Quoi de neuf docteur?

La semaine dernière, j’ai pas été bossé (un jour)

IMG_6522
Amboseli, Kenya, Septembre 2017

Parce qu’officiellement, j’étais malade, officieusement j’avais mal (tkt now ça va très bien!). Au fond de mon lit, je me suis dit que non ce matin là, je ne pouvais pas aller au taf, parce que je n’étais pas mentalement et physiquement disponible pour mes petites dames qui allaient me raconter tous les problèmes.

Parce qu’on a tous des problèmes, mais elles, elles en ont des gros et puis elles, ben elles ont pas de potos, pas de cours de danse, pas de milliard d’activités pour combler le temps…

Et puis j’ai culpabilisé en me disant que putain (oui je sais…putophobe tout ça tout ça mais justement tu verras que non) même moi je les abandonnais pour un truc à la con!

Et puis je suis revenue cette semaine et j’ai compris pourquoi quand MOI je ne vais pas bien, je ne PEUX PAS FAIRE DU BIEN autour de moi.

J’ai reçu Melle P (ouais j’aime bien mademoiselle aussi, parce que ça me rappelle cette jeunesse que je n’ai plus…).Melle P a 20 ans bientôt 21 ans. Nouvelle patiente, arrivée avec 30 minutes de retard, je râle, je râle à mort dans ma tête , mais quand j’ai vu SA TÊTE ben j’ai su qu’il fallait absolument que je la vois, quitte à être en retard l’aprem.

J’ai donc rempli le dossier, j’ai posé TOUTES mes questions comme d’hab mais la question des violences, je l’attendais avec impatience. J’ai des antennes pour ça, je ne stigmatise pas mais le viol, les attouchements, les excisions chai pas je les sens. Alors non tu ne vas pas puer le viol toute ta vie mais tant que tu en souffriras ben ton corps le portera. Quoi qu’il en soit j’ai posé ma question, elle me parle d’attouchements pour lesquels il y a une plainte en cours mais bon, elle ne détaille pas et moi je ne creuse pas. Puis vient le motif de consultation : « ben j’ai eu des rapports sexuels non protégés ». Elle P est actrice dans des films pornographiques. Elle a commencé quand elle a eu 18 ans, pour avoir des sous « faciles » comme elle m’a dit et puis ben ça a continué parce qu’on la sollicitait. Du coup elle a plus d’une centaine de films à son actif. Le problème c’est que son dernier « patron » et « partenaire de films » ne mettait pas de préservatif, avait des relations avec d’autres nanas, et qu’en plus quand elle s’est barrée, il a mis ses photos nues (nue, nue, nue) sur Facebook en la taguant (bonjour papa, bonjour maman) tout cela en dehors de la clause inscrite sur son contrat de taf. Bref Melle P, ben elle ne s’occupe pas trop d’elle, elle prend des risques, elle a en plus un copain, pas de contraception, rien…elle a arrêté son anti dépresseur (qu’elle prend pour l’histoire d’attouchement, si tu as bien suivi). Bref Melle P, ben on a pris 1h, elle a pris 5 mouchoirs, elle a pleuré, j’ai failli moi aussi. En sortant elle m’a sorti un « Avec le corps que vous avez, vous devriez penser au porno, j’ai des plans clean si vous voulez, ça rapporte grave« . J’ai souri…

J’ai reçu Melle A, 37 ans. Elle venait pour une histoire de saignements, je ne comprenais rien, après des rapports apparemment. J’examine, bof rien, je regarde le dernier frottis qui date de 6 mois, rien…et puis bon je lui demande si le reste va bien (parce que j’aime bien m’intéresser réellement aux gens) et elle me dit « pas vraiment, mais on va essayer de faire aller ». JE DETESTE LE MOT ESSAYER. Parce que pour moi ça inclut que tu émets la possibilité que ça ne marche pas. Donc on discute, on discute. Et puis je reviens sur cette histoire de saignements après les rapports, moi j’y vais cash : « vous mouillez ou pas? » elle me dit que oui « c’est brutal ou pas? » elle me répond « non ça va il est tendre… ». Bon perso, ça peut être tendre pour toi et brutal pour moi mais bon. Et du coup en grosse meuf reloue je lui dis « mais ça va avec votre copain? » et elle me répond « il est parti la semaine dernière avec ma meilleure amie » BIM DANS MA FIGURE! Et elle a pleuré, en me disant que quand même elle avait honte de pleurer devant moi, qu’elle avait 37 ans, que c’était pas sa 1e déception, qu’un de ses ex est mort, qu’un autre l’avait déjà quittée pour une autre, et puis qu’elle avait peur de sortir de chez elle car elle ne veut pas les croiser et blablabla, on a parlé, j’ai remonté le moral qu’on m’avait moi-même remonté. Elle est partie en me disant : « au moins quand je passe cette porte, je me sens mieux« . J’ai souri…

J’ai reçu Mme I, je ne sais plus son âge. Une étoile que j’avais pas envie de faire, parce qu’elle ne comprenait pas un mot de français et que personne ne lui avait vraiment expliqué comment ça allait se passer. Attention, je fais mes étoiles tranquillou, c’est pas une question de « j’ai pas envie de le faire parce que ta tête me revient pas » loin de là, c’est plutôt « tu vas saigner la rage chez toi, tu as 3 enfants en bas âge, tu n’as pas tout compris de comment ça va se passer et je préfèrerai qu’un interprète soit là ». Bref on a pris un interprète par tel parce que pour le coup les étoiles j’ai du mal à mimer. Au final Mme I, elle voulait la méthode chirurgicale pour être sure sure sure que ce soit fini, elle est repartie avec un rdv le lendemain, elle m’a dit « MERCI » en français et j’ai souri…

J’ai vu ma collègue qui m’a exprimé son malaise via les étoiles…parce qu’elle trouvait que ça demandait trop d’implication de la part de tout le monde. Pendant 1h, j’ai donc parlé, expliqué les missions de là où je taf, le pourquoi du comment, de façon calme et posée, on a dédramatisé, elle m’a dit que c’était bien qu’on en parle, j’ai souri…

Ça c’est ce que je fais au quotidien, apaiser, rassurer, parler, faire sourire, faire rire, mais malheureusement ou heureusement je ne sais pas, je suis humaine, il y a des jours (pas beaucoup, en fait 1 à ce jour) où ça ne va pas, dans ma tête, dans ma vie, dans mon coeur, dans mon estomac et du coup, mes oreilles ne sont pas ouvertes, ma bouche n’a pas envie de parler, mes lèvres ne peuvent pas sourire et je n’ai plus AUCUNE PATIENCE et mes petites dames quand elles viennent, c’est pas pour des ordonnances, mais juste pour des MOTS BIENVEILLANTS et du TEMPS et si je ne suis pas en capacité de faire ÇA, ben je ne suis pas en capacité d’être un bon médecin et donc je reste sous la couette.

 

Ouais paraît qu’il faut savoir dissocier, compartimenter et tout, je suis tout à fait d’accord avec ça mais là j’ai pas su faire pour de vrai en continuant à donner autant de love au quotidien. Paraît aussi qu’il faut savoir accepter ses faiblesses et accueillir ses émotions. Parfois il faut savoir juste recharger ses batteries avant de reprendre la partie…

Peace!

 

 

 

2 réflexions au sujet de « La semaine dernière, j’ai pas été bossé (un jour) »

  1. Moi aussi il m’arrive parfois la même chose que toi, je ne suis pas dispo psychologiquement pour accueillir la parole des étudiants dont je suis chargée du suivi dans de bonnes conditions parce que j’ai des soucis perso, parce que j’ai mes règles (et que j’ai super mal au ventre et que ça va peut-être déborder…) bref c’est ça les métiers de l’humain et de la relation. Bises et merci pour ton blog je kiffe trop te lire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s