Glob trott·Mes petits kiffs

Très Bonne Année 2017

unadjustednonraw_thumb_8927
Le Vauclin, Martinique, Décembre 2016

Hey!

Ouais je sais, je sais, 1/ je suis en retard 2/ je ne publie rien! (Je suis en phase de maintenance)

Alors je te souhaite une magnifique année 2017, qu’elle te soit heureuse par toi-même et pour toi-même en ayant une santé de fer, histoire de pouvoir en profiter longtemps!

J’espère que tu as passé de bonnes fêtes : Noël, 31 etc…, que tu as eu beaucoup de cadeaux et que tu as fait plein de résolutions!


Pour ma part, pour Noël, j’ai eu les plus beaux des cadeaux : j’ai pu dire merci à toutes les personnes qui m’ont aidée, soutenue, été présentes pour moi. J’y tenais et je l’ai fait. Le 25 décembre, j’étais tranquillement sur une terrasse au chaud, avec les membres de ma famille que j’ai pu féliciter pour leur great job! J’ai aussi eu un petit rat qui pisse partout et qui est couleur « noir et feu » et qui d’appelle M!

Pour le réveillon, j’ai longtemps hésité car je voulais un truc bien c’est à dire où je serai avec des gens intéressants, en écoutant de la bonne musique et en ayant le smile en allant me coucher : ben c’était ça! Mention spéciale pour le site aufeminin.com qui a publié une vidéo de ma personne ce jour là!


Donc voilà, passe une très bonne année! Kiffe chaque journée qui passe parce que chaque soir tu peux te coucher dans un lit, parce que chaque jour tu peux chanter sous ta douche.

Ne te soucie pas du futur car il peut être angoissant, ne pense pas trop au passé pour ne pas avoir de rancoeur et profite de l’instant présent car il file à toute vitesse. Regarde le ciel, ris à plein poumon, passe du temps avec les gens que tu aimes, fais des activités qui te font du bien et VIS tout simplement…

 

Concernant mes résolutions, j’en ai pas beaucoup. Tous les ans j’en ai eu tellement, des bonnes, des mauvaises, j’attendais surtout beaucoup de l’avenir, alors cette année je veux simplement :

  • Etre en pleine forme comme maintenant
  • Etre positive comme maintenant
  • Aimer la vie comme maintenant
  • Continuer de voyager en meilleure compagnie
  • Croire en l’amour comme maintenant
  • Faire plein de belles rencontres comme maintenant

Parce que c’est maintenant que je vis pour ma part! Alors voilà encore une fois, bonne année 2017 et plein de bisous!!!

 

Glob trott

L’art du farniente ou Rome

Il y a quelques semaines, je suis partie en week end de 3 jours à Rome!

L’Italie j’en rêvais depuis quelques années histoire de manger comme une grosse et de revisiter le film « Mange,Prie,Aime ».

Puis ma mère est arrivée et nous sommes parties en namoureuse.

Je ne vous ferai pas les prix and co, parce que j’aime profiter de mes vacances et que tout noter c’est un peu chiant.

Quoi qu’il en soit, je vous emmène avec moi!

img_4095
Rome, Septembre 2016

J1 : départ à 5h du matin de l’appart direction Orly sud et une compagnie low cost orange. Après une queue de malade aux contrôles, nous voici, installées pour 2h du voyage.

Arrivées à l’aéroport de Rome, nous voulions prendre le leonardo express qui s’occupe de ramener les gens en centre ville, mais bon avec mon anglais approximatif et le plus qu’approximatif du monsieur au guichet, nous voici dans une navette privée direction la gare centrale. Comme j’avais déjà fait le programme de ce week end (l’obsessionnelle comme d’hab), il était déjà prévu que nous irions directement au Vatican!

img_3882
Vatican, Septembre 2016

En un coup de métro et 2 pass de 48h de transport achetés, c’est parti pour le plus petit pays du monde. Visite de la Basilique Saint Pierre avec vue sur la place Saint Pierre. Il est vrai que je me suis rarement sentie aussi bien dans un endroit! Puis nous avons décidé de faire un peu de sport et nous sommes montées dans la coupole. Ne vous arretez pas à la vue intérieure de la basilique, encore quelques marches très étroites et vous aurez vu sur tout le vatican. (Asthmatiques, claustrophobes, cardiaques vous abstenir).

 

 

 

 

Après quelques heures, nous nous sommes rendues dans notre chambre d’hotel située à l’autre bout de Rome. Hotel porta maggiore. Correct sans plus. Je suis rarement satisfaite des hotels européens.

Après une courte pause, direction le quartier Monti. Là nous avons commencé à mettre nos papilles gustatives en action : pizza and gelattiiiiii!

img_3908
Rome, Septembre 2016

Les marches de la Sainte Trinité des Monts étaient fermées et après vérification sur internet, elles étaient en rénovation.

Puis, la fameuse Fontaine de Trevi. Nous avons jetté des pièces, moi 1, ma mère 4. Mais j’étais déjà sure de revenir en Italie. Au moins avec ma BFF comme on se l’était promis, peut-être avec M.X.

Nous avons trainassé dans les ruelles pavées et nos porte-monnaies ont souffert.

Au diner, nous nous sommes arrêtées dans un sea food.

Après 25000 pas, nous nous sommes endormies dans un sommeil bien mérité.

 

img_3910

Rome, Septembre 2016

J2 : réveil un peu difficile, et petit déjeuner de l’hôtel pas terrible. La journée s’annonçait chargée.

 

img_4032-1
Rome, Septembre 2016

Direction le Colisée de bon matin! J’aurai pu faire un remake de Spartacus (ma série adoré! Oui voir des hommes à moitié nus voire nus transpirants plein de crasse et sueur se battre, ça m’éclate! Et fais pas genre toi aussi!)  mais bon…je me suis retenue! Pas trop de queue parce que nous sommes arrivées pour 9h. Nous avons même vu un fauve se promener dans les ruines.

Puis direction le Panthéon et son aura lumineuse. Honnêtement je n’ai pas vu grand chose parce qu’il était 13h mais bn le cercle lumineux était là! Devant, ambiance comme je les aime, musiciens de folie devant une fontaine en plein soleil! 

img_4042
Rome, Septembre 2016

Au bout de 15000pas, nos estomacs nous ont réclamé un plat local : UNE PIZZA!! (Autant vous dire que j’ai pris 3 kg ce week end là) à côté de la fontaine de Trevi! (Pizzeria pas ouf ouf)

L’après-midi s’est déroulée calmement entre shopping et Villa borghese en passant par la Place du parlement.

La journée aurait pu s’arreter là mais ma grande jumelle de vie m’a dit : passez la soirée à Trastevere

Et franchement ça vaut le coup! Ceux qui me connaissent vraiment savent que j’adore les ruelles, j’adore les pavées (sauf quand je suis en talons), j’adore les petites ambiances nocturnes et pour le coup là j’étais servie! Des restaurants avec des terrasses dans la rue, des vendeurs en tout genre. 

Nous avons jetté notre dévolu sur un petit bar pour manger une bruschetta et salade (ventres qui explosent) avec un serveur quasi sosie de Prat de « urgence ». Miam!

Dodo encore plus mérité.

img_3991-1

Rome, Septembre 2016

J3: le timming était short, mais ma mère tenait à assister à la bénédiction du Pape. Connaissant déjà le Vatican par coeur, nous nous sommes faufilées facilement, où nous sommes tombées sur une messe puis nous avons attendu sous un soleil de plomb que M. François pointe le bout de son nez par la fenêtre de façon très ponctuelle!

img_3823
Vatican, Septembre 2016

Puis uber grande classe et direction l’aéroport pour Paris! 


En résumé :


Un prix : à tout casser entre l’avion, l’hôtel et les repas : 300€ par personne

Une vue : vue du Vatican depuis la Coupole

Un endroit à visiter : le Colisée même si tu n’es pas fana d’histoire! 

Un endroit pour se reposer : la Villa Borghese

Un endroit si tu es un couche tard et si tu kiffes le quartier latin parisien : Trastevere

Un plat à manger : un Gelato! Une glace quoi! 

Un mot : Farniente

Rome je t’ai aimé et je te retrouverai en amoureux ou avec ma besta mais c’est sur je te kifferai encore!

img_3898
Rome, Septembre 2016
Glob trott·Quoi de neuf docteur?

Nous aussi, on voyage…

Tiens, mais ce ne serait pas le nom du blog??

Ce titre n’est pas du tout anodin, loin de là. Pour ceux qui se (me) demandent d’où me vient l’inspi? Pardis, elle me vient de mon boulout voyons!

Paris, Août 2016

Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu être doc! Au début c’était pédiatre, puis psychiatre, puis néphrologue, puis endocrinologue, puis ophtalmologue et puis médecine générale.

Non pas parce que je n’ai pas eu le choix (merci l’ECN) mais parce que justement c’était un choix!

La médecine générale me semblait être la spécialité (OUI C’EN EST UNE, ET CE N’EST PAS 6 OU 7 ANS D’ETUDES MAIS 9!! OUI 9 EN TOUT, et ça si tu ne redoubles pas) qui était la plus proche des gens et qui me donnerait en permanence ce sentiment d’être utile.

Parce que oui j’aime être utile, pas indispensable, juste utile. Pour les autres et pour moi aussi.

Donc j’ai fini mon petit cursus et j’ai commencé mes petits remplacements par ci par là, et puis le vide…le néant. Perdue entre les prescriptions de traitement sympto pour les rhino-pharyngites et angine virale (les antibiotiques ce n’est pas automatique), les renouvellements de traitement des patients que je ne connaissais pas, les consultations à essayer de joindre un cardio ou n’importe quel spé,les prescriptions de Dexeryl et de Doliprane,  je ne me sentais pas du tout utile!

Parce que ce que je voulais c’était de l’action, du grave, du compliqué, du « je sauve avec un stylo » (mais pas non plus je traite un infarct dans l’avion hein)

Du plus loin aussi que je me souvienne, l’humanitaire m’a toujours fait rêver (parce que je lis beaucoup, parce que je regarde beaucoup de films) et un jour j’ai assisté à une conférence d’un médecin en soins palliatifs qui revenait du Sud Soudan et qui racontait comment elle avait sauvé des enfants juste en donnant de l’eau de riz et en faisant accoucher les femmes avec des bassines un peu propres. J’avais des étoiles plein les yeux, des papillons plein le ventre, des rêves plein la tête…

Mais quelques années plus tard, un anglais bancal, la peur de chopper le palu ou toute autre affection exotique et surtout pas les C*******de quitter M.X, mon ordi et mon iphone (mon petit confort de vie quoi), je m’ennuyais en me disant que prescrire du doliprane n’aidait personne et que pour le coup les personnes qui avaient vraiment besoin de moi ben…ils ne m’avaient pas.

Alors j’ai tout plaqué, j’ai déménagé dans la capitale, j’ai quitté le libéral et j’ai commencé à chercher un poste qui me conviendrait! Marre d’avoir la boule au ventre, marre de faire des cauchemars, marre de ne pas avoir envie de me lever pour aller au boulot. Alors j’ai osé, j’ai envoyé des mails et voilà!

L’humanitaire, tu n’as pas besoin de faire des milliers de kilomètres pour en faire. Et cette phrase « nous aussi, on voyage » elle vient de ma nouvelle chef, grande militante et une grande femme (on en reparlera dans un autre article).

Parce que dans une consultation, je parle français, anglais, arabe, serbe, tamoul, russe…

Parce que dans une consultation, je vois des femmes voilées, en boubou, en crop top, en jean, avec ou sans culotte, avec du henné, avec pleins de bracelets, avec des points sur le front, avec des nattes, avec des perruques, avec des tissages, avec des extensions, blanches, noires, jaunes, rouges, vertes (oui à cause des nausées)…

Parce que dans une consultation, j’ai des sécu, des CMU, des AME, des mutuelles et des « moi pas avoir sécu, être en France depuis un mois »…

Parce que dans une consultation, je ris, je retiens mes larmes, je parle, je calme, j’explique, je m’étonne…

Parce que dans une consultation, je gère la maladie, mais surtout les VRAIS PROBLEMES : contacter une assistante sociale, donner l’adresse de la sécu, faire des r217 parce qu’elle est enceinte de 8 mois et qu’il n’y a eu aucune prise de sang, aucune écho, donner les contacts de la mairie parce qu’ils vivent dans un squat avec 4 enfants, donner les contacts du SAMU SOCIAL, de la marmite, des resto du coeur parce que son père l’a mise à la rue alors qu’elle a 18 ans et est enceinte, appeler l’interprète parce que je crois avoir compris qu’il y avait une histoire de coups mais je n’en suis pas sure, écouter Mme D me parler de ses enfants qu’elle a laissés au pays, consoler Mme K qui me dit que l’avortement est illégal dans sa religion mais qu’elle ne peut vraiment pas le garder vu sa situation ou expliquer à M.A qu’il n’a pas besoin de payer une echographie secteur 2 à 200€.

Et je me sens bien, je suis comme dans un poisson dans l’eau, je me sens utile du bout de mon stylo, du bout de mes bras, du bout de mes lèvres. Juste un regard, juste une phrase souvent.  J’arrive en souriant, je repars en souriant et en me disant que merde j’en ai de la chance quand même.

Parce que la France va mal et que ben mine de rien ouais je voyage moi aussi , à travers les nationalités, à travers les pays d’origine, à travers les religions, à travers les pensées, dans la misère humaine, sociale et financière juste en étant là tous les jours (ou presque) assise sur ma chaise pour elles…

Peut-être qu’un jour je partirai, quand j’en aurai les tripes, parce que ça me tente, parce que j’aime l’aventure, parce que j’ai toujours ce besoin mais pour le moment je prends juste le périph tous les matins et je kiffe ça…

PS: Merci à Caroline Aujard
Glob trott·Mes petits kiffs·Quoi de neuf docteur?

Je viens d’ici et d’ailleurs…

J’ai voyagé dans mes souvenirs de médecine rurale en allant au cinéma voir : Bienvenue à Marly-Gomont. Marly-Gomont je ne connaissais pas (hormis dans la chanson de Kamini, dont est inspiré le film) mais par contre Frangipane, Stéril and co oui oui. Je suis une fille de la campagne, je dois l’admettre. Ok je suis née à Paris, mais à part ces quelques jours dans la capitale, j’ai passé toute mon enfance dans un petit patelin paumé comme j’aime le dire dans le trou du *** de la France, DANS LE CENTRE. Tellement paumé, qu’un jour d’internat j’ai rencontré une interne et la conversation qui va suivre est juste d’une autre dimension :

  • non mais moi la campagne profonde je connais alors bon j’ai donné
  • euh plus profonde que la mienne, je pense pas
  • ah si si je t’assure
  • tu étais où ?
  • Frangipane
  • T’es sérieuse ?
  • Oui et toi ?
  • Frangipane la vieille

Frangipane : 600 km de là où nous étions et pour le coup aucune probabilité que ça n’arrive, mais c’est arrivé (le comble est qu’on a failli être au même collège, et que nous venions également toutes les deux de Bordeaux)

IMG_0523
Un petit village du Tarn, Avril 2014

Bref, il faut avouer que c’était franchement sympa. J’ai couru, sauté, roulé dans de la vraie verdure, je me suis perdue dans des champs de coquelicots, je partais avec mon père chercher des champignons, puis des jonquilles puis du muguet. On allait au lac, dans les forêts, à la fontaine. J’ai visité toutes sortes de châteaux et mon chien n’a jamais été plus heureux qu’à cette période. J’ai joué avec des lapins, j’ai vu des biches et des cerfs faire le brâme, j’ai attrapé des mulots. On n’était pas beaucoup de noirs là bas mais il y en avait quand même. Mais je suis quand même rentrée un jour de l’école en disant à ma mère que j’aurai préféré être blanche parce que c’était plus simple (et surtout pour qu’on arrête de me dire que j’étais sale comme du caca, mais ça je ne lui ai pas dit). J’ai passé donc 13 ans en petite ville et puis à mon « adolescence » j’ai déménagé. Puis Bordeaux puis mon internat et puis mon stage chez un médecin. Le stage était étiqueté « semi-rural » mais il ne fallait pas se voiler la face, j’étais en campagne ! Et en campagne profonde ! Quand dans une ville, il y a une rue centrale, une place de la république et que tu trouves l’église et la mairie juste en tournant la tête, il n’y a pas d’hésitation à y avoir. Pendant 6 mois, on m’a demandé :

  • si je savais parler français
  • où j’avais appris à parler si bien français
  • pourquoi je n’avais pas d’accent prononcé
  • si on vit dans des maisons là d’où je viens
  • si on a le téléphone là d’où je viens
  • quand est-ce que je rentrerai chez moi
  • s’il y a internet là d’où je viens
  • d’où je venais en fait
  • si j’étais née en France
  • si j’avais fait mes études en France
  • si j’avais passé mon bac en France
  • si le niveau scolaire « là bas » était pareil « qu’ici »
  • d’où je venais « VRAIMENT »
  • si le climat n’était pas trop difficile
  • si je mangeais du Porc
  • si je mangeais du saucisson
  • « ok vous êtes née à la Capitale et vous venez de Bordeaux, mais vos parents ils viennent d’où ? »
  • si je comptais repartir chez moi
  • si je comptais vivre « en France »
  • s’il faisait chaud « chez moi »
  • si ce n’était pas « trop dangereux chez moi »
  • s’il n’y avait pas la guerre chez moi, parce que des militaires sont partis au Mali
  • si je ne connaissais pas Jessica, mais si une fille qui vient des îles elle aussi
  • si je pouvais faire des accras ou un tiiii-punch
  • si je n’avais pas trop froid avec l’hiver vu que je n’étais pas habituée
  • si j’avais un diplôme français
  • si ce n’était pas trop dur de me coiffer
  • si je connaissais Mamadou, « l’africain du coin »

Au début, j’étais énervée, en colère et à la fin je souriais et je disais « je viens de Norvège ». Au fond de moi je n’avais envie de crier qu’une seule chose « MA CARTE D’IDENTITE EST COMME LA TIENNE » mais je ne l’ai pas fait. J’ai juste fini mon stage et je me suis promis de ne pas travailler en campagne, parce que je voulais faire mon métier sans avoir à discuter de ma vie privée.

Alors quand on me dit « oh il manque de médecin, vous n’allez pas vous installer en campagne? » J’ai un peu envie de dire que la campagne c’est toute ma vie et que du coup j’ai envie de changer pour le moment. Je suis née à Paris, j’ai toujours vécu en France dont une petite partie dans un DEPARTEMENT FRANÇAIS D’OUTRE MER, qui est le département d’origine de mes parents et mon DEPARTEMENT DE CŒUR.

Non je ne connais pas Jessica, ni Aurélie, ni Cédric, encore moins Mamadou, Fatoumata et Sissoko. Je ne sais pas faire les accras ni le ti punch (le 1er parce que je ne regarde pas ma mère cuisiner et le 2e parce que je n’en bois pas).

Non il n’y a pas la guerre chez moi ou du moins je ne suis pas au courant mais peut-être qu’en Corse ou au Pays Basque je ne sais pas.

Ce n’est pas trop dur de me coiffer vu que je ne connais que mes cheveux tels quels.

J’ai l’habitude du froid parce que notre appartement était très mal chauffé à Frangipane et que dégivrer la voiture et gratter le pare-brise c’était tous les jours de novembre à mars (voire mai…).

Le seul accent que j’ai c’est un mélange : sud-ouest/antillais/parisien donc AUCUN.

Je mange du porc, du saucisson et tout ce qui donne des boutons en général (mais PAS LES ŒUFS).

J’ai été dans une école privée catho du centre de la France, j’ai cotoyé des gens de la HAUTE.

Dans une même phrase, je peux dire tchip, boudu, moinss que je suis gavée, que je veux une chocolatine mais que je n’ai pas besoin de poche, qu’on est tellement en plein cagnard, qu’il y a pélut et donc pas de binouze ce soir !

Je ne compte pas repartir chez moi vu que j’y suis à priori, mais j’adore rentrer dans mon département de cœur prendre un peu de chaleur.

Il y a internet, le téléphone, des maisons dans ce beau département et il y a même la 4G et des iphones hors de prix !!!

Et non on ne se déplace pas avec des lianes et l’école ce n’est pas que le matin et après-midi plage.

Le niveau scolaire est pareil vu que j’ai fait 2 allers-retours(CE1-CE2 puis 3e au lycée), que j’ai sauté une classe, j’ai eu mon Bac avec mention et mes études se sont très bien passées.

J’ai appris à parler français chez moi, à l’école, partout, j’ai même su lire le français à 3 ans et demi.

Et pour finir d’où je viens « VRAIMENT » ? De l’utérus de ma mère !

« Pourquoi c’est plus dur quand on est noir ? »

Parce qu’il y a encore beaucoup d’ignorants sur Terre…

Glob trott·Mes petits kiffs·Quoi de neuf docteur?

Helloooo, it’s me (and not Adele)

Salut, c’est moi.

 

En général c’est comme ça que je me présente. Je ne voulais pas créer un énième blog médical pour cracher mon venin à la fin de la journée. Mais depuis quelques mois ce projet me criait depuis mon ventre : vas-y écris !

Mais écrire quoi ? Après tout j’ai consacré beaucoup de ma vie à mes études médicales et de quoi sais-je parler le mieux ? De mon boulot donc ouais je suis DOC, docteur, toubib!

IMG_2560
Thaïlande, Avril 2015

Mais je ne suis pas que cela, je suis aussi une fille, qui aime les fringues, les chaussures et trainer sur son canapé. J’aime aussi discuter de qui est légitime sur le trône de fer, ou si Glenn est mort. J’aime les fast-food et culpabiliser quand j’ai pris 3 kg, j’aime le chocolat et les haagen dazs macadamia. J’aime le rose, le blanc, décorer mon appart et faire brûler des bougies. J’adore regarder des routines imaginaires de youtubeuses dans mon lit. Et surtout j’aime voyager, j’aime parcourir le monde que ce soit avec ma valise ou juste en me rendant au boulot. Oui parce qu’au boulot, nous aussi on voyage… et ce sont ces voyages, au bout du monde ou à 20 minutes de voiture que je vais partager avec vous.

PS : Inutile de me demander des conseils médicaux, je n’y répondrai pas, ce blog n’est pas là pour ça. Mais vous pouvez contacter votre médecin traitant, SOS médecins ou le 15.