…(liste non exhaustive)

PS5: Par contre ne te fais pas de film, c’est pas parce que tu viens de lire tout ça et que je vais chez la gynéco que je veux et que je vais faire des enfants lol! 

PS6: Par contre tu peux faire d’autres suppositions…

Quoi de neuf docteur?

Mme S

IMG_0843.jpg
Paris, France, Juillet 2019

L’autre jour j’ai reçu Mme S, je ne l’avais jamais vue encore. Je ne sais plus trop pour quoi elle venait, une histoire de contraception je pense.

Mme S a 28 ans et elle était triste mais triste…on a fait la consultation, le dossier, l’examen et puis on a parlé de l’allaitement…Elle n’avait plus trop de lait, elle se demandait pourquoi.

Je lui ai demandé si elle mangeait bien, elle a répondu :

« Je mange parce que je dois allaiter » 

Sa phrase m’a poignardé le coeur…

J’ai donc demandé à Mme S comment ça allait…POUR DE VRAI.

Elle a pleuré et moi j’aime bien quand les dames pleurent parce qu’à ce moment là on parle des VRAIS PROBLEMES!

Mme S a 28 ans et 2 enfants : une 1e fille de 8 ans d’un premier mec qui la tapait et qui prenait de la drogue. Elle s’est séparée du mec après des mois et des mois de chantage, de coups etc et puis le mec a eu un problème avec un gars bref il a été tué. Puis elle a rencontré un autre gars, un mec « bien » il y a 6 ans, tout allait bien. Iels ont essayé de faire des enfants, elle a fait 2 fausses couches et puis au bout du 3e ça a fait le bébé actuel qui a 1 an. Dans cette vie de couple, le « nouveau » mec avait commencé les démarches pour adopter la 1e fille vu que bon…tout se passait bien.

Je demande alors où est le problème…

Elle me dit:

 « Il est Montpellier »

Je lui demande donc innocemment « Pour le travail? » parce que bon pr moi la seule raison tolérable pour s’éloigner de femme et enfants serait une opportunité exceptionnelle professionnelle. (Attention, je suis tout à faire ok pour les couples avec ou sans enfant qui vivent dans des apparts séparés, dans des villes différentes etc mais quitter l’appart commun pour aller à l’autre bout de la France me paraissait tout de même suspect)

Et là elle m’explique que « Monsieur est parti après la naissance du petit à Montpellier pour se rapprocher de ses amis »

J’ai failli rire nerveusement…je me suis retenue juste à temps.

Donc Monsieur est parti à je ne sais combien de kilomètres après la naissance de son fils pour aller à Montpellier se rapprocher de ses potos.

Depuis bien sûr il est difficilement joignable, on ne sait pas qd il remonte sur Paris ou pas, il a raté les pas de son fils, quand elle s’énerve au téléphone, il raccroche et ne répond pas pendant plusieurs jours…

Elle m’explique qu’en plus elle aimerait reprendre le travail parce qu’avant elle travaillait et pas lui et que là elle n’a pas de place en crèche et que s’il revenait (vu qu’il ne travaille tjr pas) il pourrait garder leur fils mais qu’après explication de ce projet il lui aurait répondu :

« C’est pas comme ça que tu vas me donner envie de revenir sur Paris »

Gars…déjà on n’a pas à te « donner envie de revenir sur Paris pour t’occuper de ton fils », c’est TON JOB!

J’ai fermé le dossier, j’ai regardé Mme S et j’ai eu cette phrase très maladroite mais honnête :

« Mais il faut qu’il vous fasse quoi de plus pour le quitter? »

Et là elle répond « En plus il m’a trompée au début de notre relation avec son ex »

Silence de ma part mais elle a du deviner ma question

« Oui elle habite à Montpellier »

J’ai pris mon téléphone, j’ai mis mes collègues sur le dossier pour lui trouver une place en crèche (dossier tjr en cours) .

Souvent quand on parle d’histoires catastrophiques avec mon entourage, beaucoup me disent « Ouais mais les femmes aussi elles ne veulent pas voir, franchement à l’heure actuelle tu ne peux pas ne pas savoir ».

Je ne suis pas totalement d’accord et puis surtout CE SERAIT BIEN EN FAIT JUSTE QUE CES CONNARDS NE FASSENT PAS DE MERDE PLUTOT QUE D’ACCUSER LES FEMMES DE NE RIEN VOIR!

Il y a des cas où tu peux, des cas où tu veux, des cas où tu n’as même pas ça dans la tête parce que tu as confiance, parce que tu es occupé.e par ton quotidien, parce que tu n’es pas jalouxse et puis il y a les pros.

Lui il n’était pas pro, lui il était son sauveur, lui il était son espoir, lui il était le 2e papa de sa fille, lui il était le père de son fils, lui il ne la tapait pas, lui elle l’aimait…

Elle a encore pleuré longtemps, elle m’a demandé comment on faisait pour faire disparaitre les sentiments.

J’ai répondu que je n’avais pas la réponse mais que moi pour savoir si je devais arrêter une relation peu importe le type je me posais cette « simple » question : « est-ce que cette relation me rend heureuse ou pas? » 

Elle a quitté le cabinet, son bébé pleurait à la mort, j’ai fait

« Il est attaché ce petit…et d’un côté il n’a que vous » 

Elle s’est retournée et m’a dit :

« Je crois que cette phrase va tout changer » et elle est partie.

J’ai pris une autre dame et en revenant voir mes collègues elles m’ont glissé un post it avec marqué dessus MERCI…

 

Peace

PS: J’ai pensé à sa 1e fille toute la nuit en me disant que cette enfant allait surement se dire que les hommes qui sont censés l’aimer se barrent, qu’elle aura une blessure de l’abandon ou du rejet et que probablement elle acceptera des choses qui lui feront du mal et j’ai été triste

PS2: Ce jour là j’ai réalisé qu’en fait ce n’est pas que je ne veux pas d’enfant c’est « juste » que j’ai vraiment peur d’être au mauvaise mère et que mes enfants finissent en thérapie à cause de moi

PS3: Je ne sais pas si Mme S va quitter M. S et je ne sais pas si elle reviendra me voir…

Quoi de neuf docteur?

On s’aime comme on se quitte…

IMG_9361.JPG
Paris, France, Juillet 2019

On s’aime comme on se quitte…

J’ai quitté le navire. J’ai quitté un de mes centres, alors je lui ai écrit une lettre d’adieux

 


« Je t’ai aimé et j’aime encore plus te quitter parce que j’ai des limites et que je ne peux plus absorber toute la misère du monde…
Alors je te quitte salement avec personne pour prendre la suite, tu m’as traitée de lâche mais c’était ça ou la dépression.
En 3 ans, je t’ai vu te dégrader, j’ai vu les camps s’installer, j’ai vu l’appart city se remplir, j’ai vu les mineur.e.s de la croix rouge arriver…
J’ai écouté les histoires de viols, de mariages forcés, les violences conjugales, les mutilations sexuelles avec patience et bienveillance…
C’est devenu mon quotidien et puis Mme A…et cette phrase qui m’a fait me sentir si seule «
ce n’est pas mon secteur ».
La misère n’a pas de secteur, la misère elle est en bas de chez moi, en bas de chez toi, à mon travail…
Alors j’ai décidé de partir parce que j’avais des cauchemars le lundi soir, des crises d’angoisse le mardi mardi , des régles douloureuses qd elles arrivaient le mardi et des migraines le mardi soir.
J’ai tenu pour elles…j’ai tenu pour elles…et c’est pr elles aussi que je m’en vais parce qu’elles sont partout et qu’il faut que je sois bien pr celles que j’ai ailleurs…
J’en ai parlé, j’ai entendu « burn out », j’ai entendu « arrêt maladie »…alors avant d’en arriver là, j’ai mis les voiles… »


Tout le monde est utile mais personne n’est irremplaçable…D’ailleurs, je crois qu’iels m’ont trouvé une remplaçante. Je lui souhaite beaucoup de courage pour pouvoir gérer tout ça.

Moi j’ai commencé à vouloir faire de la planification (et pas de la gynécologie) pendant mon stage d’internat. C’était à Toulouse, la misère c’était pas la même. C’était cool, on avait le temps, on parlait contraception, violences, rapports sexuels, un peu du genre…

Quand je suis arrivée sur Paris, j’ai fait des remplacements en libéral, j’ai détesté ça, voir des gens comme des euros potentiels, voir les gens en 10 min (en remplacement, globalement tu dois prendre les habitudes de taf des gens que tu remplaces) c’était pas pour moi, alors un jour j’ai tapé un truc sur internet et j’ai trouvé mon boulot actuel.

C’était de la planification familiale, de la protection maternelle, des prises en charge de situations compliquées mais ça allait, ça m’allait, parce que j’avais du temps pour le faire, parce que j’avais les moyens de le faire.

Et puis à un moment ça a déconné, il y a eu beaucoup beaucoup beaucoup de demandes, je suis devenue une rock star (en fait c’est surtout que j’étais un peu la seule dans le secteur et que comme en plus je suis plutôt cool les gens venaient me voir) avec des plannings pleins 3 mois à l’avance…On a commencé à me demander de voir plus de monde, donc avec moins de temps et ça a commencé à me rendre malade, parce que j’aime accorder le temps nécessaire à chacun et c’était de moins en moins possible. On me raccourcissait mes durées de rdv, on ne respectait pas mes consignes. Comment en 15 min veux-tu faire s’installer la dame sur une chaise, remplir le dossier (parce que sinon on me tape sur les doigts), prendre les constantes (un peu inutile mais bon si ya un pépin, l’administration se retournera contre moi), faire la consultation « classique« , déceler le VRAI motif de consultation, aborder la question des violences, des rapports sexuels, de la libido, de la lubrification, du plaisir féminin, de l’auto examen, de la non saleté des règles, de la polémique glyphosate, de la NON TOILETTE INTIME INTERNE, de l’intérêt du frottis, de l’intérêt de la réeducation périnéale, des moyens de contraception avec points positifs, points négatifs, modalité de prises, de poses, de retraits, durées d’action, surveillances, conduites à tenir en cas d’oublis, de problèmes, examens complémentaires, examen gynéco impliquant un déshabillage progressif en 2 temps avec bienveillance, examen des seins en donnant des conseils sur le soutien-gorge, sur l’auto palpation, examen du bas (avec inspection de la vulve, vagin, zone périnéale voire zone anale parce que les hémorroïdes c’est chiant, palpation utérus et ovaires avec vérification d’absence de pathologies, d’absence de douleur) avec proposition de miroir, lubrification du spéculum, explications, réalisations de gestes (genre frottis, prélèvements, pose et/ou retrait de DIU), remplir la paperasse, dire au revoir madame, en rajoutant la consultation avec INTERPRETE parce que la dame ne parle pas français…Ben moi je ne pouvais plus et c’est ce qu’on me demandait. Donc avant de perdre ma bienveillance pour faire plaisir à je ne sais pas qui…je me suis barrée.

Peace

PS : Ne t’inquiète pas, les croquettes de Moun seront payées, je ne suis pas au chômage (si ça existe des médecins au chômage, ce sont des médecins qui cherchent un mode d’exercice qui leur convienne afin de faire BIEN leur travail), j’ai gardé les 2 autres centres où ça se passe bien et je vais travailler maintenant dans une autre ville qui partage mes valeurs et où en fait je vais consulter et surtout je vais être payée pour militer (le kiff suprême).

PS2 : Vous allez me dire que je suis victime de mon succès, j’en sais rien et c’est pour cela que je ne veux pas être sur Gyn&Co parce que je veux agir dans l’ombre et faire mon travail correctement sans être submergée parce que « je le fais bien » et que du coup face à la demande, je le fasse moins bien et surtout je veux tout de même continuer à le faire pour des femmes qui en ont tout de même plus besoin que d’autres. Je sais que la vie est dure et que tu n’as pas envie de payer un gynéco secteur 2 avec ton SMIC mais je priorise les femmes qui elles n’ont pas de smic, pas de sécurité sociale et pas d’argent pour se payer un manteau l’hiver et les jeunes. 

PS3: Ouais en général quand je demande qqch je l’obtiens, il y a qq mois, je te disais « euh qqn n’a pas un plan pour que je travaille ailleurs? » dans cet article Quand une dame vient systématiquement en retard, c’est qu’il y a peut-être qqn qui l’empêche d’être à l’heure…ben la semaine d’après, je trouvais mon nouveau centre. Je l’écris pas pour me vanter mais juste parce que j’oublie souvent donc je pourrai relire cet article si un jour j’en doute.

PS4. J’ai une vision très utopique de la médecine et je sais qu’à terme je ne pourrai plus continuer à travailler comme cela, mais tant que j’ai ce luxe, je veux pouvoir en profiter. Forcément avec la pénurie de médecins, la demande surpasse l’offre et il faudrait voir beaucoup de gens pour que tout le monde soit vu, mais j’ai beaucoup beaucoup de mal avec ce principe. On est pas des animaux, je ne fais pas d’examens à la chaine. Je refuse et je peux encore, de donner un rdv à qqn dans 3 mois pour qu’au final la personne ne soit pas entendue, pas écoutée, mal traitée et pas contente. Après j’entends que certain.e.s le font, j’ai quitté le libéral pour ça, j’ai sacrifié des chiffres sur mon revenu mais je dors mieux comme ça. Chacun.e sa vision des choses et c’est pas une critique si tu fais différemment de moi. Ce qui est bon pour moi ne l’est pas forcément pour toi.

Quoi de neuf docteur?

Mme N

FullSizeRender 3.jpg
Paris, France, Avril 2019

Madame N, je t’en ai un peu parlé dans « T’as des sous ou non? » ou la Trisomie 21

Elle a 24 ans, c’était son 1e bébé. On avait fait le dépistage pour le trisomie 21 qui était à 1/2500 et à l’arrivé son bébé avait une trisomie.

Quand Mme N m’a tel pour me le dire, mon coeur et ma tête se sont arrêtés, j’ai d’abord cru à une erreur de ma part. Mais non test négatif, 5 écho au total sans problème, personne n’avait rien vu, on s’était toutes et tous trompé.e.s.

J’ai vu Mme N en consultation la semaine dernière, elle est arrivée en retard mais je m’en fichais ROYALEMENT! On est montées rapidement dans mon bureau et j’ai vu la plus belle maman du monde (désolée maman)

Mme N a commencé par me dire qu’elle avait ramené le dossier, on a tout regardé, j’ai fait les photocopies du test et du caryotype sans appel: trisomie 21 homogène…

Et puis Mme N a rangé ses papiers et elle m’a dit :

« Vous savez mon fils, il est beau« 

Et elle m’en a parlé pendant 45 minutes. 45 minutes où j’étais la tête posée sur mes deux mains à admirer cette mère courage qui n’était qu’amour pour cet enfant. Cette mère courage qui dormait à l’hôpital (à plus d’une heure de chez elle) depuis 2 mois près de son fils, cette mère courage qui ne se douchait que tous les 3 jours parce qu’à l’hôpital c’était compliqué (d’ailleurs elle s’excusait du retard parce qu’elle en avait profité pour se doucher avant de venir me voir), cette mère courage qui me parlait de monter une association et de prendre ses études d’infirmière. Cette mère courage qui m’a dit faire les prélèvements de caca de son fils, cette mère courage qui m’expliquait que toute la journée d’hier elle avait alerté l’équipe sur le fait que la sonde nano-gastrique de son fils était déplacée, que personne ne l’avait cru et qu’au final à 21h c’était bien ça,  cette mère courage qui avait commandé tout un tas de livres sur la trisomie, cette mère courage qui avait déjà contacté tout le réseau, cette mère courage qui avait regardé une tonne de reportages sur la trisomie, cette mère courage qui mangeait peu, cette mère courage qui tirait son lait pour d’autres bébés parce que le sien était trop fatigué pour se nourrir, cette mère courage qui devait se battre contre les questions des autres, cette mère courage qui savait qu’elle sacrifiait son couple là tout de suite, cette mère courage qui m’expliquait que son fils n’ETAIT PAS TRISOMIQUE mais qu’il AVAIT UNE TRISOMIE, cette mère courage qui m’a dit qu’elle ne laisserait pas son fils se définir par la maladie parce que son fils est beau, son fils est l’enfant de ses parents, son fils est bien des choses mais son fils n’est pas une maladie.

Je dois t’avouer que j’ai pleuré et j’ai su que je faisais vraiment le plus beau métier du monde parce que j’étais entourée de belles personnes.

Je n’ai pas vu de photos de son fils, j’en ai pas demandé même si j’étais sûre que son smartphone en était rempli, mais j’ai pas osé en me disant que ça pouvait être mal interprété mais elle m’a promis d’elle-même de me le ramener après son opération fixée le mois prochain, pour que je le vois cet ange magnifique.

J’ai pleuré devant elle, ça n’arrive quasiment jamais, j’ai pleuré une fois partie, j’ai pleuré sur tout le trajet pour arriver chez moi, parce que je venais de croiser une mère que je ne pensais pas pouvoir être un jour.

Elle a 24 ans, c’était son 1e bébé, son test était estimé à 1/2500, ce qui veut dire que si elle avait eu 2500 bébés dans son ventre, un seul aurait été malade, son bébé c’était celui là, le 1/2500 et je sais que ce sera le bébé le plus aimé au monde et pas un bébé trisomique.

À ce petit ange…

PS: Mme M m’a redit que même si elle avait su, elle aurait gardé la grossesse, que oui elle aurait été préparé mais elle aurait angoissé pendant le reste de la grossesse dans tous les cas.

PS2: Mme M m’a dit merci, je ne sais pas pourquoi…

PS3: Après cette consultation, j’ai annoncé à mes collègues que je ne voulais pas d’enfants, elles n’ont pas compris, m’ont dit « d’en faire au moins un », j’ai écouté les arguments de chacune et puis j’ai demandé « mais en réalité quels sont les avantages? » j’ai du faire face à un silence puis à cette réponse « en réalité il n’y en a pas, c’est un investissement à très long terme sans retour forcément, mais c’est de l’Amour L, c’est de l’Amour comme jamais tu n’as ressenti, comme jamais tu ne pourras donner » J’ai souri…et j’ai presqu’eu envie d’en faire « au moins un »

Quoi de neuf docteur?

« T’as des sous ou non? » ou la Trisomie 21

IMG_5489
Paris, France, Mars 2019 (ces fraises sont françaises et bio)

J’écris cet article, le jour de la journée internationale pour la trisomie 21. Il fallait poster des photos de chaussettes dépareillées sauf que j’aime pas faire comme tt le monde et puis je porte tjr des chaussettes en paires.

Par contre la trisomie…j’avais déjà envie de t’en parler depuis qq semaines donc ça tombe bien.

En réalité, je ne vais pas te parler de la maladie en elle-même, je vais te parler de mes problématiques actuelles.

Comme tu le sais, je suis les grossesses (beaucoup trop et je déteste ça. One day, un ex m’a demandé si qd je voyais une grossesse arriver je me disais « Merde » ben c’est totalement ça, pas merde pour elles, mais merde pour moi parce que je déteste vraiment ça bref!) et je suis les grossesses de dames qui n’ont pas de papiers, pas de sécu, qui ne parlent pas français.

Je t’ai déjà raconté des histoires de trisomie 1/8 

Mais cette année on a atteint un autre level. La trisomie 21 est une maladie génétique c’est à dire qu’au niveau de tes chromosomes, là où il doit y en avoir 2 au numéro 21, il y en a 3. C’est une maladie incurable qui entraîne potentiellement un handicap mental, des malformations d’organes, des caractéristiques physiques and co…On n’a pas de traitement.

Donc chez toutes les femmes (normalement), on propose de réaliser un dépistage (qui est proposé mais NON OBLIGATOIRE). Ce dépistage se fait en plusieurs étapes (je vais essayer de faire simple mais complet mais si tu comprends pas, je peux te faire une version plus soft) :

  • D’abord on évalue un risque potentiel en fonction de l’échographie (avec la mesure de la clarté nucale) et de facteurs maternels dans le sang de la maman. Soit le risque était considéré comme faible (>1/250) soit le risque est considéré comme à élevé (<1/250) et très élevé si c’est <1/50
  • Si le risque était faible, on ne faisait rien, si le risque était élevé : elle était reçue par le service de diagnostic ante-natal qui lui proposait soit le DPNI qui est une prise de sang chez la mère pour chercher s’il y a une surreprésentation du nombre de chromosomes dans l’ADN libre circulant chez la mère (en gros encore une estimation) ou on établissait un caryotype = carte génétique du bébé avec une amniocentèse ou choriocentèse (comme je dis vulgairement une piqure dans le ventre qui peut entraîner une fausse couche). Ça, c’était décidé de façon pluridisciplinaire.
  • Si le DPNI ou caryotype revenait neg, c’était bon, si le DPNI ou caryotype revenait positif, elles avaient toute une batterie d’examen pour en gros décider si on faisait une interruption médicale de grossesse ou si on gardait la grossesse avec un suivi spécialisé et un accompagnement des parents.
  • À chaque étape, la femme peut dire stop bien entendu! et on s’arrête! J’ai certaines femmes qui refusent parce qu’elles n’ont pas envie de savoir, que dans tous les cas elles garderont la grossesse, font confiance à l’Univers, Dieu ou qui sait-je, elles font comme elles veulent!

Plusieurs éléments là tout de suite sont à préciser :

  • La base 1/250 était l’ancienne norme
  • Le DPNI n’était pas remboursée par la sécu et coûte 390€
  • Le caryotype est pris en charge par la sécu et par des prises en chargés spécifiques hospitalières si la dame n’avait pas de sécurité sociale
  • toutes les dames à résultat patho pratiquement pouvaient passer par le service hospitalier de Diagnostic Ante natal dans des délais « raisonnables » pour ne pas « trop » angoisser la maman

Je t’avais raconté 2 cas en fin 2017:

Mme K avec son résultat limité 1/240, elle avait fait un DPNI non remboursé par la sécu, avait claqué 390€, le résultat était revenu négatif, on avait respiré.

Mme S qui avait un résultat à 1/8, qui n’avait pas les moyens de faire le DPNI, qui n’avait pas voulu faire le caryotype à cause du risque de fausse couche et son bébé va bien.

En janvier, 2 choses ont changé :

  • Le taux est passé de 1/250 à 1/1000 donc autant te dire que depuis on voit le nombre de résultats pathologiques flamber.
  • Le DPNI est maintenant remboursé par le sécurité sociale (qd tu as la sécurité sociale, d’ailleurs il faudrait que je regarde le taux)

Et puis bien sur…

  • Il n’y a pas encore de prise en charge par contre ni hospitalière ni par nos services pour les DPNI chez les dames sans sécu

 

Donc voilà que Mme M arrive à ma consultation…Patiente de 28 ans, 1e grossesse, je lui propose le dépistage de la T21, elle accepte de le faire et là je reçois le résultat : 1/300. Mme M n’a pas la sécurité sociale (comme euh 80% de mes patientes). J’appelle donc ma hiérarchie pour savoir si nous avons une prise en charge spéciale pour les DPNI, on me dit que non. Je force un peu j’appelle le laboratoire en leur demandant s’ils prennent mes bons habituels de prise en charge, iels rigolent en me disant que bien sûr que non. J’appelle donc l’hôpital cool qui me dit que non elleux non plus n’ont pas de prise en charge spé pour les dames sans sécu, qu’avec son taux, elle n’a pas d’indication pour un caryotype (qu’iels font quand <1/50, ce qui s’entend) et qu’iels ont des délais de rdv de 5 semaines de toute façon et qu’iels ne feront rien pour elle. Je me retrouve donc devant Mme M à lui dire qu’elle a un taux considéré comme anormal mais pas assez pour avoir recours au caryotype qui lui est pris en charge…mais que je ne peux rien faire pour elle et que si elle veut faire le test secondaire c’est 390€, à une dame qui n’a pas de quoi acheter une baguette de pain…


J’ai reçu Mme S, 38 ans, 5e grossesse, je lui ai proposé le dépistage, elle a accepté, elle a eu le résultat 1/800, elle était super inquiète parce que le laboratoire lui a donné le résultat (ce que normalement iels ne doivent pas faire) donc elle a débarqué en panique dans mon bureau en criant, en pleurant que son bébé était malade. Mme S a la sécurité sociale donc elle a pu faire son DPNI remboursé qui est revenu négatif, elle a respiré et moi aussi.


Ma collègue sage-femme est partie en vacances et j’ai regardé les résultats qui arrivaient pour elle. J’ai trouvé trouvé une T21 à 1/200 pour une dame que je ne connais absolument pas. J’ai appelé l’hôpital avec lequel elle travaille (qui n’est pas mon habituel), à peu près le même discours mais iels m’ont dit de faire une inscription à la maternité et qu’iels lui feront le test sur place…Délai de RDV à la maternité : 6 semaines…J’ai envoyé le fax, j’ai eu comme réponse : faire DPNI en ville et pas de rdv à la maternité. Bien sûr cette dame n’avait pas la sécu. J’ai donc refermé le dossier, j’ai fait un post-it pour la sage-femme en lui disant que j’étais bien désolée mais que je ne me voyais pas d’appeler la dame que je ne connais pas, pour lui expliquer que son taux était anormal en sachant que je ne savais pas quelle information avait été donné au préalable par ma collègue et qu’on ne pouvait rien faire pour elle.


J’essayais de me rassurer en me disant que bon avec des taux comme ça, il y avait peu de risques au final et puis Mme N a appelé.

J’avais suivi Mme N pendant sa grossesse fin 2018, que 2 consultations parce qu’elle avait fait le début dans une clinique et la fin à la maternité. J’avais rien noté de particulier, la clinique ne m’avait jamais faxé le résultat de la T21 faite chez elleux mais iels m’avaient dit « 1/2500« , les échographies étaient normales, rien à signaler. La suite à la maternité avait été normale, 3e écho RAS. ET puis Mme N a accouché à 8 mois. Le bébé était très fatigué et puis il avait un souffle au coeur. On lui a d’abord dit que c’était peut-être normal avec la prématurité et puis on avait été un peu moins rassurant, on lui avait parlé de malformation cardiaque et puis le diagnostic est tombé, son bébé avait la trisomie 21. On était carrément passé à côté, tous et toutes, on ne pouvait pas savoir, on ne pouvait pas prévoir, c’était des dépistages, des statistiques. Test négatif, écho normales et bébé malade. Mme N a 24 ans et c’est son 1e bébé. Elle m’a dit que dans tous les cas elle n’aurait pas fait l’interruption de grossesse et qu’elle l’aime son bébé mais qu’elle aurait aimé savoir parce qu’elle n’était pas du tout préparée et qu’elle a l’impression que son bébé n’est pas normal. Et depuis elle pleure, elle pleure et elle pleure…

Quand j’ai raccroché, j’ai eu la tête qui tournait en me disant : JE NE VEUX PLUS FAIRE DE SUIVIS DE GROSSESSE. (Bon j’en fais toujours et beaucoup trop)

Alors j’ai commencé à râler dans mon coin pour ces prises en charge discriminantes. Elles l’étaient déjà avant quand ce n’était pas remboursé par la sécu et qu’en gros soit tu pouvais payer soit tu attendais. Sauf que là, les chiffres ont changé et ce qui concernait une minorité de femmes en concerne beaucoup plus actuellement et moi je me retrouve devant des dames stressées, angoissées devant un examen anormal et rien derrière.

J’ai râlé et puis j’ai commencé à voir les mails de mes collègues qui râlaient aussi, j’ai commencé à voir les mails de l’administration qui expliquaient le coût du 1e test et le coût du 2e et qu’il fallait des arguments pour une prise en charge…Donc en gros : on va devoir attendre qu’il y ait beaucoup de dames dans cette situation pour pouvoir faire avancer les choses pour les suivantes…

Et en attendant…ben on attend…et moi ça me fout en rogne!

Je suis fatiguée, extrêmement fatiguée par mon travail. Parce que c’est pas qu’un travail, c’est un engagement envers ces femmes et j’ai l’impression de les malmener, de les abandonner…Parce que je suis dans un système administratif qui a du mal, qui n’a plus les moyens, qui fait comme il peut mais ne peut plus.

Alors, tu me diras « Ouais mais elle n’a pas de sécu tant pis pr elle, fallait pas venir en France« , je vais t’expliquer comment des gens qui sont en France depuis des dizaines d’années peuvent ne jamais avoir de sécurité, comment la CPAM te fait galèrer pendant des années, comment iels te disent qu’il manque TOUJOURS un papier pour gagner du temps, comment et pourquoi tu quittes ton pays et ta famille pour venir en France. J’ai vu un post de Lena Headey (Cersei dans GOT) qui était une image avec « No one puts their children on a boat unless the sea is safer than the land » Voilà! Tu ne sais pas pk les gens sont partis donc tu ne juges pas merci.

 

Sur ces tristes nouvelles, je t’annonce que le rythme des articles va changer. Maintenant ce sera 1 article tous les 15 jours, parce que je suis fatiguée psychologiquement et physiquement. Promis, je te prépare des articles rigolos et positifs mais là j’ai besoin de prendre l’air…

 

Love

 

PS: Ne t’inquiète pas, je vais bien pour de vrai, je m’aère beaucoup l’esprit

PS2: J’aime pas suivre les grossesses parce que c’est beaucoup de paperasse et que bon…à force tu imagines bien que moi ce qui m’anime c’est la planification familiale et le côté militant! 

PS3: Et puis avec toutes ces grossesses ben ça me donne encore moins envie de faire moi-même des enfants. C’est pas du tt que l’idée y est, je t’en ai déjà parlé dans « Et vous avez des enfants? » ça n’a pas trop changé depuis…

PS4: Avant c’était déjà discriminant mais bon en théorie il y a plus de gens avec sécu qui pouvaient payer le test à 390€ que des gens sans sécu…

Quoi de neuf docteur?

Quand une dame vient systématiquement en retard, c’est qu’il y a peut-être qqn qui l’empêche d’être à l’heure…

IMG_4944
Paris, France, Février 2019

Et quand une dame m’énerve, c’est qu’il y a quelque chose à creuser…Cette dame c’était Mme A.

Alors, je te conseille de prendre une verveine pour rester calme et de prévoir les mouchoirs si tu pleures facilement.

Mme A a 38 ans, ça fait 2 ans que je la suis. Elle était venue la première fois pour que je lui pose un dispositif intra utérin, elle était en retard et elle avait un grand sourire. On avait rempli le dossier, pas de pb médicaux particuliers, 2 petites filles.  J’étais un peu agacée mais j’ai tout expliqué de façon calme et posée.

C’était son 1e stérilet et sa seule question a été : « Mon mari va sentir les fils? » J’ai pas aimé cette question j’ai eu envie de répondre « On s’en bat les couilles de lui, déjà vous êtes en retard, ça va tout décaler dans ma consult » (j’aime pas être en retard et oui je dis que je m’en bats les couilles même si j’en ai pas) mais j’ai répondu « En principe non« . J’ai pas creusé…Honnêtement j’aurais pu…j’aurais du…

je lui avais donné un RDV de contrôle 2 mois après comme pour toutes mes patientes (c’est pas une reco c’est une pratique personnelle). Elle est arrivée en retard, toujours avec un grand sourire et ça m’a énervée. Elle m’a demandée de retirer le stérilet et j’ai vu rouge. Je ne sais pas pourquoi mais je me suis sentie comme une prestataire de service. (Ce qui en temps normal, ne me dérange absolument pas mais là j’étais énervée). Je lui ai donc demandé ce qu’elle voulait à la place, elle m’a dit : « Rien« , je lui ai demandé si elle avait un désir de grossesse, elle m’a dit « Non mais je n’ai pas le choix« . J’ai expliqué les autres moyens de contraception et je lui ai parlé des injections intramusculaire de DEPOPROVERA (progestatifs à réaliser tous les 3 mois). Elle m’a demandé si c’était possible de la réaliser le jour même. J’ai dit oui en râlant intérieurement, j’ai retiré le stérilet et j’ai fait l’injection. Je lui ai donné le prochain RDV 3 mois plus tard avec une ordonnance pour le prochain flacon.

3 mois plus tard elle est venue. Elle était en retard, toujours avec le sourire et n’avait pas le flacon. J’étais agacée. J’en avais dans ma réserve donc j’ai fait l’injection. Et puis elle m’a parlé d’une histoire de douleur pelvienne un peu bizarre. À l’examen, je n’avais pas grand chose alors j’ai prescrit une échographie pelvienne (meilleur moyen pour trouver ce que tu ne cherches pas).

Elle est revenue 3 mois plus tard avec l’échographie, en retard et sans flacon. Et là j’étais agacée, un peu plus, un peu trop, je ne sais pas. J’ai donc décidé d’ouvrir la porte, d’écouter mon instinct qui me disait que ce n’était pas Mme A qui m’agaçait mais autre chose. Je lui ai demandé pourquoi elle était tout le temps en retard et pourquoi elle ne ramenait jamais les flacons alors que je lui faisais toutes les ordonnances.

Mme A m’a alors raconté (et j’ai envie de chialer). Elle est venue en France pour se marier avec M.A (âge inconnu). C’était en 2005. Bon c’était pas à proprement parlé un mariage forcé mais pas non plus un mariage d’amour. Les premières années se sont déroulées sans encombres et puis les coups ont commencé à pleuvoir. Des coups sans aucune raison, enfin si l’alcoolisme de Monsieur. Madame A travaillait à l’époque dans un laboratoire de recherche donc la journée elle pensait à autre chose. Et puis un matin en arrivant au travail, elle a trouvé un carton avec ses affaires. En allant voir son directeur, elle a alors appris que son mari avait appelé son patron pour lui dire qu’il ne voulait plus que sa femme travaille pour lui. Pour éviter « tout problème » et « ne pas rentrer dans la vie privée de son employée » il a préféré payer les indemnités de licenciement plutôt que de se faire casser la gueule. Je te parle d’un truc en France et dans les années 2000. Madame A a donc été isolée, on lui a coupé les ailes. Et puis ben 1e bébé. Les coups ont continué à pleuvoir, Madame A est partie en 2014, elle a appelé le 115, des associations de femmes battues, on lui a trouvé un hébergement, loin, très loin de l’école de sa fille. Donc au bout de 15 jours et de centaines d’appels de son mari qui s’excusait, elle est retournée « chez elle« . Elle a serré les dents et a continué sa vie. Puis elle est tombée enceinte une 2e fois, une 2e fille. Là les coups ont arrêté de pleuvoir mais l’enfer a continué. M.A est paranoïaque, il pense que Mme A le trompe, si les volets sont trop ouverts c’est que son amant est venu, si elle sourit c’est qu’elle a vu son amant, si elle porte du rouge c’est qu’elle va voir son amant, elle ne peut parler à personne ni femme ni homme, si un homme lui demande l’heure dans la rue, c’est que c’est son amant, si elle a une infection urinaire c’est parce qu’elle a eu des relations sexuelles avec son amant. Mme A est tombée enceinte une 3e fois, sauf qu’elle a avorté sans lui dire parce qu’elle ne pouvait pas avoir un autre enfant dans ces conditions. Et c’est pour ça qu’elle voulait un stérilet. sauf que M.A a été mettre ses doigts dans son vagin, pas pour lui faire du plaiz mais pour voir si elle n’avait de stérilet vu qu’elle ne tombait pas enceinte. Il a menacé de lui arracher et c’est pour ça qu’elle est venue me voir. Elle voulait un moyen qui ne se voit pas donc l’injection paraissait idéale.

Elle ne peut pas me ramener les flacons parce que si elle ramène l’ordonnance chez elle, son mari risque de taper sur google le nom du produit et voir qu’elle utilise une contraception. Parce que lui bien sûr veut un autre enfant, histoire de cadenasser un peu plus Mme A.

Mme A est en retard parce qu’avant de venir, elle doit trouver une excuse pour justifier ses passages fréquents à mon lieu de travail et puis parce que M.A travaille mais ne lui dit jamais ses horaires donc des fois elle attend qu’il s’en aille et il ne part pas…Et puis il trouve que c’est bcp un rdv tous les 3 mois en gynéco et puis en plus comme il n’y a toujours pas de bébé il pose beaucoup de questions…

J’ai eu envie de chialer et j’ai compris que ce n’était pas Mme A qui m’avait agacée mais M.A.

Sur l’échographie de Mme A, il y avait des fibromes alors on a instauré un code avec elle. On dirait qu’elle vient me voir pour les fibromes qui l’empêchent de tomber enceinte (ce n’est pas vraiment vrai) et je lui laisserai l’ordonnance au travail comme ça elle me ramènera le flacon après la consultation.

Ça a marché allez 2-3 fois et puis la dernière fois, elle est venue avec sa dernière fille. J’ai refusé qu’elle rentre dans la salle d’examen (1/ j’aime pas les enfants 2/ iels touchent à tout 3/ c’est un lieu pour mes petites dames donc pas besoin d’autres oreilles). Ça a été la croix et la bannière pour que mes collègues débordées s’en occupent mais je n’ai pas cédé. Mme A a semblé soulagée et m’a demandé si elle pouvait laisser son sac dehors. J’ai pas compris mais j’ai dit ok.

En rentrant, elle s’est effondrée. Il n’y avait plus de sourire cette fois, elle m’a dit avec un profond calme « Il y a dit que s’il trouvait une preuve, il me tuerait« . Tout mon corps a frissonné. Elle m’a alors expliqué que son mari avait insisté pour que la petite vienne afin qu’elle puisse lui raconter ce qui se passait aux consultations et qu’il avait mis une application sur son téléphone pour l’espionner.

Je me suis alors demandée dans quel monde vivait-on et où était la caméra cachée.

On a fait la DEPO, je lui ai expliqué les possibilités qui se présentaient à elle et je lui ai proposé d’en parler à la directrice du centre pour qu’on puisse trouver une solution. J’ai serré Mme A dans mes bras en lui disant de ne pas hésiter à venir au moindre problème. Elle m’a dit merci.

Une semaine plus tard, la directrice m’a informé que Mme A était venue une vendredi matin après avoir passé la nuit à l’hôpital. Elle avait quitté M.A suite à une dispute pour le pot de harissa qui avait disparu du frigo « surement embarqué par l’amant qui était venu à la maison« . Mme A avait pris ses 2 filles sous ses bras, elle avait été à l’hôpital, iels n’avaient pu l’héberger qu’une nuit. Elle s’était rendue à mon travail le matin, mes collègues lui avaient appelé une association qui lui a conseillé d’appeler le 115. Le 115 lui a trouvé UNE NUIT D’HEBERGEMENT. Le lendemain, elle a rappelé l’association qui lui a conseillé d’aller aux urgences de nouveau. Mme A a donc dormi dans un abri bus avec ses 2 filles, un soir de décembre. Le lendemain, elle rentrait « chez elle » après une centaine d’appels de son mari.

Aujourd’hui Mme A est venue pour sa DEPO. Elle m’a raconté tout ça et j’ai eu les larmes à 2 doigts de couler. On a mis les mots sur la situation : VIOLS, VIOLENCES VERBALES, VIOLENCES ADMINISTRATIVES, VIOLENCES PSYCHOLOGIQUES, VIOLENCES PHYSIQUES. Mme A ne veut pas porter plainte parce que si elle n’est pas hébergée, il saura qu’elle a parlé à qqn et surement un policier HOMME, probablement son amant d’ailleurs. Mme A ne veut pas de problème, elle veut juste s’en aller et qu’il la laisse tranquille. Il lui a redit « Je décide quand tu vis, je décide quand tu meurs« .

Et moi j’ai peur que Mme A soit le 26e féminicide 2019 en France…

Sauf que j’ai appelé l’association qui n’a pas d’hébergement, j’ai appelé le 115 qui n’a plus de place, j’ai appelé l’assistante sociale qui ne peut rien faire, j’ai appelé l’hôpital qui ne peut proposer que des hospitalisations temporaires…

La plainte oui je lui en ai parlée de nouveau, mais quand je vois les 25 autres, elles avaient porté plainte, elles avaient des téléphones d’urgence et elles sont mortes…

J’en ai parlé à la directrice du centre qui m’a dit que « ce n’était pas son secteur et qu’elle ne pouvait pas tout gérer donc de voir avec celle du bon secteur« …

Quand Mme A sera morte, je lui dirai « Désolée c’était pas le bon secteur« , que c’est « dommage si seulement elle avait habité 2 rues plus loin« ?

Aujourd’hui, je me sens démunie, je me sens vide et j’ai envie d’une pause voire de changer de lieu de travail (d’ailleurs si tu connais qqn qui cherche une doc pour faire de la planification familiale, des animations et des trucs cool, tu me dis hein, s’il te plait)

Mme A m’a dit « Merci« , je lui ai demandé si je pouvais l’appeler la semaine prochaine avec d’éventuelles solutions, elle m’a dit « Non, le centre a appelé pour le rdv d’aujourd’hui et depuis il a pris mon téléphone, je vous appellerai« . J’ai été désolée et je lui ai dit et elle m’a répondu « Vous êtes la seule à m’avoir écoutée et m’avoir prise en considération« . J’ai pincé fort fort mes lèvres pour ne pas hurler, chialer, tout péter…

Je suis sortie du bureau, j’ai donné le prochain RDV dans 3 mois en priant pour qu’elle puisse venir en retard ou pas, mais qu’elle vienne.

En rentrant dans mon bureau, j’ai chialé et je me suis demandée à quoi tout cela servait d’écouter et de prendre en considération, si derrière ça n’avançait pas…

Quand une dame m’énerve, c’est qu’il y a quelque chose à creuser…Et quand une dame vient systématiquement en retard, c’est qu’il y a peut-être qqn qui l’empêche d’être à l’heure…

 

Peace

 

PS: C’est pas une blague si tu connais un endroit cool où je pourrai travailler, tu me dis stp! 

PS2: Et d’un autre côté, si je pars, je ne serai pas remplacée et que deviendra Mme B…

PS3: Je sais que tout le monde est utile et que personne n’est irremplaçable mais bon moi je ne sectorise pas…et même si je ne peux pas tout gérer ben j’essaie au moins.

PS4: Après ce genre de journée…mon rituel du soir c’est foncer sous ma douche jusqu’à ce que mes doigts soient tout mous et plonger dans mon lit après un bol de lait avec BEAUCOUP BEAUCOUP BEAUCOUP DE NESQUICK.

PS5: S’il te plait, ne me dis pas à quel point je suis une personne extraordinaire de faire ce boulot parce que là tout de suite c’est pas du tout comme ça que je me sens.

 

Quoi de neuf docteur?

Pilule oh pilule, dis moi qui est la plus belle?

IMG_4547
Paris, France, Janvier 2019

NB: Cet article ne va parler que des pilules oestroprogestatives et pas des pilules progestatives.

Quand je parle de gammas, je fais référence au taux d’oestrogènes contenu dans la pilule. Les générations de pilule sont déterminées en fonction du progestatif contenu dans la pilule

Des pilules il y en a plein, on peut t’en trouver une qui t’aille et sinon il y a d’autres moyens de contraception

Il y a des pilules qu’on arrête (sans placebo) et d’autres qu’on n’arrête pas (avec placebo) – le but étant d’avoir des fausses règles apparemment pour arranger le pape de je ne sais plus quelle époque, des pilules remboursées et d’autres qui ne le sont pas.


 

J’ai repris la pilule. Hip Hip Hip Houra!

Et du coup je me suis dit que je pouvais t’en parler de cette bonne vieille copine.

Tout d’abord, je vais te raconter mon histoire de contraception (à force tu vas connaître toute ma vie)

J’ai commencé la pilule à 19 ans, je ne sais pas trop pour quelle raison, mais je trouvais que c’était chouette. Je n’avais pas de copain à l’époque, pas de règles compliquées, juste des cycles je crois un peu long, pas besoin de réel moyen de contraception mais bon je ne sais pas j’avais trouvé que c’était une bonne idée.

La gynécologue que j’avais vue (une pas très cool, qui m’avait dit de ne pas faire ma chochotte au moment de l’échographie pelvienne par voie vaginale, pour quelle raison? je ne sais pas, j’imagine qu’elle voulait voir si j’avais des kystes aux ovaires, pourquoi? on ne sait toujours pas…) à l’époque avait décidé de me mettre sous Mélodia, une pilule oestro-progestative de 3e génération, à 15 gammas non remboursée par la sécurité sociale, qui coûtait une trentaine d’euros pour 3 mois. Elle comprenait 24 comprimés actifs + 4 placebos. Idéale pour mes migraines cataméniales (les migraines que tu as au moment de tes règles parce que tes hormones chutent brutalement, là avec une pilule sous ce schéma là, la chute dure moins longtemps donc normalement moins de migraine, il y a Mélodia/Minesse/Edenelle, Zoely et Yaz sous ce schéma  donc si tu as une autre pilule et que tu as des migraines cataméniales, tu peux en réalité diminuer ta semaine d’arrêt de pilule/de placebo – Recommencer ta pilule en avance –  voire même la supprimer totalement si tu n’as pas de pb de santé particulier) et pour mon acné, non idéale pour mon porte monnaie d’étudiante à l’époque.

J’ai donc arrêté et puis je l’ai reprise quand j’ai eu un copain qq mois plus tard.

Puis, étant donné que je savais pertinemment que je ne voudrais pas d’enfant à ce moment là, je suis passé sous Nexplanon (implant contraceptif progestatif) pendant 3 ans. Idéal pour mon porte monnaie et ma tranquillité, non idéal pour les spottings (petites pertes marrons/rouges, fausses règles, ton endomètre qui part en miettes un peu tout le temps, c’est pas du tout dangereux pour la santé mais tu dis adieu à tes culottes blanches), mes seins qui ont disparu (bonnet E à bonnet A-B) et mon acné a flambé. J’ai été voir un dermatologue qui a failli me mettre sous Roaccutane, finalement nous avons convenu de changer de contraception.

Après mes 3 ans, j’ai pris la décision de repasser sous pilule. Vu mon acné, ma gynécologue (une autre géniale celle là, qui n’exerce plus à présent) m’a alors proposé Diane (pilule oestroprogestative à progestatif spécial anti-acnéique controversé). J’étais contente, mon acné avait disparu.

Et puis patatra, retrait de Diane du marché quasiment du jour au lendemain à cause des effets secondaires d’accidents thrombo-emboliques. (ça a du coup mis dans la merde pas mal de femmes, parce que bon il ne faut pas se mentir, à l’époque il n’y avait pas doctolib et les rdv chez le/la gynéco ben fallait se lever tôt pour en avoir un) et déremboursement de toutes les pilules de 3e et 4e génération (nouvellement appelées « nouveau progestatifs » ou « autres »)

Cette annonce tombait pile poil au moment d’un déménagement et de mon début d’internat. Je n’avais alors absolument pas le temps d’aller voir mon ancienne gynécologue ni d’en trouver une autre. J’ai donc pris Leeloo de moi-même (pilule oestroprogestative de 2e génération à 20 gammas, 21 comprimés actifs + 7 jours d’arrêt) comme tout le monde (lol). Et là j’ai commencé à avoir de l’acné et…des mycoses à répétition, je ne comprenais absolument pas ce qui se passait. J’en ai parlé à l’interne de gynéco du coin (Merci Pauline d’amour) qui m’a alors dit que je faisais probablement une carence oestrogénique et de passer à un dosage plus fort. Moi bien sûr j’ai décidé d’en faire qu’à ma tête et j’ai voulu reprendre Mélodia qui m’allait bien avant (qui pour rappel est une 15 gammas donc moins dosée).

J’ai passé 3 mois horribles avec des mycoses ET des règles à me mettre en PLS dont une qui m’a quand même valu un passage aux urgences avec écho pelvienne par voie vaginale faite par mon chef (oui oui oui…je peux t’assurer que je ne l’ai plus jamais regardé dans les yeux). J’ai donc pris RDV chez ma gynécologue, à qui j’ai expliqué tout ça. Effectivement j’étais en carence oestrogénique selon elle, elle m’a donc mise sous Varnoline continue (pilule oestroprogestative de 3e génération, à 30 gammas ENFIN, 21 cp actifs + 7 placebos) pour mon acné. Mes règles allaient du coup beaucoup mieux, mon porte feuille n’aimait pas trop mais visiblement il fallait faire un choix.

Et puis je suis passée en stage au Planning familial et je me suis mise toute seule sous Optidril (pilule oestroprogestative de 2e génération mais à 30 gammas donc plus dosée que Leeloo, même taux d’oestro que Varnoline mais 2e génération donc REMBOURSÉE PAR LA SECU 21 cp actifs+ 7 placebos). Et ça allait bien, niveau acné yavait eu pire donc bon j’étais plutôt satisfaite. J’ai hésité plusieurs fois à changer de pilule à cause de ma baisse de libido à ce moment là. Finalement je ne l’ai pas fait.

Et puis ma vie sentimentale a changé et 3 mois après une rupture devant mon miroir de salle de bain, je me suis demandée pourquoi je mettais des hormones dans mon corps pour rien. J’ai donc arrêté. J’ai appris à écouter mon corps, j’ai senti mes ovulations, j’ai découvert mon syndrome pré-menstruel, j’ai su être attentive à mes changements corporels, à mes changements d’humeur, à mes changements de libido. Ça m’allait bien, cycle de 29 jours, règles de 2 jours sans douleur, pas d’acné sauf en phase menstruelle mais je m’en fichais un peu. Par contre retour des migraines cataméniales que je réglais grâce à la réflexologie plantaire.

Et puis il a fallu réfléchir de nouveau à un moyen de contraception, j’ai eu peur de perdre ma libido (qui en réalité n’était pas du tout liée aux hormones dans mon cas mais au mec d’avant mais bon ça je ne pouvais pas le savoir), d’avoir de l’acné donc je suis passée sous Trinordiol une pilule triphasique (c’est à dire à 3 dosages hormonaux différents sur 21 jours qui commençaient à 30 gammas, 21 cp actifs+ 7 jours d’arrêt) oestroprogestative de 2e génération adaptée pour l’acné, niveau acné c’était bien, niveau libido c’était bien, niveau porte feuille c’était bien. Le seul problème a été que vu que j’avais une libido au top, j’ai eu envie de squizzer mes règles (ce que tu peux faire sans aucun pb si tu n’as pas pb de santé particulier lié aux hormones) donc j’ai enchaîné les plaquettes sans arrêter pour ne pas avoir mes règles et pouvoir faire du sexe sans contrainte (alors je reviens sur ce point! le sexe pendant les règles c’est ok si tout le monde a fait ses dépistages, c’est ok si tout le monde est ok et pour le savoir il suffit d’en parler. Personnellement, j’avais pas envie d’aborder ce sujet avec mon partenaire de l’époque comme beaucoup de thèmes d’ailleurs maintenant que j’y pense donc j’ai préféré enchainer les plaquettes plutôt que d’en parler, c’était déjà peut-être signe que ça allait se casser la gueule, le manque de communication tout ça tout ça…bref) . Sauf qu’en bonne triphasique, ça ne fonctionne pas bien car la dernière ligne est le plus fort dosage progestatif et la première ligne le moins fort donc forcément tu chutes en hormones tout de même si tu enchaines sans pause. Résultat: SPOTTING.

La rupture est apparue peu de temps après et j’ai arrêté ma pilule du jour au lendemain, de colère, de tristesse, de mal-être. Depuis ça a été la merde avec mes règles, qui venaient, ne venaient pas, qui duraient pas, qui faisaient mal ou pas…Tu peux lire ça là bas, Le syndrome du « Mec d’après » .

Depuis, c’était devenu une obsession, quand est-ce que mes règles allaient redevenir normales? quand est-ce que ça voudrait dire que dans ma tête ça va? Une obsession quotidienne, à essayer d’interpréter tout ce qui se passait dans mon ventre, à essayer de capter si ça collait avec un quelconque cycle lunaire. Bref l’enfer!

Et puis j’ai décidé de me FOUTRE LA PAIX et de me remettre sous pilule parce que j’en avais marre de compter, d’observer, de m’inquiéter donc j’ai attendu mes règles pour la commencer (Alors pour commencer une pilule tu as 2 options, soit tu la commences le 1er jour des règles et elle est efficace tout de suite, soit tu la commences quand tu veux « Quick Start » mais elle ne sera efficace qu’après le 7e comprimé ingéré, donc en attendant continue les préservatifs, j’en profite pour redire que les préservatifs sont les seuls moyens de contraception qui protègent de la grossesse et des IST donc si VOUS – OUI IL FAUT QUE TOUT LE MONDE FASSE LE DEPISTAGE, UN.E SEUL.E NE SUFFIT PAS – n’avez pas fait les dépistages QUOI QU’IL ARRIVE ON CONTINUE LE PRESERVATIF #injonction je sais je sais)

Mon dernier cycle sans pilule a été catastrophique, j’ai eu de l’acné, j’ai eu une mycose, j’ai eu des seins douloureux et mes règles sont arrivées…

Un mardi à 10h alors que je ne les attendais plus ce jour là, je n’avais donc pas anticipé les antalgiques et après une consultation, ma collègue m’a trouvée contre le poteau du bureau à souffrir le martyr. Je me suis excusée auprès de la patiente suivante, je suis montée à l’étage, je me suis enfermée dans les toilettes. Ça allait mieux, j’ai décidé de retourner aux toilettes et là black out. À mon réveil, je me vois par terre, mes collègues autour de moi inquiètes, moi vaseuse, nauséeuse, douloureuse. Bref je te passe les détails.

En rentrant chez moi, je suis passée à la pharmacie et j’ai avalé mon 1e comprimé de Triafemi, pilule triphasique, à 35 gammas, 3e génération en France, 2e génération partout ailleurs, non remboursée mais mon acné me dit merci, mes seins ont l’air de vouloir exploser. Mon porte feuille s’en fout vu que maintenant j’ai un travail (mais bon hein…). En réalité j’aurai pu repasser sous Trinordiol qui allait bien juste avant la rupture mais psychologiquement j’avais envie d’un nouveau départ! Donc nous verrons bien!


La pilule c’est COMPLIQUÉ. Rien que par cette histoire, tu peux voir que même pou moi, doc et qui en plus parle de contraception toute la journée, ben ça n’a pas été facile. J’en ai testé un paquet, avec des effets secondaires divers et variés, plus ou moins chiants.

C’est pour ça que quand on me demande ce que je pense de la pilule, j’ai du mal à répondre de façon rapide.

La pilule ce n’est pas des bonbons. Ce ne sont pas des tic tac. Ce sont des médicaments avec des hormones, donc forcément ça a plus d’effets que si tu n’en prends pas.

Elle a des effets attendus : la contraception. Si tu ne l’oublies pas (tu as 12 heures pour la prendre si c’est une pilule oestroprogestative en théorie, en pratique ça dépend des femmes), ça fonctionne assez bien (pas à 100%, d’ailleurs RIEN NE FONCTIONNE À 100% à part si tu es une femme sans testicule qui a des relations sexuelles uniquement avec des femmes sans testicule, on peut tomber enceinte rien qu’avec des frottis frottas si si si ça arrive, je l’ai vu de mes yeux! enfin j’y étais pas hein mais je crois les dames, je ne suis pas Dr HOUSE ou le CNGOF #blaguepasmarrante).

Elle a des effets secondaires comme tout MEDICAMENT, oui c’est un MEDICAMENT la pilule, donc si on te demande si tu prends des médicaments il faut dire « OUI JE PRENDS TELLE PILULE »:

  • Non graves (c’est à dire que tu n’en meures pas mais ça ne veut pas dire que ça fait pas chier tout de même) : acné, prise de seins, baisse de la libido, migraines, augmentation de l’appétit, variation de l’humeur, mycoses etc…
  • Grave (c’est à dire que tu peux en mourir) : AUGMENTATION (c’est très très important ce mot AUGMENTATION) du risque d’accidents thromboemboliques veineux (phlébite, embolie pulmonaire), AUGMENTATION de risques vasculaires artériels (accidents vasculaires cérébraux, thromboses artériels, infarctus du myocarde), AUGMENTATION du risque de cancer du sein, AUGMENTION DE RISQUE METABOLIQUE (diabète, hypertriglycéridémie…) etc

Je précise que je n’ai pas tout cité, je ne m’appelle pas VIDAL

Cela dépendant bien sûr du type de pilule, de la personne qui la prend et du moment dans sa vie où elle la prend histoire de rendre l’histoire un peu plus marrante et le choix plus hasardeux (cf Mélodia qui m’allait puis qui ne m’allait plus, cf une pilule si tu fumes et que tu es jeune puis tu vieillis…)

Je vois plein de raccourcis genre la pilule donne le cancer…NON! La pilule rajoute un élément dans une balance qui effectivement peut donner un cancer.

Prescrire une pilule n’est cependant pas anodin, cela nécessite une vraie consultation, un vrai interrogatoire et d’en discuter. Et non de faire comme beaucoup de docs qui prescrivent sur un coin de table à tout le monde la bonne vieille Leeloo qui est une bonne base, remboursée, avec en plus peu d’effets secondaires mais pas forcément adaptée à toutes.

La meilleure contraception est celle qu’on choisit, celle qui est adaptée à notre mode de vie, à ce qu’on est d’accord de supporter. Ça peut être la pilule ou un autre moyen de contraception, ça peut être cette pilule ou une autre. Il faut tester, on ne peut savoir à l’avance comment tu vas réagir avec exactitude (sinon ce serait trop beau voyons).

Pour ma part, je n’ai pas envie d’un moyen de contraception de longue durée d’action :

  • Je ne veux plus de l’acné ou des spottings de l’implant (j’ai une peau à tendance acnéique, ce n’est pas forcément ton cas, la pilule ne donne pas toujours de l’acné, l’implant ne donne pas d’acné à tout le monde. J’ai un endomètre fin c’est comme ça, pareil ce n’est pas forcément ton cas)
  • Je n’ai pas envie de prendre le risque de l’acné et des spottings du dispositif intra-utérin progestatif
  • J’ai peur d’avoir des règles trop douloureuses sous dispositif intra-utérin au cuivre (parce que je suis déjà de temps en temps en PLS et que je m’obstine à ne pas faire d’IRM pour éviter de faire face à une possible endométriose qui n’apporterait que des questions dans ma tête et aucune réponse, le DIU peut donner des règles plus douloureuses que d’hab, j’insiste sur le PEUT et pas VA, ça dépend des gens, moi j’ai pas envie de prendre le risque de faire un malaise pendant la pause, malaise pendant les règles et malaise pendant le retrait, mais ça c’est MOI, J’en pose et retire tous les jours et j’ai très peu de pb en pratique)
  • Et en réalité, les gars, j’ai pas de gars…donc dans 3-5 ans je sais pas ce que j’aurai envie de faire avec mon utérus, mes ovaires, j’ai pas envie de me faire poser un truc alors que là tout de suite, j’assure ma contraception à coup d’emploi du temps chargé et de non inscription sur des sites de rencontre (lol, ne t’inquiète pas pour ma vie sexuelle, occupe toi de la faim dans le monde ou du continent de plastique, ça ce sont de VRAIS PROBLÈMES)

Je suis cependant très ambivalente sur les hormones parce que je suis soucieuse de l’écologie et ça me fait réfléchir toutes ces hormones qui passent dans mon corps puis dans mon urine et qui arrivent à l’intérieur de poissons que je peux manger après et qui potentiellement vont me faire pousser un 3e sein ou me donner un boule d’enfer…

Mais je ne veux plus être en PLS au travail à cause de mes règles, je ne veux plus être obnubilée par mon cycle, je ne veux plus avoir de l’acné et des tâches d’hyperpigmentation qui restent encore sur mon corps 18 mois après mon bouton donc j’ai décidé de reprendre la pilule.

Tu me diras que je pourrais très bien faire mon IRM pour éliminer une endométriose, prendre des antalgiques, lâcher prise sur mes cycles et mettre des crèmes dermato pour mon acné. Mais en fait en 1 comprimé, je peux régler 3 problèmes et puis one day j’aurai besoin d’un moyen de contraception, tout de même. C’est mon gynéco qui me l’a dit! je le crois! D’ailleurs ma collègue me l’a dit aussi…

Il n’y a pas de contraception « parfaite », il y a toujours des avantages et des inconvénients, à toi de trouver TON juste milieu qui ne sera pas forcément le même que ta voisine, ta copine, ta cousine, parce que tu es TOI et c’est TANT MIEUX!

Peace

PS: La première consultation contraception ne nécessite pas d’examen gynécologique mais un interrogatoire « policier » comme on nous disait à la faculté (avec tout plein de questions sur la tante que tu ne connais pas, des détails  sur la ménopause de ta maman lol)

PS2: Normalement on te demandera de faire une prise de sang au bout de 3 mois avec la glycémie, les triglycérides et le cholestérol (cf les effets secondaires graves) normalement à chaque changement de pilule puis tous les 5 ans si pas de problème particulier. (Cette pratique est actuellement controversée, les médecins français seraient obsédé.e.s par le cholestérol, tu peux lire cet article de Martin Winckler  mais ce sont toujours les recommandations de l’HAS donc bon ça dépend du taux de rébellion de ton/ta doc)

PS3: Ton médecin doit te faire une ordonnance d’un an, souvent en pratique iels font d’abord 3 mois comme ça tu reviens avec les résultats de ta prise de sang (parce qu’on le cherche encore), si c’est ok là tu repars avec l’ordonnance d’un an. Moi je fais comme ça parce que mes consultations ne sont pas payantes et que je fais faire une prise de sang, comme ça j’en ai une dans le dossier après je suis rassurée. Si je devais faire payer, je ne sais pas trop comment je ferais…

PS4: On doit prendre ta tension artérielle et regarder ton poids (pour établir ton IMC). Normalement c’est pour évaluer la balance pour les risques métaboliques, artériels et veineux…mais je me pose de plus en plus de question concernant la réelle utilité de la prise du poids (c’est une réflexion personnelle hein vu qu’on fait une prise de sang…)

PS5: Concernant l’examen…alors selon l’HAS, pas nécessaire pour la 1e consultation mais à expliquer pour une consultation ultérieure Recommandation HAS Contraception chez l’adolescente, par contre à effectuer à partir de 25 ans Recommandation HAS contraception -prescriptions et conseils aux femmes Donc si tu veux un examen gynéco pour en profiter pour faire ton frottis et ne pas revenir X fois, tu peux si tu as plus de 25 ans et que ton dernier frottis date. Ou parce que tu as un autre problème ou parce que tu en as envie, tu peux (oui ça existe les femmes qui veulent être examinées). Après j’ai vu passer un article sur une gynéco qui expliquait qu’en gros un doc avait mal fait son travail et qu’elle avait découvert une tumeur du sein volumineuse chez une patiente de 20 ans sous pilule depuis 5 ans avec un herpès pris pour une mycose…ça arrive mais ce n’est pas fréquent. Personnellement je fais confiance aux femmes pour me dire ce qu’elles ont ou pas, si elles veulent que je regarde ou pas et j’explique toujours le pourquoi du comment. Je pense qu’il y a un juste milieu à trouver entre palper des seins chez une femme de moins de 25 ans tous les 3 mois et ne jamais le faire. Examen gynéco = examen des seins + examen au spéculum + toucher vaginal.

PS6: Ton/ta médecin généraliste peut te prescrire voire poser tous les moyens de contraception. Ta/ton sage-femme également!

PS7: Seules les pilules de 1e et 2e générations sont remboursées par la sécurité sociale. Les recommandations de la Haute Autorité de Santé sont de les prescrire en 1e intention ayant la même efficacité (en terme de contraception, indice de Pearl) et un moindre risque d’accidents thromboemboliques que les 3e générations. Selon l’HAS, aucune étude n’a montré que les 3e générations apportaient un bénéfice supplémentaire aux 1et 2e générations sur les effets indésirables « non graves ». En pratique, on voit une différence chez beaucoup de femmes mais bon…

PS8 : Pour la question de la fertilité…ça mériterait un article à elle toute seule mais la pilule ne rend pas stérile, aucune étude ne l’a montré de façon significative. Par contre, certaines femmes ont eu une pilule très tôt pour des règles douloureuses, des années plus tard en l’arrêtant elles n’arrivaient pas à faire des enfants, c’est parce qu’en réalité la pilule avait été prescrite pour « soulager masquer » une endométriose méconnue, maladie qui elle, oui entraîne des problèmes de fertilité. Autre cas, pareil pilule prescrite très tôt pour de l’acné chez une patiente qui en réalité était dû à un syndrome des ovaires poly kystiques donc à l’arrêt de la pilule, toujours pas de bébé, c’était pas la faute de la pilule mais des ovaires polykystiques qu’on avait mis au repos pendant des années et qui là ben se réveillaient et bloquaient une ovulation efficace. Autre cas, les femmes arrêtent leurs pilules après des années de pilule et ont du mal à tomber enceinte, 1/leur partenaire peut être responsable , genre s’il fume et c’est valable pour le tabac ET LE CANNABIS 2/forcément après des années de pilule on n’a plus le même âge et la fertilité diminue avec l’âge, moyen de contraception ou pas, it’s the life, 3/avec le temps, certains couples ont de moins en moins de rapports sexuels, je suis toujours assez étonnée quand je leur demande le rythme des RS quand elles viennent pour hypofertilité, tu mets dans une balance 1-2 rapports par mois + un partenaire tabagique + une dame de 35 ans ben…ouais ça peut déconner. Après il y a des réels cas d’hypofertilité liés aux perturbateurs endocriniens qui malheureusement englobent un peu tout ce qui fait partie de nos quotidiens : tupperware, crème de jour, shampooing, savon, micro onde, vernis à ongles, textiles pollués, lessive en dose unique, pollution  etc etc etc…Et puis pareil, le stress, la fatigue, les déménagements, les horaires pourris, les disputes, les ruptures, les burn out, la charge mentale : TOUT ÇA PEUT FAIRE DÉCONNER TES OVULATIONS! Je ne cherche pas à invisibiliser les problèmes de fertilité, loin de là, si tu as moins de 35 ans et qu’après 1 an de rapports sexuels vaginaux sans moyen de contraception, tu n’es toujours pas tombée enceinte (les fausses couches, IVG ou grossesse arrêtée comptent): va consulter, si tu as + 35 ans, c’est au bout de 6 mois que tu peux t’alerter. Attention la PMA est remboursée en France pour les femmes en couple hétérosexuel (on espère que ça changera rapidement ça), âgées de moins de 42 ans révolus.

PS9 : Diane a été remise sur le marché mais personnellement…j’en prescris pas. Mes collègues avec de l’ancienneté le font, moi j’ai peur. Je sais, c’est con.