Glob trott

Lisboaa

IMG_0253
Lisbonne, Mai 2017

Lisbonne mon amour, prends moi et ne me ramène pas!

Lisbonne je connaissais, j’y étais allée en 2013 et j’avais détesté, un bien long week end en mauvaise compagnie…

Partir seule je ne l’avais jamais fait et je dois vous avouer que ça me faisait flipper. Et puis au retour de mon voyage de Bali, j’ai réellement pensé que je devrai abandonner ma passion du voyage parce que je n’avais plus personne pour partir avec moi.

Que nenni!

15 jours posés, des plans à gogo, pas une tune (oui un médecin fauché ça existe lol) et puis bim bam boum pourquoi pas Lisbonne?

Billets checkés sur Vueling, un bon plan d’hébergement chez des copains, un gros craquage pour acheter un reflex (mon rêve depuis lgt mais 2017 c’est mon année faut croire).

Du coup je vous ai emmenés avec moi, let’s go! 5 jours absolument non organisés en solo et en sac à dos pour me perdre dans une ville, mon appareil photo et moi…

J1: Décollage à 6h40 avec la compagnie Vueling, bien sur ça piquait…au bout de 2h30 environ, me voici arrivée en vacances. Un taxi pour rejoindre le centre ville et mon lieu d’hébergement.

Après m’être posée, avoir mangé des brochettes de dinde, nous voilà partis mon appareil et moi à la découverte de Lisbonne.

IMG_0343
Lisbonne, Mai 2017

Tram 28, Castelo São Jorge, multiples miradouros afin de mitrailler cette ville en bonne et due forme. Au détour de ruelles, les premières guirlandes annonçant la Fête de La Sardine du mois de Juin sont déjà installées. Un petit tour Praça Do Comércio (place du commerce) et les avenues commerçantes jusqu’à Rossio, qq euros claqués dans une gelato

IMG_0340
Lisbonne, Mai 2017

(comme d’hab, on ne juge pas) et des nouvelles culottes et me voici arrivée au bout de presque 15km. Tout ce que j’avais fait en 5 jours il y a 4 ans, je l’ai fait en une journée.

IMG_0935
Lisbonne, Mai 2017

Nombre de km : 13,35

 

 

J2: J’étais bien décidée à découvrir de nouveaux recoins. Du coup direction Cascais en train. Petite station balnéaire fort sympatique qui permet de se poser tranquillement sur la plage avec un bouquin. Qui dit mer dit…fruits de mer et c’est avec l’estomac vide que j’ai foncé dans un plat de spaghetti aux crevettes. Sur le chemin du retour j’étais tellement émerveillée par les paysages que je me suis stoppée à Estoril (histoire de 2-3 photos) puis de Belém.

Belém c’est toute une histoire, il y a plein de choses à voir mais surtout beaucoup de Pastéis à manger!

IMG_0623
Belém, Mai 2017

Nombre de km : 11,59

J3: Toujours dans ma lancée, j’ai pris la navette fluviale pour Calcilhas et le fameaux Cristo Rei sous une pluie battante et un vent à me faire tomber…après avoir mangé, qui dit pluie dit musée! Et vu ma nouvelle passion pour les carreaux quoi de mieux que le  Musée des Azulejos. Je vous déconseille d’y aller à pied mais c’est une pure merveille pour les yeux, de la faience, des carreaux, un régal!

IMG_0857
Calcilhas, Mai 2017

Après avoir mangé des grillades pour ne pas changer, j’ai découvert le Time Out Market Lisboa the place to be, the place to eat, the place to drink. Imaginez un endroit couvert, avec une ambiance musicale et tout type de nourriture à votre disposition à prix abordable, tt ça centré par de grandes tables où se côtoient bières, desserts, tout âge et tout style!

IMG_0888
Calcilhas, Mai 2017

Nombre de km: 15,72

J4: Je quitte Lisbonne pour Sintra à 45 min. Un havre de paix entre nature et architecture. À Sintra, j’ai jeté mon dévolu sur Le Parque e Palácio de Monserrate…et franchement j’ai rarement été autant ébahie par des fleurs…Dans ce parc, je me suis sentie au Portugal, au Brésil, au Mexique, mais alors dans le Palais c’était les mille et une nuit…De loin j’ai pris des photos du Palais de Pena. Étant en voiture, j’ai aterri à Cabo Da Roca, la pointe la plus occidentale du continent européen. Puis la côte histoire de voir des falaises et puis re Belém parce que je suis gourmande en vacances…

Nombre de km: 8,96

IMG_1188

Sintra, Mai 2017

 

IMG_0574
Cascais, Mai 2017

J5: J’ai décidé de me poser un peu…le programme initial était de flâner au soleil dans un parc…au final ben j’ai marché…Assemblée – visite d’églises – Miradouro Santa Catarina – Príncipe rei – puis redescente sur Rossio – Praça do Comércio, j’ai finalement trainé dans un parc près du Musée Archéologique Do Carmo avec 2 musiciens qui ont bercé mes tendres oreilles pendant que j’écrivais des cartes postales aux copains. J’ai continué à prendre en photos des azulejos, toujours pas droits mais en fait de base ILS NE SONT PAS DROITS, parce que j’adore ça. Puis une dernière glace au Time Market, une dernière sardine et une dernière soirée dans cette belle ville de Lisbonne.

Nombre de km : 13,56

IMG_1368
Cabo Da Roca, Mai 2017

J6: Direction La Feira Da Ladra alias le marché des voleurs : immense marché aux puces où peu importe le type d’objet que tu collectionnes, tu trouveras ton bonheur. Ayant lu La magie du rangement de Marie Kondō, j’ai résisté à tout achat. J’avais des pastéis à ramener donc bon vous imaginez où je me suis rendue. J’ai profité des derniers rayons de soleil pour me poser en terrasse et juste kiffer l’instant présent. Puis un Uber et j’étais à l’aéroport. Presque 3h30 plus tard j’étais dans mon appartement le sourire aux lèvres.

Nombre de km : 8,74

Lisbonne, je ne t’aimais pas et là je suis tombée en amour. En regardant mes photos je me suis demandée pourquoi je prenais en photos tous tes carreaux éclatés, tous tes murs abîmés…ben tout simplement parce que malgré tes cicatrices ben tu es belle, malgré tes cicatrices tu es toujours là, malgré tes cicatrices tu es forte et grâce à toi, je suis en paix avec les miennes…

IMG_0949
Lisbonne, Mai 2017

En résumé :


Un prix : à tout casser entre l’avion, ce que j’ai mangé et mes nouvelles culottes : 300€

Une vue : Il y a plein de points de vue à Lisbonne donc à peu près tous mais j’avoue avoir beaucoup mitraillé depuis Graça! Tu peux prendre le Castelo, le pont du 25 avril et le Cristo Rei en une seule prise.

Un endroit à visiter : Le parc Monserra à Sintra ou le Musée des Azulejos 

Un endroit pour se reposer : Lisbonne renferme de nombreux parcs, jardins à tout coin de rue mais j’avoue avoir pas mal pioncé au Jardim de Belém.

Un endroit si tu aimes manger la nuit et boire une bonne bière : Time Out Market Lisboa

Un plat à manger : Des pastéis 

Un kilomètre : 72 à tout casser

Un mot : ENJOY

IMG_0155
Lisbonne, Mai 2017

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quoi de neuf docteur?

Madame G

IMG_0177
Lisbonne, Mai 2017

Madame G, je ne l’ai pas encore vue beaucoup beaucoup de fois mais quand on m’a demandé si elle retournait dans sa PMI d’avant, j’ai pu répondre avec une grande certitude que non.

J’ai vu Madame G sur une de mes étoiles. Mes étoiles ce sont mes créneaux d’IVG (ouais j’ai des créneaux IVG, je suis une nana super méga bien organisée lol c’est absolument pas vrai, par contre j’ai des amours de collègues bref, oui je fais des IVG et non j’ai pas de cas de conscience encore une fois). J’étais pas au courant, patiente pas connue…42 ans…2 enfants je crois…bon, elle rentre dans le cabinet et là elle commence à parler :

  • C’est pas le moment
  • C’était pas la bonne personne
  • Je suis en cours de formation
  • Je ne vais pas bien en ce moment
  • J’ai 42 ans

Les histoires d’IVG, c’est toujours un peu bizarre, les histoires de gynécologie tout court en fait c’est toujours bizarre…

Qd tu manges, tu n’expliques pas au livreur de pizza POURQUOI TU COMMANDES UNE PIZZA et ben pour tout ce qui est gynécologie les gens se sentent obligés de se justifier :

  • je veux une contraception parce que j’ai un copain,
  • je veux faire un dépistage parce que je veux arrêter le préservatif,
  • je veux faire une IVG parce que c’est pas le moment…

Ben je n’aime pas quand les gens se justifient comme s’ils faisaient quelque chose de mal! Si j’ai besoin d’une explication qui pourrait orienter mes prescriptions je pose la question

  • Avez-vous fait les dépistages avant d’arrêter le préservatif si vous voulez un autre mode de contraception?
  • Avez-vous eu des rapports sexuels non protégés et si oui quand?

Si tu viens me voir a priori c’est que tu as une sexualité (c’est bien) et que tu t’en préoccupes (et c’est TRES BIEN), je ne JUGE PERSONNE! Je suis pour l’épanouissement des gens que ça passe par le sexe, la maternité ou juste discuter, sache le!!

Mais alors pour les IVG, ça m’irrite encore plus parce que il n’y a aucune explication à avoir, la seule chose que je demande c’est s’il y a eu un échec de contraception point, après le pourquoi du comment, si t’as rompu, si tu ne veux pas d’enfant now ou never, si tu n’as pas de sous pr l’élever, tout ça… CA NE CONDITIONNE PAS SI ON TE LE FERA OU PAS et si un professionnel a besoin de ta justification pour te dire s’il est ok ou pas, contacte DIRECT LE CONSEIL DE L’ORDRE DES MEDECINS, les pseudos cas de conscience des connards là c’est bon yen a marre! (oui tu comprendras que j’en ai marre)

Bon après BIEN SUR, je propose systématiquement les dépistages IST, M’AGRESSE PAS! Tkt elle l’aura son écouvillon et sa prise de sang.

Donc Madame G m’explique pourquoi elle veut faire une IVG avec tellement d’insistance que je lui dis : « Mais Madame G, pourquoi vous vous justifiez? il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises raisons pour faire une IVG, la seule chose qui compte est que vous ayez fait votre choix »

Madame G a pleuré, elle a pleuré longtemps, elle a fait coulé son mascara, elle s’est frottée les lèvres, il y avait du rouge à lèvre partout sur ses joues. Elle m’explique qu’elle va mal, qu’elle ne parle pas à sa mère, que sa fille s’est fâchée contre elle et puis surtout qu’elle ne « tombe que sur des connards »…

Elle m’explique qu’elle a été mariée à un mec qui la frappait, qu’elle a divorcé, qu’elle a besoin d’affection, qu’elle traine sur les sites de rencontre, qu’elle se fâche avec beaucoup de gens parce qu’elle est très sensible et ne supporte pas le mensonge…beaucoup beaucoup de choses. Tout la famille a été mentionnée…sauf…le père.

Je note dans ma tête : évoquer le père…et ça lève mes antennes mais elle est tellement mal que je décide d’en parler une prochaine fois.

On fait l’étoile. Je lui pose un DIU à un 2e RDV (parler de violences, pendant que je trifouille le col de l’utérus c’était pas non plus une bonne idée donc j’ai rien dit) et elle revient me voir pour la surveillance…elle me parle encore de beaucoup beaucoup de choses et puis la question :

« Est-ce que vous pensez que la peur peut vous faire inventer des choses quand vous êtes enfant? »

Je lui demande donc de détailler un peu le contexte et là…

« Quand j’étais petite, on a trouvé des saletés dans ma culotte »

Il était là, le fameux père…en fait les saletés c’était du gonocoque…à 8 ans forcément ya un problème (le gonocoque c’est une bactérie qui aterrit dans ta culotte que si on l’y met c’est une Infection Sexuellement Transmissible. Donc forcément à 8 ans, j’te fais pas de dessin). Ya un problème aussi quand enfant, tu touches le sexe de tes copines pour leur expliquer comment on te fait le soir…ya un problème aussi quand à 42 ans quand tu entends le mot « père » tu pleures.

La peur ne fait pas inventer des choses, elle fait oublier des souvenirs traumatisants mais après il reste la MEMOIRE TRAUMATIQUE! C’est à dire qu’un stimuli quelconque peut te remettre dans l’état dans lequel tu étais quand tu as eu peur/mal etc…quand on t’a abîmé…

J’ai l’exemple d’une dame qui pleurait dès qu’elle sentait l’odeur des pâtes au beurre…parce que quand c’était pâtes au beurre, c’était que c’était son père qui cuisinait et donc qu’il n’y avait pas sa mère à la maison et que du coup on lui baisserait sa culotte. Ou une autre qui ne pouvait pas passer devant une brique, dès qu’elle en voyait une, elle se figeait, pleurait…parce que la petite cabane où son oncle l’emmenait était en briques…

Ce jour là avec Madame G, on a mis le mot : « inceste » pour la première fois, viol/attouchements on ne sait pas encore…

Quand elle est sortie, elle m’a dit « merci », merci de l’avoir fait pleurer, merci de l’avoir écoutée, merci de ne pas l’avoir prise pour une menteuse, une folle, merci d’avoir été là dans les moments difficiles, l’étoile, le diu, l’inceste. Je ne lui ai pas dit « de rien » parce que je sais que pour elle, ce n’était pas rien. J’ai juste dit « à bientôt » et elle a souri.

On a tellement parlé que j’ai oublié de l’inscrire dans le dossier mais de toute façon Madame G je ne l’oublierai pas et puis elle reviendra…


IVG = Interruption Volontaire de Grossesse

IST = Infection Sexuellement Transmissible

Quoi de neuf docteur?

Lettre à Louise

IMG_7900
Chambon-La-Forêt, Avril 2017

« Louise, ça aurait pu être elle, toi ou moi…

Mais Louise c’était ma copine, une bonne copine, une très bonne copine.

Et puis Louise avait un copain…un mec plus vieux qui lui faisait croire qu’elle était grande et spéciale, qui lui mettait des étoiles plein les yeux et des papillons plein le ventre.

Louise n’a pas vraiment écouté ses copains ni sa famille quand tout le monde lui a dit que c’était pas safe qu’il la frappe quand elle mettait des jupes.

Et puis Louise a eu 16 ans, elle s’est émancipée et elle est partie vivre avec son « Grand Connard »

J’ai pas eu de nouvelles de Louise pendant longtemps et puis j’ai appris que Louise s’était mariée à 20 ans.

J’ai aussi appris que Louise avait lâché l’école, les études tout ça.

Et puis un jour, Louise a fini aux urgences pour « traumatisme crânien » mais en fait c’était plutôt pour « défonçage de crâne à coups de pieds ».

Louise est morte à 22 ans, j’avais 22 ans.

Des Louises j’en ai rencontré d’autres…Des femmes abîmées par la vie, abîmées par les coups, abîmées par les hommes.

La violence conjugale, je la côtoies tous les jours, ça commence doucement, tu la vois pas c’est des remarques, des critiques, des insultes et puis ça dégénère, ça cogne, ça s’excuse et ça recommence…

Partir c’est pas facile et pour certaines c’est impossible parce qu’elles n’ont rien, parce qu’il y a les enfants, parce qu’il y a ce qu’on appelle l’emprise…tu sais cet élastique qui fait que tu reviens toujours vers ce qui te fait du mal…

Et puis y’a cette bonne vieille culpabilité : « ouais mais je l’ai bien cherché » « ouais mais il était fatigué » « ouais mais il est gentil avec les enfants »

Ahh les enfants…ça me fait penser à une affiche que j’ai vue « un homme qui frappe sa femme, ne sera jamais un bon père »

J’ai pris du temps à comprendre le vrai sens de cette phrase…alors je vais raconter une histoire personnelle. 

Pendant longtemps, j’ai connu un mec qui avait l’air tout à fait correct, normal, gentil et puis tu sais avec le temps ben le vernis s’écaille doucement…et puis j’ai découvert que ce mec était capable de crier finalement, de dire « t’es qu’une pauvre conne » et puis était capable de gifler une nana. Alors j’ai creusé un peu et j’ai appris que ce mec avait comme père un mec qui avait l’air tout à fait correct, normal, gentil qui s’était toujours bien occupé de ses enfants, les devoirs étaient faits, il les emmenait au parc, leur achetait de la barbe à papa, leur faisait des câlins, était un bon papa quoi…sauf que pendant 40 ans il a frappé sa femme quand il avait trop bu, quand il était fatigué, quand il en avait envie en fait…Le mec que je connaissais, il savait que frapper une femme c’était mal, il avait même essayer de défoncer son père un jour mais en fait, tout ce climat de violence a créé en lui une incapacité à gérer sa propre colère et ses frustrations. Du coup le jour où il a vraiment eu un gros problème, il a pété les plombs. Et puis les jours où il est très contrarié ben il frappe…son téléphone, les murs…et puis sa copine. Même s’il sait que c’est mal et même s’il fait de la boxe pour canaliser tout ça. Ce mec j’ai qu’une envie c’est de lui dire d’aller voir quelqu’un et de se mettre à la méditation mais bon j’ai préféré couper tout contact parce que la nana qu’il a giflé ben c’était moi…

Alors Louise, je suis désolée qu’on n’ait pas su quoi dire, quoi faire, mais sache que je te dis merci d’avoir fait de moi une meilleure personne et surtout d’avoir fait que j’ai pris mes clics et mes clacs, ma main sur ma joue rosie parce que j’avais l’image de ton crâne enfoncé à coups de pieds »      

 

 

 

Mes petits kiffs

Et sinon c’est quoi ton métier? Danseuse?

BAIKOKO LILY1.2
Paris, Avril 2017

Ça c’est habituellement la question qu’on me pose quand quelqu’un ne me connait pas encore bien bien bien.

Et je dois avouer que tu peux avoir des doutes quand tu vois mon emploi du temps.

Il y a quelques semaines, j’ai fait une interview pour une copine sur la danse et j’ai adoré parce que ça m’a permis de lâcher des trucs méga intéressants.

Je danse depuis…toujours. dans le ventre de ma mère, en culotte, dans les anniversaires, en soirées…J’ai pris pas mal de cours de danse. J’avoue que c’est le seul sport (OUI C’EST UN SPORT ET SI TU EN DOUTES BEN VIENS VOIR MES ABDOS ou comme m’a dit une copine récemment « Viens sentir mes fesses ») que j’aime pratiquer…J’ai toujours été la meuf qui danse, si tu veux ambiancer une soirée : Tu m’appelles! Je danse tout le temps, c’est bien le seul endroit où le regard des autres ne m’a jamais intéressée à tel point qu’en fait je danse toujours sans lunette! (D’ailleurs inutile d’essayer de me draguer en soirée je ne vois rien et la seule chose qui m’intéresse c’est éventuellement que tu sois un bon danseur point!)

J’ai commencé par du modern jazz, puis du contemporain, du classique (oui oui oui, petit rat en pointes et body si si!), du hip hop, du reggaeton…et puis l’arrêt total, parce que je ne trouvais pas de prof qui me correspondait, parce que j’ai déménagé, parce que j’avais pas le temps.

Résultats :

  • + 6 kg
  • une estime de moi à ras les pâquerettes
  • 0 confiance en moi
  • un bassin figé
  • mon moral dans le négatif…

Et puis j’ai déménagé à Paris, j’ai cherché des cours mais ma vie n’était pas encore stable, du coup ben j’ai attendu l’été.

En juillet j’ai rencontré JP Chandler et le Beyoncé Style (Women & Heels, donc même si t’aimes pas Bee Bee tu peux venir, mais bon si t’aimes pas Bee Bee t’as peut-être d’autres soucis dans ta vie lol), un prof extraordinaire, la 1ere fois que je l’ai vu, j’ai pleuré en rentrant chez moi, parce que je dansais comme une merde, que je transpirais du cul et du pubis et qu’un mec en talons était plus féminin que moi…J’ai persévéré et j’ai kiffé. JP c’est la 1ère personne qui m’a appris à choisir des talons, à marcher en talons, à danser en talons, à avoir des talons dans mon sac. Toutes les semaines, ben je me sens belle, femme, je me cambre, je séduis le miroir, bref chui au top! Alors merci! Et puis depuis peu, je suis aussi son cours de dancehall. Le dancehall je pense que j’en ai toujours dansé, j’ai pas vraiment pris des cours parce que chez moi (enfin là où je sens que c’est chez moi), tu prends pas des cours de dancehall, c’est innée ou t’apprends en soirée, devant des clips, en regardant tes cousins…pendant quelques années, c’était toute ma vie et mon projet c’était de devenir Dancehall Queen! Du coup, ben j’ai testé et je dois avouer que ça envoie du lourd! Du coup, j’ai continué, j’ai kiffé et maintenant le jeudi c’est sacré! C’est le jour où je suis drunk in dance!

Et puis fin juillet, j’ai rencontré Maïmouna et la Booty Therapy lors d’un stage. J’étais toute seule et j’en ai chié pendant 1h. 1h où mon bassin était figé, où j’ai eu mal, où j’ai sué comme pas possible (en plus yavait canicule…), je suis sortie du centre de danse du Marais, je n’ai eu qu’une seule envie : RECOMMENCER. Et depuis septembre c’est du non stop…La Booty therapy ou le twerk thérapeutique lol c’est un état d’esprit, une philosophie, shakez tous vos soucis avec ton bassin et tes fesses à travers des chorégraphies différentes et des styles de danses ancestraux. Ouais le cul c’est pas « que » pour séduire les mecs, le cul c’est pour que TU AILLES BIEN! Donc toutes les semaines, ben je shake, ouais ça pourrait en faire baver certains, mais je le fais pour moi, pour me sentir bien, pour me sentir forte, pour libérer toutes mes émotions. La booty a été là quand j’allais mal (tu sais quand mon orthoptiste est devenu l’homme de ma vie), quand j’ai commencé à aller bien, quand je ne savais pas quoi faire le soir, quand j’ai passé des exams, quand j’ai déménagé, quand j’ai commencé à aimer la vie de nouveau. J’y ai découvert une énergie extraordinaire, des copines magnifiques et une ambiance de folie. Je te dis ça là, j’en ai presque les larmes aux yeux parce que ouais la booty ben m’a sauvée. J’avais 2 possibilités en rentrant de mon petit voyage au bout du monde : plonger dans mon lit pour le restant de mes jours ou bouger mon cul (dans tous les sens du terme). Mon 100e jour de mon défi des 100 jours, j’étais là bas, je l’ai partagé avec mon corps, mes copines et la danse et c’était magique. Quand je suis fatiguée, j’y vais parce que je serai toujours mieux après, quand je suis comme une pile électrique, j’y vais parce que je sais que je pourrai canaliser tout ça, quand j’ai pas le moral j’y vais parce que je sais que je pourrai évacuer mes problèmes et faire des câlins (en fait j’ai tjr le moral mais c’est une excuse pour faire des câlins). Ça m’a permis de me dépasser notamment avec le défi grand écart, moi qui pensait ne jamais l’avoir et aussi en matière d’assiduité parce que ouais j’y vais toutes les semaines!

La booty m’a aidé aussi physiquement, maintenant je sais utiliser mon bassin pour plein de choses comme pour diminuer mes douleurs de règles, comme pour aider les dames qui ont des douleurs pendant les rapports sexuels ou quand je mets un spéculum, maintenant j’ai un corps que j’aime à la folie et ce n’est pas qu’une question de poids, j’aime ce que je vois dans le miroir, maintenant j’ai un esprit free qui sait lâcher prise dans presque tous les domaines de la vie.

En parallèle de tout ça, j’fais des stages d’autres trucs parce que j’aime ça, découvrir des choses, expérimenter. Donc officiellement j’en suis à 7h30 de danse par semaine officieusement à beaucoup plus.

Si tu me croises un jour, il est fort probable que tu me trouveras en combinaison grise intégrale ou jogging/pull/sweat et superstar avec un sac de sport presqu’aussi gros que moi et pas coiffée, parce que ouais je suis doc mais j’ai aussi d’autres passions dans la vie et la danse en fait partie…

On donne un petit spectacle avec la Booty Therapy : le 24 juin 2017 au Carreau du Temple (République), si tu veux venir nous voir! `

img_8879
Paris, Juin 2017

https://www.facebook.com/events/1865010980430236/permalink/1865609203703747/

http://www.digitick.com/booty-therapy-le-spectacle-spectacle-auditorium-carreau-du-temple-paris-24-juin-2017-css5-carreaudutemple-pg101-ri4720897.html

http://www.booty-therapy.com/public/

http://www.paris-danse.com

http://www.chandlereliteprod.com

 

PS: Ouais ya moyen que mes fesses soient dans ce post…j’dis ça, j’dis rien…

 

Mes petits kiffs

Oyé Oyé! Tu veux participer à ce blog? Welcome!

Hey you!!

Je me suis rendue compte que toi aussi tu avais peut-être des choses à partager, des choses qui t’intéressent, des choses qui t’ont fait marrer, des choses qui t’énervent, des choses qui t’interpellent, des choses qui te questionnent, du sexe, de la gynéco, du féminin, du banal, du grave, du marrant, tout ça, tout ça quoi!

Alors si tu veux le faire ici, tu es la-le bienvenue! Tu m’écris un com, tu m’envoies un mail (nousaussionvoyage@gmail.com) , tu check mon number! Balance tes idées et on verra ce qu’on peut faire!

Et si t’as du mal à écrire, tkt on regardera ça ensemble!

IMG_1205
Sintra, Mai 2017

Ce blog est à visée non lucrative et surtout à visée informative rigolote. Je ne me fais pas de sous dessus (ni une notoriété d’ailleurs), donc je ne pourrai pas te rémunérer par contre…