Quoi de neuf docteur?

« Merci de recevoir Melle C qui a besoin d’un certificat médical justifiant son absence scolaire du 11 au 14 septembre »

J’avoue que je n’ai pas trop l’esprit à écrire, parce que j’ai pas trop anticipé mes articles avec mes semaines de ouf et puis je m’en prends PLEIN les yeux en ce moment! #jmelaracontedeouf. Techniquement, pareil quand tu liras cet article, je serai loin, loin, loin, avec de grosses bèbêtes et toujours sans connexion (mais cette fois de mon plein gré pour juste kiffer ce que je vis)

IMG_2239.JPG
Maasaï Mara, Kenya, Septembre 2017

Quoi qu’il en soit, je voulais parler de quelque chose parce que c’est une demande assez fréquente ces derniers temps.

Depuis quelques années, un nouveau mot est apparu, je dis mot parce que la maladie en elle-même existait depuis bien plus longtemps.

Je parle du cancer qui ne tue pas, de cette pieuvre qui se répand dans ton corps pour te flinguer ta vie sans te mettre dans un cercueil (enfin…c’est relatif) :

L’ENDOMETRIOSE!

Je t’arrête tout de suite, je ne suis pas la plus experte pour en parler parce que j’ai moi-même fait des erreurs, parce que j’ai moi-même pas consulté, parce que j’ai moi-même dit des fois que « arffff on verra dans 6 mois« . J’ai demandé à des gens plus doué-es que moi d’en parler mais certain-es n’ont pas voulu, certain-es n’ont pas eu le temps, certain-es ne sont pas prêt-es et c’est leur droit. Quand je parle de gens plus doué-es que moi, je parle de gens qui en souffrent, de gens qui la vivent cette endométriose, des gens qui bossent réellement dedans.

Alors qu’est ce que c’est? 

Je t’ai déjà parlé de l’endomètre! cf « Et si j’ai pas mes règles, ça risque pas d’entraîner des maladies? » mais je te fais un rappel!

Dans l’utérus, il y a plusieurs composantes : un myomètre (muscle) qui se contracte et un endomètre (muqueuse) qui est faite pour accueillir les oeufs fécondés. En gros l’endomètriose c’est : AVOIR DE L’ENDOMETRE LÀ OÙ IL NE DEVRAIT PAS Y EN AVOIR (tes ovaires, ton colon, ton appendice, tes poumons…)

chap2_im10.png
M.UTERUS version ultra simplifiée, l’endomètre c’est le trait rouge

 

Le problème c’est que je t’ai expliqué que l’endomètre, ça pousse et ça tombe. C’est fait pour fonctionner comme ça…du coup ben peu importe où il est, il va faire pareil…

Du coup les symptômes  (en autres, je cite pas tout) c’est :

  • Des douleurs de règles : DYSMENORRHÉES (je le répète, avoir des règles qui te clouent au lit c’est pas normal!)
  • Des douleurs pendant les rapports sexuels : DYSPAREUNIE
  • Des douleurs qui durent et qui durent sans explication, des bidous qui souffrent
  • Des difficultés à uriner : DYSURIE
  • Des troubles du transit

Et puis en prime : une HYPOFERTILITÉ (endométriose = 1e cause d’hypofertilité, 1e cause de recours à la PMA = Procréation Médicalement Assistée ou AMP bref le truc qui te fait faire des bébés de façon un peu artificielle)

Pendant longtemps, on a ignoré cette maladie, parce que bof ça devait arranger tout le monde et puis parce que les femmes « sont résistantes à la douleur« , parce que « les règles ça fait mal« , parce que « même si t’as mal pendant les rapports, ben serre les dents et fais plaiz à ton mec« .

Et puis on s’est rendu compte que ben mince, ça correspondait quand même à 10-15% des femmes en âge de procréer (oui parce que quand tu es ménopausée, endomètre il n’y a plus vraiment donc plus de douleur etc…), que c’était quand même la 1e cause d’absentéisme scolaire des filles et 1e cause d’arrêt de travail des femmes. Et puis il y a eu toutes les stars qui en ont enfin parlé, de leurs difficultés à avoir des gamins, des opérations, des vies gâchées et du coup on en a parlé et c’était cool!

Malgré tout, on est pas doué, on sait pas bien faire. 10-15% je pense que c’est une sous estimation, parce que le diagnostic n’est pas facile, à l’examen clinique hormis l’interrogatoire ya quasiment rien, à l’imagerie : l’échographie normale ne veut rien dire et les IRM ne sont pas encore suffisamment accessibles (sans parler de certains radiologues pas compétents ou qui ne savent pas ou qui ne cherchent pas mais chuuuuut on critique pas trop les confrères).

Quant aux traitements, on progresse, mais c’est pas parfait. Les traitements hormonaux ne sont pas anodins, les chirurgies n’enlèvent pas tout et puis surtout avant d’en arriver là, tu en auras chier pendant X années (On dit 10 mais je pense plus honnêtement encore)

Mais d’où ça vient encore cette cochonnerie?

Ben bonne question…ya plusieurs théories bien fumeuses donc je ne vais pas en parler mais les perturbateurs endocriniens, les dioxines, PCB, Polluants organiques persistants, les pesticides sont GRANDEMENT MONTRÉS DU DOIGT.

Ce qui a formellement été prouvé par contre c’est le côté génétique : avoir une mère atteinte, fais que tu as 10 fois plus de chances (« chance… »), d’avoir une endométriose que les autres femmes, si c’est ta soeur c’est 6 fois.

L’endométriose franchement je connaissais de LOIN! Parce que dans mes bouquins de la fac, on en parlait vaguement, c’était « pas encore en VOGUE« , parce que pendant mon internat, mon stage de gynécologie c’était déjà en planification. Et puis j’ai reçu une claque en pleine figure quand j’ai vu ma pote sur un lit d’hôpital, seule, avec un tuyau dans le nez, un tuyau pour pisser et une poche pour le reste, à la suite de son opération. Elle allait avoir 29 ans, je la connaissais depuis ses 16 ans et ouais elle manquait les cours au lycée, ouais elle venait pas des fois à la plage avec nous parce qu’elle avait mal, mais on se disait que « c’était normal« .

Alors j’ai commencé à me renseigner un peu, à lire des articles, il y a plein de travaux en cours. Mais au final, j’étais marquée uniquement par toutes ces vies entachées, par tous ces moments gâchés par les douleurs, par ce truc qui te parcourt et qui te pourrit, par toutes ces femmes perdues dans des parcours de PMA, par toutes ces femmes qui ont pris des dizaines de kilos à cause des hormones, par toutes ces cicatrices physiques, psychologiques et de vie.

Depuis c’est vraiment pas parfait parce que sur toutes les dames que je vois, j’en ai réellement diagnostiqué que 2 (et j’en vois pas mal des dames quand même). Mais j’y pense et j’ai des antennes qui commencent à se déployer doucement.

Alors même si pour toi c’est « NORMAL » que tu ne puisses pas bouger de ton lit pendant 3 jours, que tu aies des douleurs cheloues depuis des années, que tu as peur d’avoir mal pendant tes rapports sexuels, CONSULTE parce que jte le dis : C’EST PAS NORMAL!!!

PS: Je dresse un tableau assez sombre, il existe quand même des traitements, c’est comme je dis pas parfait mais ça améliore quand même ta qualité de vie dans pas mal de cas. Ah pareil y’a plusieurs stades, t’es pas obligée de tout avoir, donc même si t’as qu’un tout petit doute: CONSULTE!
PS2 : Merci à Ma Sam d’avoir changé ma vie

 

Quoi de neuf docteur?

Fais péter la jupe!

Ceci est un individu qui banalise son zgueg lol

 

Au moment où cet article sera publié et où d’ailleurs tu liras très certainement cet article, je serai loin, loin, loin, sans téléphone, sans internet, entourée de la nature et de grosses bèbêtes!

La semaine dernière, je suis allée voir ma podologue #jracontemalife , parce que j’ai une hyperkératose plantaire, j’ai un ongle qui s’est décollé parce que je me cogne les pieds et parce qu’elle me fait de la réflexologie plantaire à chaque crise de migraine.

Vu que je la vois souvent (à cause des migraines), elle a commencé à me demander ma life, genre j’ai quel âge et puis surtout ce que je fais dans la vie.

J’ai pas menti, parce que je savais pertinemment que ça ne changerait pas son comportement avec moi. « Je fais de la gynécologie dans la vie » et là elle m’a fait « Waouaw super, tu as lu Le Choeur des Femmes ? » J’ai répondu Oui. Martin Winckler, c’est juste mon mentor en fait. Je suis quasiment toujours d’accord avec lui et si je le croisais je lui dirai juste « je suis fan de tout ce que vous faites » . Tu peux googleliser en toute tranquilité le « nom » (parce que c’est un pseudonyme) de ce monsieur.

Bref Martin, c’est pas le sujet du jour

Et donc ma podologue m’explique que ce livre a changé son mode d’exercice, parce que même si elle ne voit que des pieds elle s’est rendue compte que son rapport au corps était particulier.

Et j’ai réfléchi au mien…

Mon corps, je l’aime, mon corps c’est mon outil de taf, c’est mon outil de loisir, c’est mon mode d’expression, mais surtout mon corps maintenant je m’en fous royalement…je le montre, je l’expose…

Je lui ai fait voir les 400 coups, je lui ai fait mal, je l’ai maltraité, je lui en ai voulu, voulu d’être trop gros, trop maigre, de me donner trop de seins, pas assez de fesses, pas de thigh gap, pas de hanches voluptueuses, d’être trop petit, et j’en passe…

La période la plus dure n’a pas été l’adolescence, ça a été après! Plus précisément quand j’ai commencé médecine. En P1, j’avais conclu que manger était une perte de temps et que pendant que les autres mangeraient, moi ben je réviserai…(tarée va! t’es pas obligée de t’affamer pour réussir, j’avais aussi conclu que dormir était une perte de temps lol), au final j’ai fini avec 36 kg à 18 ans, des cernes de 3km et 1 année de sommeil à rattraper. Et puis à ce moment là j’avais genre une estime de moi catastrophique parce que je m’étais coupée du monde. Donc je me suis faite du mal, des excès en tout genre…

Et puis en 4e année, on a commencé les stages d’externat, où tu vois des corps partout, tout le temps, où tu dois te changer dans des vestiaires mixtes pour mettre des tenues de bloc, de réa, d’urgence, où tu vois des seins, des fesses, des pénis, des vulves, des cerveaux à l’air libre, bref tu vois de tout (même des corps entiers en salle de dissection ou en service de médecine légale). Une banalisation à l’extrême…Un jour avec mon super co-externe (oui Y-M je parle de toi), on en est arrivés à parler de ce qu’on allait manger à midi pendant une coloscopie (caméra dans le colon de quelqu’un…où tu vois ben le colon et puis tous les résidus qui trainent autrement appelés caca) et on a hésité entre SubWay ou McDo. Et depuis mon corps à moi, ben ça n’a plus été qu’une enveloppe charnelle. Je me déshabille sans aucun pb, sans pudeur, pas parce que je m’assume parce que je m’en fiche, après tout ce n’était qu’un corps! (Bon je m’assume aussi hein depuis)

Le problème c’est que du coup, ben « nous » professionnels de santé, on a un peu tendance à banaliser le corps, à croire que tout le monde est à l’aise, qu’on peut tout lui demander à ce corps : de se déshabiller (et vite svp), de s’ouvrir, de se mettre dans des positions cheloues, parce qu’on est habitué-es à les voir comme ça.

Alors je m’excuse pour moi-même et pour tous mes collègues qui n’ont vu vos corps QUE comme des corps et pas comme votre enveloppe intime qu’il vous était difficile de montrer.

Tous les jours où je taffe, j’ai au moins une fois une remarque du style :

  • je ne sais pas comment vous faîtes
  • c’est dur quand même votre travail
  • moi je ne pourrai pas faire ça
  • mais vous n’en avez pas marre de voir des femmes nues toute la journée

Ben non c’est pas dur, j’en ai pas marre de voir des femmes nues toute la journée, je ne vais pas dire que j’adore ça parce que ce serait chelou, mais j’adore mon métier et vu que ben le corps est banalisé, voir des vulves, des lèvres, des périnés, des clitos, des vagins, des cols de l’utérus, des poils, des cuisses, des règles, des pertes…ben c’est banal! Toi tu vois des dossiers, des courriers, des mails toute la journée ben moi je vois des organes génitaux féminins toute la journée et c’est pareil que toi! J’avais déjà dit dans « Désolée, j’ai pas eu le temps de m’épiler » , qu’en fait j’étais incapable de dire combien de dames épilées ou pas j’avais vu, parce que ben je ne les vois même plus à force…ben tkt j’ai oublié ton vagin dès que tu franchis la porte 🙂 et promis, je ne passe pas ma journée à les décrire à mes potos.

Du coup j’ai piqué une petite astuce de Martin : Faire venir en consultation de gynéco en jupe, comme ça tu ne retires que ta culotte pour « le bas » et t’es pas obligée d’être face à ton corps avec lequel tu as ton propre rapport, parce que tu n’es pas forcément à l’aise, parce que pour toi ton corps n’est peut-être pas qu’une enveloppe charnelle, parce que peut-être que tu n’as pas envie de le voir toi!

Alors FAIS PÉTER TA JUPE! Et je m’occupe du reste! Ah et puis venez comme vous êtes (non chui pas sponso par McDo)

PS: Inutile de me proposer un shooting nu, c’est déjà en cours de réflexion 😎 lol.

Mes petits kiffs

Happy B-Day

IMG_2985
Sainte-Luce, Martinique, Août 2017

Bon ok j’ai vieilli! Il y a quelques semaines, c’était mon anniversaire et celui du blog d’ailleurs. Et c’était cool. On a bien fêté ça avec les potos et le Moun. J’ai mis une semaine à m’en remettre et puis c’était reparti pour une année supplémentaire et puis ma rentrée.

Parce que ouais chui une meuf de fin d’août donc en général, pas longtemps après faut prendre des résolutions pour la nouvelle année sco.

Cette année du coup quelques modifs :

  • Le blog sera toujours actif avec un article « Quoi de neuf docteur? » tous les mercredis à 18h01, un article « Silent Sunday » tous les dimanches 18h01, un article « Glog trott » après chaque voyage que j’estime intéressant et puis un article « mes petits kiffs » ben quand j’ai des kiffs spontanés
  • Je continue mon super job comme d’habitude
  • Je continue la danse de façon juste moins intensive, adieu la « Thérapie » des fesses pour plein de raisons dont l’oppression mais par contre tu me verras toujours en talons au Beyoncé Style de JP Chandler et à son cours de dancehall
  • Je m’investis dans l’associatif mais je t’en reparlerai prochainement
  • Je rédige maintenant des fiches de vulgarisation médicale
  • Je continue de répandre du love, du peace, du safe autour de moi autant que possible
  • J’ai prévu aussi de m’investir plus dans le monde du FEMINISME (oulala le gros mot)
  • Je vais continuer à parler du CLITORIS parce que c’est important, parce que je kiffe le clitoris et parce que ça vous fait du bien
  • Je prévois aussi d’aller toujours aussi bien 🙂 voire plus encore

Voilà c’est à peu près tout, n’hésite toujours pas à faire des suggestions d’articles, à partager avec moi tes petites histoires (sous couvert d’anonymat ou pas), à liker, à regarder, à partager tout ça, tout ça.

Peace!

Quoi de neuf docteur?

Euh…Mais en fait NON

Non cet article ne parlera pas de clito, désolée! Je sais, je sais, j’ai une réput à tenir et en plus vu les stats quotidiennes de ce fameux article  Le clito, faut le chercher! forcément un jour il y aura une suite!

IMG_1484
Ile-De-France, Septembre 2017

J’ai eu une journée à thème aujourd’hui même (jour de rédaction) , today on m’a dit : MERCI. J’ai pas vu grand monde parce qu’avec la rentrée des classes, je peux tout à fait comprendre que tu aies forget de venir te faire trifouiller le col de l’utérus and co. Mais toutes les patientes que j’ai vu m’ont dit MERCI. Ça arrive souvent en général mais bon today en fait ça n’a pas eu le même écho dans ma tête.

Oui parce qu’en ce moment, il y a un truc « à la mode » ce sont les VIOLENCES GYNECOLOGIQUES. On en parle, on en parle, et plus on en parle et plus il y a des trucs à raconter…

Je n’estime pas être parfaite, loin de làààààà! D’ailleurs j’oublie des trucs, heureusement que j’ai des collègues, des fois je fais la gueule, des fois j’ai la migraine, des fois j’ai mal dormi, des fois ça me saoule aussi, des fois je perds patience un peu (chui humaine quand même). Mais j’essaie de rendre ça le moins désagréable possible, parce que je sais ce que c’est et puis parce que je pars du principe QUE JE SUIS LÀ POUR TE RENDRE SERVICE! J’impose RIEN, j’exige RIEN! Et si quelque chose te dérange, ben tu peux me le dire!

Aujourd’hui, une patiente que j’ai vu pour la 2e fois m’a dit MERCI de ne pas l’avoir obligée à prendre un moyen de contraception malgré l’avis de son rhumato qui lui a expliqué qu’avec le traitement qu’elle prenait il fallait OBLIGATOIREMENT UNE PILULE AVEC. Sauf que ma patiente…ben elle n’a pas de mec…elle n’a jamais eu de rapport sexuel…donc j’ai négocié…j’ai prescris en lui expliquant quand la commencer si elle rencontrait l’amour demain. Elle a ri et m’a dit merci de ne pas lui foutre des hormones pour rien.

Une autre patiente que je voyais pour la 1e fois, voulait absolument que sa fille rentre dans le bureau avec elle. J’ai insisté pour la voir seule quand même. On a parlé pendant 1h et à la fin, elle m’a dit merci de l’avoir écoutée et d’avoir insisté pour la recevoir seule parce que c’était la 1ere fois qu’elle arrivait à VERBALISER d’elle même qu’elle avait peur d’avoir un cancer et désirait une mastectomie prophylactique.

Une autre patiente que je vois de façon régulière m’a remerciée de ne pas lui avoir fait le frottis aujourd’hui parce qu’elle était en train de rattraper ses jours de carence du Ramadan.

Une autre patiente m’a remerciée de lui avoir retiré son implant qui la faisait saigner depuis 1 an et que PERSONNE n’a voulu retirer jusqu’à présent…

Et puis à un moment j’ai dit NON. Je ne veux plus de MERCI pour des choses qui sont NORMALES. On ne devrait pas me remercier de faire mon taf de façon à peu près correcte, non on devrait foutre des procès aux connards et connasses qui font n’importe quoi!

Du coup je vais te raconter comment se passe ma consultation en général.

  • J’ouvre la porte du bureau avec au moins 15 min de retard (soit parce que j’ai eu du mal à me lever mais tkt à un moment je rattrape, soit parce que je viens de discuter avec une patiente d’un truc qui l’embêtait, soit parce que la patiente d’avant était en retard, NON ça ne m’amuse pas et ce n’est pas parce que je glande sur FB).
  • Je prends le dossier et j’appelle la madame en question qui du coup rentre.
  • Je ne serre jamais la main, 1. parce que j’ai un peu des tocs niveau hygiène 2. parce que j’ai aussi un peu de mal avec certains contacts physiques.
  • La madame pose ses fesses sur une chaise en face du bureau (j’ai jamais compris les délires des chaises de travers, ou de mettre directement les gens sur les tables d’examens…) je pose aussi les miennes sur ma chaise.
  • J’ouvre le dossier, on vérifie l’identité et là en général la madame a très envie de parler mais je l’arrête parce que je sais que sinon je vais oublier de remplir le dossier administratif donc je fais « on remplit d’abord le dossier et après on discutera » avec un petit smile.
  • Je demande les « soucis de santé« , les « maladies » (le mot ANTECEDENT ça parle pas tjr), je cite « diabète, tension, cholestérol, migraine… »), je demande s’il y a eu des « chirurgies, opérations« , des « allergies », des « gens malades dans la famille »
  • Si elle fume, je demande « QUOI et COMBIEN« , comme ça s’il y a du cannabis, elle le dit, et s’il n’y en a pas, elle me donne la marque de ses cigarette (parce que la phrase « ET VOUS PRENEZ DE LA DROGUE? » c’est pas terrible)
  • Puis on passe à la gynécologie pure : âge des premières règles, régularités, durée, douleur, s’il y a eu des infections, des kystes, des fibromes…
  • Puis « les enfants » cf ceux qui sont nés et puis les « autres grossesses« , les « bébés morts« , les « grossesses qu’on ne veut pas« 
  • Je pose la question des « violences »  : « est ce qu’on vous a déjà fait du mal dans votre vie? frappée, harcelée, violée? » , en fonction de la madame, on parle aussi de son clitoris (techniquement tu sais pourquoi)
  • Et puis les dernières questions : « date de vos dernières règles » « vous avez déjà fait des frottis dans votre vie » (SI ELLE A PLUS DE 25 ANS) et puis « ALORS QU’EST QUI VOUS AMENE? » ou « QU’EST CE QUI VOUS ARRIVE?  » ou « QU’EST CE QUE JE PEUX FAIRE POUR VOUS? » ou « ALORS POURQUOI VOUS VENEZ?« 
  • Et puis après on passe à la consultation du jour et je laisse parler. Longtemps souvent…je n’interrompt pas (ou très rarement) et une fois que c’est fini, ben je souris (parce que ça sert à rien de tirer la TRONCHE). C’est cette partie qui conditionne en fait la vraie durée de ma consultation. Des fois je déborde mais je m’en fous parce que ce qui compte à ce moment précis c’est la personne que j’ai en face de moi, donc je lui accorde le temps nécessaire.
  • EN FONCTION DU MOTIF DE CONSULTATION, j’examine. Et ouais j’examine pas tout le temps, pas toutes les dames, j’embête pas si c’est pas nécessaire. Les examens je les fais pour 4 raisons : si la patiente me le demande (oui ça arrive), s’il faut faire un frottis, s’il y a des symptômes, lors des examens annuels techniquement. En vrai ça varie beaucoup, parce que si la madame ne veut pas à ce moment, parce qu’elle n’est pas prête, parce qu’elle a ses règles et que ça la gêne (parce qu’on peut tout à fait examiner avec les règles, par contre on ne peut pas faire le frottis), parce qu’elle est pressée, parce que ci, parce que ça ben je ne le fais PAS. Je lui dis ce qui est recommandé, je lui dis qu’on peut se donner le temps, qu’elle peut revenir quand elle se sentira prête.
  • Du coup now on passe à l’examen…alors déjà j’explique comment ça va se passer : 2 temps : LES SEINS (on oublie trop souvent les boobs) puis « LE BAS ». En pratique je commence par « LE BAS » parce que du coup je demande à ce qu’elle ne RETIRE QUE LE BAS voire que LA CULOTTE si elle a une jupe/robe. Pour 3 raisons : 1.MOI ça me met déjà mal à l’aise d’avoir une dame entièrement nue, donc j’ose même pas imaginer pour elle. 2. Il fait tjr bien froid dans mon bureau 3. Non ça ne fait pas gagner du temps de faire déshabiller entièrement la dame…Puis elle s’installe sur une table pas très pratique pour elle, elle pose ses pieds dans les « étriers », se met en position naturelle de « grenouille »et je lui demande d’avancer vers moi si possible et de bien mettre ses fesses « dans » la table. Là je prends un gentil spéculum (j’ai passé le moment où je me lave 10 fois les mains etc…), que je lui montre, et je mets une demi-tonne de lubrifiant (même si frottis, ça passe avec mon labo donc je me gène pas). Je demande de respirer et surtout de me dire si ça va ou pas. Et let’s go (non je ne montre pas à la madame son col de l’utérus, parce que j’ai pas de miroir, mais je pourrai). Puis vient le TOUCHER VAGINAL. (je passe aussi l’épisode où certains docs prennent uniquement un doigtier et ne mettent pas de gant sur l’autre main…chacun son délire). Toujours avec des gants, toujours avec du lubrifiant, j’explique et let’s go.
  • Puis je DEMANDE à la madame de remettre sa culotte et d’enlever le HAUT, soutien gorge compris parce que sinon perso j’arrive pas.
  • Elle se réinstalle sur le table , sans écarter les jambes et je palpe en expliquant pourquoi là, pourquoi comme ça.
  • Et je lui dis qu’elle peut se rhabiller
  • ET là on fait la paperasse chiante…
  • Techniquement il faut que je pèse les madames, que je prenne la tension, mais dans 2 centres, on me le fait et le 3e ben des fois j’oublie avec tout ça…MEA CULPA
  • Après on rediscute et je demande si je peux « FAIRE AUTRE CHOSE POUR VOUS » ou « S’IL VOUS FALLAIT AUTRE CHOSE« 
  • On ouvre la porte (et j’ai 2 dossiers déjà prêts en attente), on fixe le prochain RDV si besoin et c’est reparti pour un tour.

Donc non ne me dis pas merci parce que je t’écoute, parce que je prends du temps, parce que je t’explique, parce que je suis là pour toi. Parce que c’est mon taf et que FUCK ceux qui le font autrement, on les emmerde! Chui pas parfaite j’insiste bien, mais j’essaie de m’améliorer au quotidien et même si la perfection n’existe pas…ben ça n’empêche pas d’essayer!

Peace! et stp #NEPAYEPASTAGYNECO

(d’ailleurs t’as des consults gratuites de gynécologie dans les centres de PMI et de Planification familiale, jdis ça, jdis rien, c’est pas en fonction des ressources, c’est pour tout le monde, plutôt que d’aller payer une gynéco secteur 2 pas gentille avec des délais de 3 mois…)