Mes petits kiffs

J’ai perdu 4 kg

IMG_6461
Paris, France, Mai 2020

En 2 semaines alors que ça faisait 2 ans et demi que j’essayais de m’en débarrasser.

Il est vrai que j’avais diminué la danse (pour une raison que je vais t’expliquer tout à l’heure) et qu’en soit il est fort possible que j’avais augmenté mes McDo hebdomadaires…

Sauf qu’en 2 mois de confinement sans McDo ni fast food rien ça ne diminuait pas.

Ni en faisant les challenges en tout genre fitness, ni en jeûnant, ni en mourant de faim etc…

Un corps que je n’aimais pas…Une moi que je n’aimais pas…

Ça fait tellement longtemps que je pense à écrire ces mots sans jamais jamais y arriver parce que je n’étais pas encore totalement en accord avec tout ça, parce que ça n’allait pas encore, parce que j’avais l’impression de me vider mais des fois c’est bien de se vider…pour se remplir à nouveau de mieux, de beau, de bon, de doux, de tendre…

Cette histoire elle a commencé il y a bien longtemps…il y a plus de 10 ans c’est une histoire assez banale, une histoire assez commune, une histoire qui arrive malheureusement trop souvent.

Souvent quand on me demande de parler de mes blessures…Je parle d’une histoire d’infidélité etc. Sauf qu’en réalité celle là elle ne m’a pas fait mal. Me quitter pour qqn d’autre elle ne résonne pas tellement (surtout qu’en pratique lol c’est moi qui ai quitté mais bref) parce qu’au final c’est un « mal » pour un BIEN.

Après je parle d’une peur de l’abandon…sauf qu’en réalité celle là non plus ne me fait pas mal…On ne m’a jamais abandonnée pour de vrai, ouais on m’a quittée mais pareil c’était pour une BONNE raison, on m’a laissée physiquement mais l’amour restait.

Ça a commencé il y a plus de 10 ans, quand je suis tombée dans une relation maltraitante. L’histoire classique d’une nana en manque de confiance en elle sur sa plus value sentimentale, sur ce qu’elle peut apporter à qqn, sur l’amour amoureux qu’on peut lui porter. (Parce que pour tout le reste, la vie apporte des preuves qu’elle peut tout, qu’elle est sans limite…Mon leitmotiv c’était « quand on veut, on peut » j’y crois encore pour tout te dire même si c’est du bullshit pour bcp et même si ça sonne comme une injonction. J’ai tendance à penser que chacun.e pense ce qui est BON pour lui.elle)

En 2008, je me suis demandée ce qui clochait chez moi, pourquoi je n’avais pas d’amoureux, si j’avais un problème. J’étais au fond au fond au fond de moi-même, j’ai même cru à un moment qu’il fallait que je rentre au couvent vu que bon personne ne voudrait jamais de moi parce que bon yavait que 2 chemins : le mariage ou la religion…

Je crois que j’ai totalement flippé à l’idée de devoir rentrer dans les ordres et donc forcément…

C’est pile poil à ce moment là que je l’ai rencontré. Comme un requin sentant la blessure, comme la grippe attendant la fatigue…Parce qu’à défaut de rien, autant prendre le 1e qui semblait s’intéresser à moi. Un mec lambda que je ne trouvais ni intéressant, ni gentil, ni bienveillant, ni beau mais il s’intéressait à moi et c’était mon seul critère…

J’ai vécu pendant 8 ans dans une relation maltraitante. Je me suis rendue complice de ma propre prison par mes pensées limitantes.

Pendant 8 ans, j’ai cru ne pas mériter mieux. J’ai cru que oui c’était tout ce que je pouvais avoir, une relation à distance, des infidélités, des gifles, des critiques, des remarques…Des scènes de jalousie par milliers, parce que j’étais habillée, parce que j’avais des ami.e.s, parce que je vivais.

J’ai donc arrêté…de parler à bon nombre de mes ami.e.s surtout les mecs (tous les mecs d’ailleurs..le mec psychotait même sur mes cousins), j’ai arrêté la danse parce que mon prof était un mec, j’ai arrêté d’aller aux soirées d’internes, je devais des comptes pour à peu près tout, à qui je parlais, pourquoi untel m’envoyait des sms, pourquoi mon voisin venait me demander du beurre, pourquoi je n’avais jamais de libido…

Pendant 8 ans (en fait plus), j’ai cru que j’étais insupportable, que j’étais chiante, que j’avais un problème sexuel, que jamais je ne serais heureuse, que je pensais mal, que je ne comprenais rien, que j’étais sacrément nulle, que j’étais bête, que j’étais excessive, que j’étais l’enfer sur terre.

Pendant 8 ans (en fait plus), j’ai cru être une personne que je n’étais pas.

Des phrases, des phrases, des phrases, des petites, des grandes, qui restent…

Des « Tu n’es pas très intelligente« , « tu es conne » « personne à part moi ne peut te supporter » « personne ne peut t’aimer« .

Des phrases, des phrases, des phrases qui m’ont construite…

Des phrases qui ont modelé mon ego, qui ont créé tout un monde fictif.

Et puis la fin qu’on connait.


J’ai toujours tendance à me dire que tout a un sens et tu es en droit de penser autrement. je ne détiens aucune vérité à part la mienne qui est elle aussi modifiable. Mais je crois sincèrement que quand tu ressens une immense satisfaction quand tu quittes qqn, qq part ton coeur te dit merci.

Au lieu de la douleur que j’aurais du ressentir face à la perte de cet individu qui était soit disant le seul à pouvoir m’aimer, j’ai ressuscité, j’ai été pour la 1e fois un phénix.

j’ai déconstruit tout ce que j’avais appris de moi, j’ai découvert la merveilleuse personne que j’étais pour les autres et pour surtout MOI.

Ça a été un pur moment de bonheur, dans le présent avec mes nouvelles croyances! J’étais magnifique, j’étais lumière, je brillais, je scintillais.

Je volais, je flottais RIEN N’ETAIT IMPOSSIBLE!

J’étais sans limite, j’étais sans peur.

Plus de place au doute vu que j’étais devant une page vierge que seule moi pouvais écrire.

J’ai tout réussi, j’ai tout eu…l’appart de rêve, le boulot de rêve, les activités de rêve, le mec de rêve.

Et puis un jour tout s’est réveillé. Par cette simple phrase « Je ne suis pas amoureux » comme je te l’ai déjà dit dans « On est tous un coeur brisé »

Mon ego s’est réveillé et il m’a dit « Tu vois, il avait raison, personne ne peut t’aimer, tu n’es pas suffisante« 

À partir de là, tout a foutu le camp…j’ai voulu me réparer, j’ai voulu m’améliorer, être une personne aimable, connaître la bonne formule pour que ça fonctionne, tout lire sur l’amour, tout savoir pour être une personne complète, une personne normale…pour ne plus galèrer, pour réussir.

Je n’avais plus qu’une seule mission : La perfection.

De là tout est devenu contrôle, j’ai voulu tout contrôler, moi, ce que j’étais, ce que je ressentais, ce que je voulais, ce que je disais, ce que je pensais.

Tout était millimétré, tout était planifié, tout devait parfaitement collé.

Je pensais, sans cesse, tout tournait dans tous les sens pour que tout soit parfait, politiquement correct, que je sois tjr alignée avec toutes mes idées, pour être cette version aimable.

N’avoir aucune faille, que tout soit toujours cohérent, que tout soit tjr en accord…

J’avais oublié qui j’étais, l’essence de ce que j’étais, ma valeur, mon humanité, que juste le fait d’être vivante était suffisant…qu’être juste moi était assez.

J’ai bien essayé à des moments de me foutre la paix, d’envoyer valser les trucs relous, force de constater que bizarrement c’est à ces moments là que sont arrivées les meilleurs personnes de ma vie quand je me suis dit « Fuck en fait j’ai envie de me foutre la paix, je suis très bien comme ça, qui m’aime me suive mais je ne vais plus m’adapter pour me faire aimer des gens que je crois aimer« . C’est à ce moment là qu’il est arrivé d’ailleurs…

Des mois sans cerveau…des mois à kiffer juste la situation, sans vouloir plus, sans attendre plus, en sachant que les choses arriveront quand il le faudra, qu’on saura prendre des décisions…

Et puis, la méchante sorcière s’est réveillée… »Tu ne comprends rien » ces quelques mots dans un contexte totalement safe, bienveillant, pour une boutade…mais à l’écrit…et même s’il avait dit « rappelle toi que c’est MOI qui parle quand on s’écrit » je l’ai entendu…l’autre…

Je n’ai plus qu’entendu l’autre…et mon ego qui disait « haaann tu vois, je te l’avais bien dit que t’étais naze, que t’étais nulle, que t’étais insupportable, que personne ne peut t’aimer, toi même tu ne trouves aucun adjectif positif pour te décrire« 

Forcément quand on part avec une idée d’échec, on ne peut pas réussir…Du coup ce soir là ben non je n’ai pas trouvé d’adjectif positif me décrivant… +=+ (d’ailleurs je te recommande la série netflix « Explore le monde » l’épisode sur les pensées, c’est pour « les enfants » mais en fait ça devrait être pour tout le monde…)

Et c’était la fin parce que ben lui n’était pas amoureux de cette personne abjecte, cette personne qui n’existait que dans ma tête et dans mes peurs, lui était amoureux de la personne que je suis et que j’ai oublié d’être.

(Petite parenthèse, même si tu es la personne la plus insupportable de la planète pour qqn, tu es une magnifique personne pour toi et pour qqn d’autre et tu mérites l’Amour. Toutes les personnes horribles genre Michel Fourniret, Guy George, ouais j’ai regardé Faites entrer l’accusé et chroniques criminelles, Trump, Poutine and co ont eu des gens dans leurs vies…c’est des fois de la fascination ou de la dépendance affective ou des mariages arrangés mais quoi qu’il arrive, il y aura tjr qqn pour te supporter et te trouver une plus value, je ferme cette parenthèse)

Le bonheur c’est quand l’ego rencontre l’Amour. L’Amour inconditionnel…Je ne pensais pas que ça puisse exister entre des humains n’ayant aucun lien de filiation (et encore…c’était pas une condition sinequanone). je pensais même qu’en fait ça ne pouvait exister qu’avec des animaux parce qu’eux nous aiment dans tous nos états, sont dans le présent…Je pensais qu’il y avait différents types d’amour, celui des animaux, celui des ami.e.s, celui de la famille, celui des amoureux…Mais en fait…non…il n’y en a qu’un et si ça ne l’est pas…ce n’est pas de l’Amour.

En perdant Moun, je me suis rendue compte que j’avais aimé cette boule de poils de façon inconditionnelle. En perdant Moun, je me suis rendue compte que cette boule de poils m’avait aimée d’un amour inconditionnel. En perdant Moun, je me suis demandée pourquoi, la raison de tout ça…c’était celle là : d’apprendre l’Amour Inconditionnel pour pouvoir l’identifier. Pas de bol, j’ai mis du temps. Pauvre petite peluche, il a du se retourner dans sa tombe (Oui Moun a une tombe, il est derrière ma chambre chez mes parents, on a planté des fleurs sur lui, d’ailleurs Pepper sa pote chatte se pose souvent près de lui et ça me fait sourire) mais depuis 2 semaines, il doit me regarder avec un sourire lui aussi.

L’Amour sans condition, l’Amour peu importe ton état, ton humeur, ton physique, tes idées…du moment que tu es toi, l’Amour sans attente, l’Amour sans projection, l’Amour sans peur, l’Amour sans se voiler la face…

Ça ne veut pas dire sans projet, sans envie, juste arrêter de faire des plans sur la comète ou dans le futur, juste arrêter de vouloir des choses, juste arrêter d’être dans l’attente de qqch d’autre, d’une autre condition…accueillir ce qui arrive et faire ce dont on a envie là maintenant…

C’est avec cette fin que je l’ai compris, que je l’ai su…

C’est avec cette fin que j’ai réalisé le lien qu’il existait encore entre l’autre et moi, que ces phrases négatives ben je voulais leur dire bye bye aussi pour de bon, à tout jamais et que ça ne dépendait que de moi de voir ma véritable valeur. Il était temps de s’en débarrasser et je ne voulais plus passer une minute de plus avec des idées qui n’étaient pas les miennes.

Alors j’ai exorcisé, j’ai exorcisé, je me suis vidée, vidée, vidée et je me suis remplie de ces mots d’amour de lui, des mots d’amour de ma clic, des mots d’amour de Moun, des mots d’amour de moi à moi-même.

Je me suis rappelée la personne magnifique que j’étais juste en étant moi sans en faire trop, sans en faire bcp, sans faire d’effort, sans vouloir me régler, me réparer, EN ME FOUTANT LA PAIX.

Je me suis rappelée que j’étais/je suis aimable par moi, agréable pour moi et que je n’avais pas à être autre chose pour qui que ce soit. (Qui m’aime me suive hère we go! if you don’t like who i am, don’t try to love me)

Je ne suis pas mon passé, je ne suis pas mes blessures, je ne suis pas mes problèmes, je ne suis pas mes combats, je ne suis pas mes convictions, je ne suis pas cette histoire, je ne suis pas ces/ses paroles.

Il y a une différence entre AVOIR/FAIRE et ETRE.

Je suis MOI et c’est beaucoup, c’est assez!

Je suis ce que je suis là tout de suite au moment où je t’écris, ni ce que j’ai été il y a 1h ni ce que je serai dans 2 ans, ni ce qu’on veut me faire croire que je suis ni même ce que j’ai cru être!

Je n’ai pas à changer, je peux être ce que je veux du moment que c’est ce que je veux POUR MOI, pour me faire du BIEN à moi-même et pas pour arranger les autres, pour me faire aimer d’autres.

Pendant 2 semaines, j’ai donc supprimé toutes ces phrases, une sorte de DELETE, de RESET même, à base de reprogrammation, d’auto hypnose, prières, huiles essentielles et fumigations (ouais je suis un peu sorcière quand même), des trucs que je savais mais que je ne faisais pas comme engluée par qqch et tu me croiras ou pas…le dernier jour, en regardant mes story instagram, je l’ai vu l’autre…l’autre au travers du compte instagram de sa compagne en train d’épier. Comme s’il sentait que ça y est l’emprise n’était plus…j’ai souri en me disant que je n’avais plus de temps pour ces conneries.

Et puis hier, j’ai su qu’il fallait que je te raconte cela…parce que je l’ai croisé celui qui n’était pas amoureux (ouais ma vie est une blague…elle me fait des private joke, je me marre souvent toute seule juste en y repensant). Je l’ai croisé en ayant Queen Bee dans mes oreilles à vélo (oui c’est interdit mais ça me fait du bien donc je le fais). Je l’avais déjà croisé de multiples fois mais ça m’avait fait maaaal. J’avais même arrêté d’aller aux cours de danse car sa copine était subitement arrivée au même cours que moi (sorry JP et ouais Paris c’est petit) et que je le vivais ultra mal. Et hier…rien…hier…juste de la gratitude, de la bienveillance. Un coucou, un échange de banalités entre adultes non blessés qui vivent. Parce que le rencontrer m’a fait avancer, parce que sa phrase m’a fait tomber dans ce qui n’était pas encore nettoyé, parce qu’aujourd’hui j’ai nettoyé, j’étais en paix, pas une fausse, pas une transitoire, non la vraie paix parce que je l’avais identifiée et que je prenais le choix de la garder.

L’Amour c’est réciproque, sinon ça n’en est pas, ça n’en est plus. L’Amour ne se dit pas, il se ressent et il se vit. L’Amour ne fait pas mal ni quand on se rencontre ni quand on se quitte. L’Amour ne fait pas peur, c’est l’ego qui fait peur…

Celui qui veut tjr plus, qui veut acquérir, qui veut faire…

Alors qu’en réalité, il suffit juste d’y croire et de vivre…

Depuis j’ai perdu 4 kg, mes ovaires refonctionnent, mon acné s’est calmée, je respire, je dors bcp mieux, il fait beau dans le ciel et dans ma tête.

J’ai ressenti le besoin de te le dire alors que oui je me mets à nue, je te confie que j’ai été giflée, qu’on a insisté pour avoir du sexe avec moi, que j’ai eu une confiance en moi merdique et que j’ai saboté la plus belle relation que j’ai pu avoir jusqu’à présent parce que je crois que c’est important de te dire que toi seul.e est maitre.sse de tes pensées, que toi seul.e peut décider qui tu es, que tu as de la valeur peu importe ce que tu crois et ce que les autres te disent. Donne toi du pouvoir, ne le donne pas à d’autres. Tu es le.a mieux placé.e pour t’aimer, pour te donner de l’amour. Tu es fort.e, tu peux le faire, tu n’es pas une victime, tu peux t’en sortir, il t’est arrivé des choses je n’en doute pas et je ne remets pas ça en question mais tu peux aussi t’en libérer et vivre de belles choses, ce ne sera peut-être pas évident, ni rapide ni en solo mais je crois que tout est possible et les croyances sont faites pour nous aider et pas nous bloquer. Rien ne te conditionne!

Je ne te dis pas de toujours positiver ni de sourire tout le temps ou d’être content.e quand tu te casses la gueule ou qu’il t’arrive des merdes mais de te dire que c’est dur « pour l’instant » et d’être convaincu.e qu’un jour ton sourire reviendra.

Tu as peut-être un sac de problèmes, tu n’es pas le sac de problèmes, tu peux le déposer en faisant des choix certes difficiles mais nécessaires pour toi…

Moi j’ai déposé mon sac…j’ai déposé cette histoire…j’ai déposé ces croyances…Et maintenant je crois que le meilleur est à venir et que l’Amour j’ai déjà croisé sa route et qu’il n’y a que les montagnes qui ne se rejoignent pas.

Je t’envoie tout plein de love brut!

PS: Tu es tellement plus que tu ne le crois… 

PS2: Merci…

PS3 : Prends soin de toi

PS4 : Si tu vois cet article comme une injonction au bonheur, je ne vais pas m’en excuser pour une fois, chacun.e son point de vue, pour ma santé mentale, mon bonheur est important et je choisis d’oeuvrer dans ce sens. il peut en être autrement pour toi.

PS5 : Prends ce qui te fait du bien dans cet article

PS6 : Et puis Je t’aime…

PS7 : Dans notre échange de banalités, il m’a dit avoir pensé que j’avais quitté Paris…j’ai répondu que j’avais du y penser trop fort…Et c’est vrai, je pense très fort…au point de réaliser mes pensées…alors à moi de choisir celles que je veux voir se concrétiser.

PS8 : Ouais ça peut paraître rapide et fragile…que t’y croies ou pas importe peu, Je suis un Phénix!

 

 

5 réflexions au sujet de « J’ai perdu 4 kg »

  1. Wahou c’est le Phoenix en plusieurs étapes. Ça me. Donne envie de regarder vers l’auto hypnose. Tu es fabuleuse et imparfaite et c’est bien d’être imparfaite vivante spontanée…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s