Quoi de neuf docteur?

« On ne peut pas plaire à tout le monde »

IMG_4923 2.jpg
San Francisco, California, USA, Décembre 2017

Et d’ailleurs il ne faut pas…

J’étais absente pendant qq temps…suffisamment pour que je m’en rende compte et que vous en rendiez compte aussi.

J’ai écrit une dizaine de brouillons pour expliquer le pourquoi du comment, parce que sinon je n’arrivais pas à écrire d’autres articles. Mais même ceux là, je n’y arrivais pas parce que c’était dur.

Octobre c’est pas mon mois, tous les ans j’y vis des trucs + ou – désagréables qui nécessitent des aménagements dans ma vie.

Cette année, j’ai eu un problème au travail. Quelqu’un (un mec…donc même pas une patiente) n’a pas été content de mon travail, a menacé de porter plainte etc etc. Je ne vais pas raconter ici le pourquoi etc parce que ça n’a rien d’intéressant ni d’utile pour la suite.

Bon tu me connais un minimum, tu sais que j’adore mon travail et que j’y mets vraiment du mien.

Dans la situation problématique, j’ai fait mon maximum compte tenu des éléments et ça n’a pas suffi. (J’ai tendance à dire que tout le monde a raison parce que la vérité est subjective en fait tout dépend avec quelle lunette tu regardes une situation anyway)

ÇA M’A TUÉ LE MORAL

Pour diverses raisons que je vais t’exposer…

1/ J’ai eu peur de perdre mon travail. En réalité, il n’en a JAMAIS été question. Mais bon ma tête a fait des petites réflexions en toile d’araignée.

Ça a commencé comme ça : « Ok donc je suis inconfortable. Pour être confortable, peut-être faut-il que je change d’endroits de travail? Ouais mais j’adore mon lieu de travail, en plus c’est pas loin, j’ai un salaire convenable, des horaires cool. Ok donc peut-être qu’il faut que tu changes de mode d’exercice? Ok donc ailleurs, il faudra que je travaille plus, je vais être fatiguée et de mauvaise humeur mais je vais gagner de l’argent. Ok mais si tu travailles comme maintenant, tu gagneras moins d’argent, peut-être faudra-t-il changer d’appartement. Ok donc changer d’appartement, merde j’aurais du accepter ma titularisation, comment je vais faire pour trouver un appartement cool? Encore des visites? Mais bordel pourquoi tu n’as pas acheté en janvier? Ouais mais d’un autre côté comment j’aurais fait pour payer mes mensualités là? Bordel on est dans la merde? On est dans la merde. Peut-être faudrait-il que je change carrément de métier? mais qu’est-ce que je pourrais bien faire comme autre métier? Ok c’est la merde!« 

2/J’avais vraiment l’impression de ne rien maîtriser. Parce que je recevais des mails tout le temps, on m’appelait sur mes jours de repos, mes congés. J’étais vraiment épuisée mentalement et physiquement

3/Comme d’habitude, quand je perds mon équilibre, le reste se fout la gueule. J’ai commencé à ne vraiment plus aimer aller aux cours de danse, j’ai vraiment commencé à en avoir marre de toutes les actions que je faisais à côté qui se rapportaient au même champ d’action que mon travail : aider des gens, aider des femmes, parler sexe, parler femme.

Donc…J’AI PÉTÉ LES PLOMBS 😀 ET…J’AI DÉCIDÉ DE DIRE STOP!

Ça a commencé tout bêtement…j’ai envoyé un mail à ma hiérarchie pour dire que NON, je ne viendrai pas à une énième rencontre qui ne servirait à rien. (Ce à quoi on m’a répondu « que le dossier était clôturé »)

J’ai ensuite décrété que j’étais beaucoup trop fatiguée pour travailler dans de bonnes conditions, j’ai donc pris une semaine supplémentaire de congés (Ce à quoi on m’a répondu « Mais on va devoir déplacer des rdv » j’ai répondu « que tout le monde était utile mais que personne n’était indispensable » puis « que peut-être était-ce mieux de prévenir les dames 1 mois en avance pour mes congés que le matin si finalement j’étais en arrêt maladie », la personne qui s’occupe de mes congés m’a répondu « qu’il était temps que je prenne des congés parce que j’avais encore 20 jours à prendre et que ce n’était pas légal »)

J’ai ensuite décidé d’arrêter d’aider (temporairement ou pas) : j’ai donc envoyé des mails aux asso, aux groupes dans lesquels j’étais pour dire que j’arrêtais. (Ce à quoi on ne m’a pas vraiment demandé d’explications)

Je me suis ensuite concentrée sur ce qui me faisait du bien et j’ai décidé de rejoindre un « collectif » qui fait du jardinage, de choisir de nouveaux cours de danse, activités. J’ai donc repris le yoga et j’ai commencé le stretching postural.

Et pour finir, j’ai repris mon coaching. Je pense l’avoir dit qq part mais depuis avril 2016, je suis suivie par une coach (pour ma tête). Au début parce que j’allais mal et puis après pour continuer d’aller bien. J’avais arrêté depuis bientôt 1 an de la voir régulièrement en me disant que ça allait et que je gérais…sauf que je me suis rendue compte lors de ce truc, que quand il m’arrive un truc pas cool, j’essaie de le garder pour moi. Résultat, il a fallu attendre 1 mois pour que j’en parle à tous les gens de ma sphère donc bien sûr ça me rongeait mais personne ne comprenait pourquoi.

Depuis, ça va beaucoup mieux! J’ai repris le travail avec amour et sérénité, j’ai quand même demandé des aménagements qu’on a accepté. Je suis donc actuellement en vacances, j’ai pris le large pour respirer loin de l’agitation parisienne. Je peux de nouveau parler boulot et écrire sans que j’ai envie de crier et que ma mâchoire ne se crispe.

Octobre 2018 m’a donc montré que ouais octobre n’était pas mon mois et qu’encore une fois je me relevais.

Que la vie n’est pas lisse et que même si tu fais de ton mieux pour éviter les pépins, ça peut arriver.

Que tu peux/dois dire NON quand qqch ne te plait pas parce qu’on ne peut pas plaire à tout le monde mais par contre il est important de se plaire à soi et de faire ce qui te fait du bien.

Que tu peux prendre en main le destin dans certains cas pour être plus confortable.

Que c’est bien d’aider les autres mais si tu n’en a pas la force mentale ou physique, que ce n’est pas grave. On ne peut pas aider les autres si on n’est pas bien soi-même.

Voilà! Maintenant que ça c’est dit, on peut repasser à des articles plus intéressants 😀

 

 

Take Care

PS: L’année prochaine, je me barre en vacances une bonne partie d’Octobre et j’ai un peu envie de dire que tant pis, j’ai pas envie d’essayer de conjurer le sort, quoi qu’il arrive c’est toujours pour une bonne raison pour moi.

3 réflexions au sujet de « « On ne peut pas plaire à tout le monde » »

  1. ahah comme je me retrouve. en je suis ne plein dedans encore.
    décembre et janvier c’est la merde
    je ne suis pas partie cette année j’aurai peut être dû.

    j’ai raté mes exams, j’ai arrêter de voir la psycothérapeute, j’ai arrêté cette relation qui me procurait plus de frustration que de bien être et tout le reste me manque.

    j’ai envie de prendre un sac et de me barrer un an ou plus je ne sais où parceque plein de raisons. ca fait juste 3-4ans que je me contente de le dire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s