Quoi de neuf docteur?

Comme j’ai peur de me faire censurer, on va appeler ça Chocolatine et Crustacés

IMG_0819.jpg
Paris, France, Juillet 2018

NB: J’avais envie d’appeler cet article: Sodomie et Hémorroïdes mais je sais que j’aurais eu un appel de ma mère pour me demander si j’ai perdu la tête…J’ai quand même beaucoup d’appréhension à l’idée de le publier (on sait jamais si je dis qqch de non politiquement correct merci de ne pas me jeter de tomates sur la tête mais on peut en discuter ensemble, c’est valable pour tous les sujets)

Cet article va parler de sexe anal. Si tu n’es pas à l’aise avec ça (tu as le droit) et que tu n’as pas envie de le lire, tu es en droit. On ne juge pas ici. Si tu es mineur.e, on ne te juge pas, par contre je ne sais pas si tu as le droit de lire ça.

En plus de 2 ans d’écoute attentive de femmes, j’étais assez étonnée que personne ne me parle de sexe anal (non parce que si tu savais tout ce qu’on me disait…) et puis elle est arrivée.

Mme L

Je l’avais déjà vue à plusieurs reprises. Une histoire de frottis puis une autre fois où elle m’avait demandé un dépistage IST pour son amant. Mme L m’avait alors confié avoir un mari et un amant. Que le mari n’était pas au courant mais que sexuellement avec lui, ça n’allait pas. Donc elle avait commencé à avoir un amant qu’elle avait rencontré via Gleeden. On avait souri, on avait parlé des sites de rencontres, des IST vu qu’elle venait pour ça.

Puis elle est revenue pour des hémorroïdes…A priori pas vraiment mon domaine mais bon tu sais, j’ai des femmes qui attendent pendant 3 semaines leur RDV avec moi pour me parler de leur infection urinaire, donc plus rien ne m’étonne. (pour rappel, il y a 3 orifices en bas chez une femme, moi je m’occupe de celui du milieu, celui d’en haut bof bof, celui de derrière pas trop mais ça m’arrive de déborder après tout, kiffons).

Bref, donc elle venait pour des hémorroïdes. J’ai regardé, bof pas grand chose mais ça la dérangeait vraiment vraiment d’un point de vue esthétique. J’ai donc fait une ordonnance et j’ai fait une lettre pour un.e confrère/soeur parce que bon en toute honnêteté les traitements…ça ne marche pas toujours.

Donc je lui explique grosso modo les techniques chirurgicales, vague souvenir de mon externat (la fusée ou le trèfle lol). Et là elle me sort :

« Et après combien de temps, on peut reprendre la sodomie?« 

En toute honnêteté, j’en savais rien. Donc je lui ai dit que je n’en savais rien.

Et elle a rajouté « Parce que mon amant, il n’aime que par là, il faut avouer que c’est plus serré donc il a plus de plaisir« 

Et du coup, nous avons enfin abordé le chapitre : sexe anal en consultation. Elle m’a alors expliqué qu’en fait c’était son amant qui se plaignait de la présence de la « minuscule » hémorroïdes externe, parce que « c’était moche« . J’avais envie de répondre que « c’était son amant qui était moche » mais j’ai rien dit…

RIEN N’EST MOCHE! Tu peux ne pas apprécier certains aspects mais il est INTERDIT DE COMPLEXER LES GENS. MERCI!

Bref, on a parlé des lubrifiants, de préservatifs, de consentement, de plaisir etc…c’était cool. J’ai recroisé Mme L un soir en arrivant à ma voiture, elle m’a dit « finalement j’ai pas été au rdv » J’étais assez contente.

Après cette consultation, j’ai voulu savoir si personne ne m’en parlait à moi ou si personne n’en parlait tout court, donc j’ai un peu sondé mes collègues.

  • Au fait A, il y a des filles qui te parlent de sodomie de temps en temps?
  • Rarement, c’est plutôt moi qui leur en parle quand on aborde la virginité
  • Ok et tu leur dis quoi?
  • Que par derrière, elles ne sont plus vierges non plus donc que ça sert à rien
  • Euuuuhhhh (malaise ambiant)
  • Et que c’est dangereux pour la santé
  • Hein? (malaise grandissant)
  • Ben oui, je connais qqn qui m’a dit qu’à force, ben on devait mettre des anneaux pour maintenir les sphincters en place sinon les gens devenaient incontinents.
  • Euuuhhh (malaise presqu’au summum)
  • Et puis c’est un peu contre nature aussi
  • KO TECHNIQUE

Voilà comment un jour, j’ai pris la décision d’organiser des ateliers pour mes collègues.

La sodomie : trucs et astuces (lol)

  • Bon déjà…kesako : Pratique du coït anal, c’est à dire pénétration anale par un pénis ou objet, dans une relation homosexuelle ou hétérosexuelle chez une femme/un homme , par une femme/un homme.
  • A propos du plaisir : Alors oui tu peux avoir du plaisir par voie anale, il n’y a rien d’honteux. Tu peux même avoir plus de plaisir par voie anale que par voie vaginale/buccale, tu fais ce que tu veux! L’anus peut être une zone érogène, les mouvements de va et vient peuvent procurer du plaisir et chez les hommes, la présence de la prostate aide beaucoup.
  • Instant lubrification : L’anus était assez dénué de lubrification : il est nécessaire d’utiliser du lubrifiant pour éviter toute pénétration traumatique/douloureuse. La salive ne suffit pas, ça sèche vite!
  • IST et Préservatifs : L’anus comportant de nombreux vaisseaux sanguins, le risque d’IST est présent (si l’un.e ou les 2 ont des IST, mais comme c’est pas marqué sur le front des gens…) donc si vous n’avez pas fait des dépistages en bonne et due forme, le préservatif est DE RIGUEUR! Un seul préservatif est nécessaire! (tu vérifies qu’il n’est pas périmé, tu le mets dès le début, tu ne l’ouvres ni avec les dents ni avec des ciseaux et tu vérifies qu’il y a le petit logo CE ah et s’il a trainé 30 ans dans ta boîte à gants ou dans ton porte-feuille TU JETTES) En principe un préservatif externe, mais certain.e.s préfèrent utiliser des préservatifs internes (en retirant l’anneau au préalable). N’associe pas externe + interne (dans aucun type de RS d’ailleurs)
  • Pour ne pas finir aux Urgences en prétextant être tombé.e sans faire exprès sur un objet en sortant de ta douche : Attention à l’effet ventouse en cas d’utilisation d’objets, pour éviter qu’ils ne se perdent (l’intestin c’est LONG en plus). Oui c’est à cause de ça que les gens terminent aux urgences avec des radiographies où on voit toute sorte d’objets. Dans ma courte expérience hospitalière, j’ai reçu un monsieur avec un pot de yaourt en verre et une madame avec une ampoule (tjr en verre, comme des imbéciles on a pris des photos des radios)
  • N’aies pas honte : C’est une pratique qui existe depuis la nuit des temps (au moins depuis le Grèce Antique). Bon après, comme c’était un rapport « non reproductif » bien sûr ça a été interdit. (ben oui voyons, du sexe juste pour du plaiz faudrait pas abuser quoi…#ironie) Donc du coup ça a été stigmatisé mais en fait, CE QUE TU FAIS DE TON CORPS AVEC AUTRUI NE REGARDE QUE TOI!  Personne n’a BESOIN de savoir et personne NE DOIT juger. Ça ne fait pas de toi qqn de moins respectable ok? Est-ce qu’on est BIEN OK?
  • Est-ce que c’est dangereux? : Concernant le risque oulala de devenir incontinent anal parce que tu pratiques le sexe anal…alors on va se calmer! Il n’y a a priori aucun risque pour ton petit sphincter si tout est lubrifié et fait avec délicatesse. Le risque si cela n’est pas fait avec un cadre aussi charmant déjà c’est la PRISON (parce qu’une sodomie sans consentement est un viol) ensuite il y a le risque de fissures anales (saignement, douleur etc). Le sphincter est un muscle, son but est de se tendre et de se détendre, a priori il se détend et se retend après tes défécations donc calmos. Et après tu n’es pas obligé.e de passer de rien à un diamètre de 20cm, tu peux faire par étapes si tu as peur etc (les dilatateurs, ça existe d’ailleurs).
  • Ouais mais c’est pas vraiment propre : Alors effectivement ton tube digestif  n’est jamais vraiment vide. Donc si tu as envie de déféquer avant, vas y, parce qu’avec l’effet ventouse, ça peut accélérer la descente dans le feu de l’action. Ensuite certaines personnes préfèrent utiliser des lavements par voie rectale. Tu peux, tu n’es pas obligé.e, il faut en discuter avec ton/ta partenaire. Ensuite oui du coup il peut y avoir des résidus de matières fécales, c’est la vie.
  • Est-ce que je vais rester vierge? : Bon ensuite, concernant la « virginité » (grr que j’aime pas ce mot, ce sujet et tout ce qui va avec), effectivement il n’y a pas d’hymen au niveau de l’anus. Et effectivement, techniquement « être vierge » c’est ne pas avoir eu de rapport sexuel tout court. Mais chacun.e sa vision des choses et d’ailleurs on s’en fout parce que ça ne regarde que toi et toi-seul.e (on en a déjà parlé dans J’ai merdé ou Hymen Sacré
  • Oui mais au moins par là je ne vais pas tomber enceinte : À une époque (qui je pense est encore actuelle), certaines femmes avaient recours à la sodomie pour « garder leur virginité » et ne pas tomber enceinte. C’EST FAUX! TU PEUX TOMBER ENCEINTE MÊME DANS UN RAPPORT EXCLU ANAL si tu n’utilises pas de moyen de contraception (Non je ne suis pas folle) Bien sur que l’anus et l’utérus ne communiquent pas par l’intérieur, par contre les orifices d’entrée sont vachement rapprochés et comme dit une de mes collègues, il suffit qu’une petite goutte de sperme soit juste à l’entrée pour que tes spermatozoïdes bien déter décident de taper un 100m dans ton vagin,  aidés par tes gentilles sécrétions (parce que tu seras excitée et tout) pour remonter dans ton utérus et bam ça fait un bébé (bon pas à tous les coups mais ça arrive) . Les fameux cas des « vierges enceintes »
  • Ouais mais je suis pas gay : Le dernier point que je vais aborder est la pénétration anale chez les hommes. Alors aimer une pénétration anale ne va te rendre gay, rien ne « peut » te rendre gay! Pareil si tu aimes ça et que du coup tu te poses des questions, tu peux aimer ça et ne pas aimer les hommes! (tout comme tu peux être une femme homosexuelle et aimer les pénétrations vaginales) Tu peux aimer ça parce qu’un peu au fond, il y a la prostate (que tu sois gay ou pas ok? c’est physio) qui une fois stimulée, peut te rendre fou de plaisir! Donc Messieurs, si une femme vous demande si vous voulez un doigt, c’est pas la peine de vous offusquer que vous n’êtes pas gay, par contre vous pouvez dire que vous n’aimez pas ça ou que ça ne vous tente pas ou juste non tout court sans explication. (Tu peux être bi aussi et ça te regarde, enfin ce que je veux dire c’est qu’il n’y a pas de pratique sexuelle réservée à un seul type d’orientation sexuelle, tout le monde a le droit de faire tout ce qu’iel veut, kiffons bordel)
  • Ouais mais c’est quand même un peu extrême comme pratique : Ben euh faire des bébés c’est un peu extrême aussi, c’est définitif (ok rien à voir). Ya rien d’extrême pour toi, si c’est ce que tu veux faire! Je me rappelle d’un cours à la fac où on nous avait raconté qu’un couple hétérosexuel n’avait que des rapports sexuels par voie anale. C’était leur normalité et c’était très bien. C’est à qui de juger ce qui est extrême, pas extrême, ok, pas ok. Tant que c’est légal et que tout le monde est consentant…tu sais déjà!
  • Fourre-tout (lol)  : Je ne vais pas m’étendre sur l’annulingus qui est une pratique sexuelle bucco-anale ni sur l’épilation du Sillon InterFessier ni sur la dépigmentation de l’anus (même s’il y a tellement de choses à dire dessus…)

 

En résumé, si tu as envie de tester (on ne t’oblige à rien, ya pas d’injonction), que tu sois un homme, une femme, homosexuel.le ou hétérosexuel.le, protège toi pour les IST, pour une éventuelle grossesse (tout pareil que d’hab quoi) et lubrifie un max (ce qui n’est pas interdit dans les autres rapports)

Sur ces bonnes paroles : HAVE FUN!

 

PS: Cet article est uniquement dédié à dédiaboliser le sexe anal et à répondre à tes questions en t’évitant de passer par la case doctissimo. Si tu as envie que je fasse un article dédié à un sujet en particulier, tu m’envoies un mail à nousaussionvoyage@gmail.com

PS2: Pour le débat pain au choco/chocolatine, ben pour ma part j’ai vécu dans des endroits où on disait les deux donc je m’adapte 😁

Mes petits kiffs

Une très bonne année 2019

7543747984_IMG_4599.JPG
Fort-De-France, Martinique, Décembre 2018

Je te souhaite une magnifique année 2019 avec plein de rires, de sourires et de bons moments…

Avec plein de belles rencontres, de grandes aventures et de petites victoires…

Avec du repos, des projets audacieux et un peu plus de confiance en toi…

Avec des rêves grands ou petits…

Et puis surtout plein d’amour…

 

Love

PS: Mais ça en fait, on est pas obligé d’attendre le 1e janvier pour se le souhaiter, alors sache que même si on se rencontre plus tard dans l’année, c’est que je souhaiterai pour la chouette personne que tu es.

Mes petits kiffs

Je voulais faire un bilan

IMG_3896
Montage Pelée, Martinique, Décembre 2018

Du coup, j’ai essayé de te faire cet article genre 10 fois sans que ça ne m’aille…J’étais un peu frustrée, je ne trouvais pas la forme…et puis au décours d’un repas, en fait la révélation : Mais en fait mon bilan vous le connaissez déjà. Toute cette année, je me suis livrée, vous avez été au courant de toutes mes aventures, mes mésaventures, les bons moments et les moins bons.

J’avais peur de faire mon propre bilan 2018, peur d’être déçue de moi-même (forcément quand tu mets des attentes sur quoi que ce soit, tu laisses place à de la déception potentielle).

Hier j’ai revu mes copines…je crois que ça faisait 12 ans qu’on n’avait pas été toutes ensemble. Les choses avaient changé, un peu certaines, beaucoup pour d’autres. Mais au final, on était là à rire de conneries, de souvenirs (désolée les filles du Couvent de Cluny vous avez pris cheeeeeeer), à partager nos incertitudes sur d’autres sujets qu’avant mais au final c’était un bon moment. Et puis à un moment, je me suis demandée et dans 10 ans, dans 12 ans, à quoi ressemblera-t-on? J’ai souri face à la mer…parce qu’en réalité on en sait rien et c’est ça la magie de la vie.

Le soir, j’ai rencontré en IRL Laury-Ann de Odeamoncoeur , une nana extraordinaire, rencontrée via le blog ou insta je ne sais plus trop. Anyway, mettre un visage sur un nom, sur des articles c’était tellement agréable.

Et en allant me coucher, la seule chose que j’avais envie de vous dire concernant mon bilan 2018, c’était que vraiment j’ai le sourire et que j’avais vraiment envie de dire merci à la vie!

Toute cette année j’ai rencontré des gens que je trouve extraordinaires :

Cette année, j’ai rencontré des personnes tellement inspirantes, des boules d’amour pur, brut et puis j’ai gardé les autres 🙂

On a passé de très bons moments et vraiment je ne vous remercierai jamais assez pour tout l’amour que j’ai reçu, alors je remercie celleux qui font partie de mon quotidien d’y être et de me supporter même quand c’est franchement difficile. (On se sait hein, je ne vais pas noter tous vos prénoms là).

Et puis j’ai eu 30 ans, cette barre mentale que je me mettais, qu’il fallait que je sois mariée avant. Pourquoi? Bonne question…Du coup cette barre ayant disparue, tout est redevenu vraiment possible…On n’a aucune obligation de faire telle ou telle chose avant tel ou tel âge…l’important est de le faire quand on est heureux de le faire et là tout de suite, j’ai envie de manger un flou au citron.

Pour finir cette année mouvementée, j’ai donc pris la décision de venir faire une petite introspection de 15 jours dans un hamac au soleil.

Et tu sais quoi…pour une fois, mon petit coup dans le rétro, je vais le garder pour moi et juste te dire que cette année restera magique dans mon coeur.

Avec tout mon amour…

PS: Je te souhaite un merveilleux bilan 2018 si tu en fais un et puis surtout de belles envies pour 2019

PS2: Sur la photo ya un immense nuage devant moi mais t’inquiète pas, mon corps et ma tête ont quitté le flou pour la clarté 😀

PS3: Ouais je suis petite, c’est la viiiiiie! 

PS4: Alors le rythme des articles restera le même qu’avant: 1 article le mercredi à 18h01 (tant que je suis motivée, que je suis de bonne humeur et que j’en ai envie), tu peux inscrire ton adresse à droite pour recevoir les notifs! là c’est cadeau et exceptionnel! 

Quoi de neuf docteur?

Je fais des crises d’angoisse

IMG_3801.JPG
Sainte-Luce, Martinique, Décembre 2018

Depuis des années…maintenant comme ça, d’une seconde à une autre, avec ou sans facteur déclenchant, je n’arrive plus à respirer, j’ai l’impression que je tombe, que je tombe, que tout tourne autour de moi, que je ne vais pas m’en sortir.

Avant je prenais des beta bloquants (automédication of course) quand vraiment c’était compliqué et un jour ça n’allait tellement pas que j’en ai pris plusieurs et j’ai eu peur pour mon rythme cardiaque (de finir aux urgences, qu’on pense que j’avais fait une tentative de suicide, que je meure…) alors j’ai décidé de faire autrement…

Après j’appelais ma mère au téléphone parce que sa voix m’apaisait, ça marche toujours mais j’avais envie de prendre le problème autrement et puis j’avais aussi envie d’arrêter d’emmerder les gens.

Elles avaient disparu pendant plus d’un an, quand tout allait à peu près bien, que je faisais de la méditation, que je voyais ma coach régulièrement, que j’étais légère et puis elles sont revenues.

Comme un fantôme sombre dessus de ma tête, il glisse des mots dans mes oreilles, il réveille mes peurs profondes et après ça tourne en boucle.

C’est compliqué à vivre au quotidien, parce que ça peut me prendre comme ça, en promenant mon chien, en recevant un texto, en allant sur internet, en regardant un film.

Je n’arrive plus à respirer, je suis prise de vertiges, mon coeur s’accélère et palpite, j’ai des bouffées de chaleur et j’ai l’impression de ne plus faire partie de mon corps, ça tourne, ça tourne, ça tourne, je tombe, je tombe, je tombe.

Ça dure plus ou moins longtemps et quand ça m’arrive maintenant, je fais de la respiration abdominale et je m’allonge au sol.

La respiration abdominale fonctionne assez bien, il faut se concentrer uniquement sur le souffle.

EXERCICE DE RESPIRATION ABDOMINALE : 5 À 10 MINUTES PAR JOUR
Choisis un endroit calme où personne ne puisse te déranger. Allonge-toi sur le dos (sur ton lit si tu veux), prends une couverture pour te réchauffer si besoin et mets un coussin sous ta tête.
Ferme les yeux pour tourner ton regard vers l’intérieur. Détends-toi le plus possible et prends conscience des points de contact de ton corps avec le support (dos, tête, mains…).
1/Bouche fermée, inspire par le nez en gonflant le ventre
L’air pénètre dans tes poumons, puis ton diaphragme s’abaisse pour laisser à la cage thoracique la place de s’ouvrir au maximum. Ne force pas.
Ne gonfle pas la poitrine en inspirant. La respiration doit être naturelle. Mets ta main sur ton ventre pour t’assurer que ton ventre se soulève bien.
2/ Bouche fermée, gardez l’air pendant quelque secondes
3 à 10 secondes suffisent. Avec la pratique, tu arriveras progressivement à augmenter cette durée et éprouver davantage de plaisir à le faire.
3/Expire par la bouche en rentrant le ventre
Vide l’air qu’il contient. Lorsque tes poumons sont pleins, tes muscles abdominaux poussent ton diaphragme vers le haut, l’air est alors expulsé. L’air doit sortir tout seul, comme un ballon de baudruche qui se dégonfle.
4/ Bouche fermée, reste les poumons vides pendant quelque secondes
3 à 10 secondes suffisent. Avec la pratique, tu arriveras progressivement à augmenter cette durée et éprouver davantage de plaisir à le faire. Attends calmement d’avoir envie d’inspirer.

Techniquement, c’est quelque chose que tu peux faire quotidiennement, moi je ne le fais qu’en cas de crise parce que le reste du temps, je n’y pense pas.

Je m’allonge au sol ou sur mon lit (ce n’est pas toujours possible), je ferme les yeux, j’entre ouvre toujours la bouche (parce que sinon mes mâchoires se serrent), j’ouvre les mains (sinon mes poings se ferment), je mets mes orteils en éventail (sinon mes orteils se crispent) et j’attends que ça passe.

Avant, mon corps tout entier pouvait se crisper, c’était assez impressionnant. Des gens ont essayé de m’ouvrir les mains sans jamais y arriver. Maintenant, ça n’arrive plus vraiment, je ne sais pas pourquoi mais tant mieux.

Ce n’est absolument pas rationnel, c’est bien ça le problème et c’est pour cela que je n’appelle pas grand monde quand ça arrive parce que tout le monde ne comprend pas et essayer de me raisonner n’a pas vraiment de sens ni d’impact. Je sais que ce n’est pas réel mais il n’empêche que ça arrive et qu’à ce moment là c’est ma réalite.

Pendant mes crises d’angoisse, je peux pleurer ou pas, ça dépend mais c’est toujours en silence. Un silence écrasant, un silence étouffant, un silence glaçant. Peu importe, le bruit autour, il règne toujours un grand silence à l’intérieur de moi et de ma tête.

Pendant mes crises d’angoisse, j’ai peur, j’ai peur de finir seule, j’ai peur de ne pas être aimée, j’ai peur de ne pas aimer, j’ai peur de rater, j’ai peur de perdre, j’ai peur de mourir tout de suite, j’ai peur que tu meures tout de suite…

Mes insécurités misent à nue, mes insécurités qui me foutent en l’air et ça tourne en boucle, ça tourne en rond…

Une fois que c’est passé en général, je suis très fatiguée physiquement parce que ça demande beaucoup à mon corps, j’ai une migraine et j’ai un poids au niveau des cervicales et de mes mâchoires. Il peut aussi arriver que j’aie mal au ventre ou que ma hanche droite se bloque de nouveau.

En général, quand ça arrive, j’essaie de prévenir certaines personnes. Des gens qui ne sont pas forcément là et qui ne peuvent pas débarquer mais juste pour qu’iels sachent au cas où je ne réponds plus pendant des heures. (ça dure entre 30 minutes et 2h chez moi environ)

Cette année, j’en ai fait beaucoup et je l’ai vécu comme une faiblesse. J’ai eu peur de dire que ça n’allait pas, parce que je le vivais comme un échec. Parce que j’avais l’impression de reculer, parce que j’avais peur du jugement que certain.e.s pourraient avoir envers moi, parce que ce qui fonctionnait avant, ne fonctionnait plus maintenant, parce que je n’y arrivais plus toute seule. Il a fallu que je réapprenne à vivre avec ce fantôme qui me pourrit l’existence. Il a fallu que je réapprenne avec cette partie de moi. Il a fallu que j’accepte de nouveau cet aspect de mon quotidien.

Alors en 2019, j’ai décidé de reprendre soin de moi, de reprendre mon suivi, de tester de nouvelles choses parce que les anciennes ne fonctionnent plus forcément.

Je t’écris tout ça pendant justement une crise d’angoisse (on est vendredi, je suis en vacances et il est 19h20) et je me rends compte que l’écriture vient de m’aider et que peut-être ça pourra t’aider aussi.

Take Care

PS: Ne reste pas seul.e 

Quoi de neuf docteur?

« On ne peut pas plaire à tout le monde »

IMG_4923 2.jpg
San Francisco, California, USA, Décembre 2017

Et d’ailleurs il ne faut pas…

J’étais absente pendant qq temps…suffisamment pour que je m’en rende compte et que vous en rendiez compte aussi.

J’ai écrit une dizaine de brouillons pour expliquer le pourquoi du comment, parce que sinon je n’arrivais pas à écrire d’autres articles. Mais même ceux là, je n’y arrivais pas parce que c’était dur.

Octobre c’est pas mon mois, tous les ans j’y vis des trucs + ou – désagréables qui nécessitent des aménagements dans ma vie.

Cette année, j’ai eu un problème au travail. Quelqu’un (un mec…donc même pas une patiente) n’a pas été content de mon travail, a menacé de porter plainte etc etc. Je ne vais pas raconter ici le pourquoi etc parce que ça n’a rien d’intéressant ni d’utile pour la suite.

Bon tu me connais un minimum, tu sais que j’adore mon travail et que j’y mets vraiment du mien.

Dans la situation problématique, j’ai fait mon maximum compte tenu des éléments et ça n’a pas suffi. (J’ai tendance à dire que tout le monde a raison parce que la vérité est subjective en fait tout dépend avec quelle lunette tu regardes une situation anyway)

ÇA M’A TUÉ LE MORAL

Pour diverses raisons que je vais t’exposer…

1/ J’ai eu peur de perdre mon travail. En réalité, il n’en a JAMAIS été question. Mais bon ma tête a fait des petites réflexions en toile d’araignée.

Ça a commencé comme ça : « Ok donc je suis inconfortable. Pour être confortable, peut-être faut-il que je change d’endroits de travail? Ouais mais j’adore mon lieu de travail, en plus c’est pas loin, j’ai un salaire convenable, des horaires cool. Ok donc peut-être qu’il faut que tu changes de mode d’exercice? Ok donc ailleurs, il faudra que je travaille plus, je vais être fatiguée et de mauvaise humeur mais je vais gagner de l’argent. Ok mais si tu travailles comme maintenant, tu gagneras moins d’argent, peut-être faudra-t-il changer d’appartement. Ok donc changer d’appartement, merde j’aurais du accepter ma titularisation, comment je vais faire pour trouver un appartement cool? Encore des visites? Mais bordel pourquoi tu n’as pas acheté en janvier? Ouais mais d’un autre côté comment j’aurais fait pour payer mes mensualités là? Bordel on est dans la merde? On est dans la merde. Peut-être faudrait-il que je change carrément de métier? mais qu’est-ce que je pourrais bien faire comme autre métier? Ok c’est la merde!« 

2/J’avais vraiment l’impression de ne rien maîtriser. Parce que je recevais des mails tout le temps, on m’appelait sur mes jours de repos, mes congés. J’étais vraiment épuisée mentalement et physiquement

3/Comme d’habitude, quand je perds mon équilibre, le reste se fout la gueule. J’ai commencé à ne vraiment plus aimer aller aux cours de danse, j’ai vraiment commencé à en avoir marre de toutes les actions que je faisais à côté qui se rapportaient au même champ d’action que mon travail : aider des gens, aider des femmes, parler sexe, parler femme.

Donc…J’AI PÉTÉ LES PLOMBS 😀 ET…J’AI DÉCIDÉ DE DIRE STOP!

Ça a commencé tout bêtement…j’ai envoyé un mail à ma hiérarchie pour dire que NON, je ne viendrai pas à une énième rencontre qui ne servirait à rien. (Ce à quoi on m’a répondu « que le dossier était clôturé »)

J’ai ensuite décrété que j’étais beaucoup trop fatiguée pour travailler dans de bonnes conditions, j’ai donc pris une semaine supplémentaire de congés (Ce à quoi on m’a répondu « Mais on va devoir déplacer des rdv » j’ai répondu « que tout le monde était utile mais que personne n’était indispensable » puis « que peut-être était-ce mieux de prévenir les dames 1 mois en avance pour mes congés que le matin si finalement j’étais en arrêt maladie », la personne qui s’occupe de mes congés m’a répondu « qu’il était temps que je prenne des congés parce que j’avais encore 20 jours à prendre et que ce n’était pas légal »)

J’ai ensuite décidé d’arrêter d’aider (temporairement ou pas) : j’ai donc envoyé des mails aux asso, aux groupes dans lesquels j’étais pour dire que j’arrêtais. (Ce à quoi on ne m’a pas vraiment demandé d’explications)

Je me suis ensuite concentrée sur ce qui me faisait du bien et j’ai décidé de rejoindre un « collectif » qui fait du jardinage, de choisir de nouveaux cours de danse, activités. J’ai donc repris le yoga et j’ai commencé le stretching postural.

Et pour finir, j’ai repris mon coaching. Je pense l’avoir dit qq part mais depuis avril 2016, je suis suivie par une coach (pour ma tête). Au début parce que j’allais mal et puis après pour continuer d’aller bien. J’avais arrêté depuis bientôt 1 an de la voir régulièrement en me disant que ça allait et que je gérais…sauf que je me suis rendue compte lors de ce truc, que quand il m’arrive un truc pas cool, j’essaie de le garder pour moi. Résultat, il a fallu attendre 1 mois pour que j’en parle à tous les gens de ma sphère donc bien sûr ça me rongeait mais personne ne comprenait pourquoi.

Depuis, ça va beaucoup mieux! J’ai repris le travail avec amour et sérénité, j’ai quand même demandé des aménagements qu’on a accepté. Je suis donc actuellement en vacances, j’ai pris le large pour respirer loin de l’agitation parisienne. Je peux de nouveau parler boulot et écrire sans que j’ai envie de crier et que ma mâchoire ne se crispe.

Octobre 2018 m’a donc montré que ouais octobre n’était pas mon mois et qu’encore une fois je me relevais.

Que la vie n’est pas lisse et que même si tu fais de ton mieux pour éviter les pépins, ça peut arriver.

Que tu peux/dois dire NON quand qqch ne te plait pas parce qu’on ne peut pas plaire à tout le monde mais par contre il est important de se plaire à soi et de faire ce qui te fait du bien.

Que tu peux prendre en main le destin dans certains cas pour être plus confortable.

Que c’est bien d’aider les autres mais si tu n’en a pas la force mentale ou physique, que ce n’est pas grave. On ne peut pas aider les autres si on n’est pas bien soi-même.

Voilà! Maintenant que ça c’est dit, on peut repasser à des articles plus intéressants 😀

 

 

Take Care

PS: L’année prochaine, je me barre en vacances une bonne partie d’Octobre et j’ai un peu envie de dire que tant pis, j’ai pas envie d’essayer de conjurer le sort, quoi qu’il arrive c’est toujours pour une bonne raison pour moi.

Quoi de neuf docteur?

Je ne suis pas mon métier

 

IMG_3803
Roma, Italy, Octobre 2018

Ces dernières semaines, j’ai été un peu exaspérée…J’ai été très fatiguée…et puis du coup j’avais pas le moral…et du coup je me suis énervée.

Ces dernières semaines, on m’a demandé beaucoup d’avis, beaucoup d’ordonnances, beaucoup de services.

Pas des patientes non des meufs, des amies, des copines, des tantes…

Et ça m’a gonflée

Alors j’ai fait un post FB :

Pensée du jour 💭 : Des fois j’ai pas envie de parler de travail…j’ai juste envie d’être moi et pas mon métier.
Donc si un jour, je ne te réponds pas sur ta question de gynéco, de sexo, c’est pas que je ne t’aime pas ou que je m’en fous de toi, c’est juste que je prends soin de moi et de mon équilibre 😌😌
Alors stp, accepte mes silences…

PS: Je ne vise absolument personne et si récemment tu m’as demandé qqch et que je t’ai rep c’est que ça ne me dérangeait pas. Mais tout comme toi, j’ai droit à des jours de congés 🙂

J’adore mon métier (vraiment) et ce que j’adore tout spécialement dans mon mode d’exercice c’est que quand je ferme la porte du travail, cela ne me poursuit pas chez moi (en général).

J’aime parler gynéco mais quand j’en ai envie. Pour l’écriture de ce blog, je ne me force pas. Des fois j’écris 3 articles d’un coup, des fois je prends 1 mois pour en pondre un. Mais j’en parle quand j’en ai envie et des fois…J’AI PAS ENVIE!

Du coup, quand je suis en vacances, quand je suis en week end, quand je suis avec des gens, quand je suis dans mes autres activités, j’ai pas forcément envie que tu m’exposes tes problèmes, ta santé ou ton vagin.

Je déteste qu’on me demande mon avis comme ça, sans prévenir. Est-ce que toi, ça te fait plaisir de parler de ton travail quand tu n’es pas au travail et que tu n’as pas envie d’en parler? A priori non, ben moi c’est pareil.

En début d’année, j’ai été vécu une scène un peu désagréable. Lors d’un évènement familial, un mec, un lointain oncle m’a apporté son bilan biologique « EXPRÈS » pour que je lui dise « SI TOUT ALLAIT BIEN« . Alors déjà c’était ni le moment ni l’endroit, entre le plat et le dessert no way. Et mec…imaginons

1/ Qu’il y ait un problème, je t’annonce ça comment? « Ah ben merde t’as du sang dans tes selles? est ce que c’est grave? ben euh ça peut etre des hémorroïdes comme ça peut etre un cancer? Qu’est ce qu’il faut faire? Euh ben une coloscopie, ah tu sais pas ce que c’est? Ben une caméra par ton trou de fesses. Euh sous anesthésie? Oui je crois. Ah avec ton kardegic, j’en sais rien » MERDE JE NE SUIS PAS TON DOCTEUR!

2/ Je n’ai pas ton dossier médical en tête ni dans mes archives

3/ Je suis peut-être là pour un bon moment, pour déconnecter mon cerveau en fait…

En règle général, je ne réponds pas aux sollicitations parce que ça me gonfle et que ça nécessite une consultation. C’est pas pour les sous (encore moins avec moi vu qu’on ne paye pas pour me voir) c’est pour faire les choses correctement. Pour discuter, pour avoir toutes les informations et étudier la meilleure option.

Dans ma famille, je ne regarde pas les résultats bio, je fais quasiment pas d’ordonnance sauf quand j’en ai envie ou quand vraiment vraiment c’est la merde (genre t’as droit à un joker MAIS UN SEUL). Bon j’ai quand même fait des trucs de gygy aux femmes de ma famille, pas parce que j’en avais follement envie mais parce qu’à ce moment là je préférais le faire plutôt que de les confier à des gens en qui j’avais pas confiance (mais je délègue facilement).

La dernière fois, j’ai emmené ma mère voir le cardiologue (elle va bien tkt), je voulais sagement attendre en salle d’attente. Elle m’a regardé avec des petits yeux en mode « tu ne viens pas? allez viens« . J’ai trainé mon pauvre corps dans le cabinet médical. Je suis restée dans mon coin, j’ai essayé d’être la plus petite possible…le cardiologue a examiné ma mère, il a demandé « vous n’avez jamais eu de problème à l’estomac? » Elle a répondu non, j’ai répondu « Si elle a eu un helicobacter pylori » Il a demandé si elle tolérait bien son problème, elle a répondu oui, j’ai répondu « elle a une dyspnée d’effort« . Il n’a pas capté ou il a fait semblant je ne sais pas. Il a répondu : « ah ben heureusement qu’elle est là » et là ma mère m’a balancé : « elle est du métier » et bam. Bon il a rigolé avec un « ça va j’ai pas dit trop de bêtises » J’ai sorti un rire totalement fake…Mais moi ça m’épuise. Parce que des fois j’aimerai juste être moi, moi la fille, moi la copine pas moi la doc. J’aimerai déconnecter mon cerveau. Parce que tout ce que je te dirais fera foi alors que non je peux dire de la merde, que mon domaine est très petit et que même dans ce petit domaine, je ne suis pas experte.

Le pire dans tout ça, c’est que bien souvent, quand les gens sont proches, iels te demandent un avis justement pour être rassuré.e.s…et si moi-même je ne suis pas rassurée devant ta situation, on fait comment?

Du coup, j’aime pas ces situations qui me mettent mal à l’aise.

J’en profite pour dire à toutes mes copines qui préfèrent montrer leurs cols de l’utérus à des gens qu’elles connaissent et en qui elles ont confiance et qui donc me demandent si je peux les examiner, que justement moi je préfère voir les cols des utérus de gens que je ne connais pas parce que sinon ça va être chelou entre nous…

Peace

PS: C’est pas un vrai coup de gueule, après le plus souvent ça me dérange pas mais la dernière fois, une nana que je ne connaissais même pas vraiment, m’a demandé si je pouvais lui faire une consultation à domicile alors qu’une vraie bonne copine a évité de me parler de ses VRAIS problèmes de santé justement pour ne pas que j’ai l’impression de devoir lui donner mon avis…

PS2 : Si tu veux me demander qqch, demande moi avant si tu peux…